Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dispositif sécuritaire renforcé à Dakar
le Sénégal en proie à des manifestations
Publié dans Liberté le 09 - 03 - 2021

Le principal opposant sénégalais Ousmane Sonko, dont l'arrestation a provoqué des troubles dans son pays, a été inculpé hier dans l'affaire de viols dont l'accuse une jeune femme, mais le juge a ordonné de le relâcher sous contrôle judiciaire, ont dit ses avocats.
Le gouvernement sénégalais a déployé un fort dispositif sécuritaire dans la capitale Dakar, en prévision de manifestations annoncées et de la présentation à un juge de l'opposant Ousmane Sonko.
Les abords du tribunal ont été bouclés et des véhicules blindés positionnés à proximité, selon les médias. D'autres blindés de l'armée ont été disposés à l'entrée d'un quartier populaire, théâtre d'affrontements la semaine passée.
L'arrestation, le 3 mars, de l'opposant Ousmane Sonko a provoqué la semaine passée trois jours de heurts entre jeunes et forces de l'ordre, des pillages et de saccages dans ce pays de 16 millions d'habitants.
Au moins cinq personnes ont trouvé la mort, la presse avançant des chiffres plus élevés mais difficilement vérifiables. M. Sonko, arrivé troisième à la présidentielle de 2019 et pressenti comme un des principaux concurrents de celle de 2024, a été arrêté pour "trouble à l'ordre public" alors qu'il se rendait en cortège au tribunal où il était convoqué afin d'y répondre pour des accusations de viol.
Personnalité au profil antisystème, le député crie au complot ourdi par le président lui-même pour l'écarter de la prochaine présidentielle. M. Sall a démenti les incriminations de M. Sonko fin février.
Confronté à des choix délicats entre indépendance proclamée de la justice, pression de la rue et conséquences politiques du sort de M. Sonko, il a depuis gardé le silence en public sur l'affaire.
La garde à vue de M. Sonko a été levée dimanche dans le dossier de trouble à l'ordre public. Mais il est resté entre les mains des autorités en vertu du mandat d'amener délivré contre lui dans l'affaire de viols présumés.
Le collectif Mouvement de défense de la démocratie (M2D), comprenant le parti de l'opposant, des formations d'opposition et des organisations contestataires de la société civile, a appelé "à descendre massivement dans les rues" à partir de lundi et pendant trois jours.
La tension fait craindre une nouvelle escalade et l'activité était considérablement ralentie à l'aube dans la capitale visiblement inquiète. Les autorités ont suspendu l'école pendant une semaine pour "protéger" les enfants et les enseignants.
L'arrestation de M. Sonko a non seulement provoqué la colère de ses partisans. Elle a aussi, disent de nombreux Sénégalais, porté à son comble l'exaspération accumulée par la dégradation, au moins depuis le début de la pandémie de Covid-19 en 2020, des conditions de vie dans un pays déjà pauvre.
Les ambassades de l'Union européenne et de ses Etats membres, mais aussi des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de la Suisse, du Japon et de la Corée du Sud ont appelé à "une restauration pacifique du calme et du dialogue". Les Etats d'Afrique de l'Ouest ont exhorté "au calme et à la retenue".

R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.