Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'inquiétante érosion du pouvoir d'achat
Inflation, dinar et subventions
Publié dans Liberté le 15 - 03 - 2021

Un an après le début de la pandémie, et après les multiples interventions de la Banque centrale sur le taux de change du dinar, les risques d'un retour de l'inflation sont réels, même si le ministre des Finances a tenté, tant bien que mal, de rejeter l'idée d'une dévaluation du dinar à des fins de paramétrages macroéconomiques.
Aymen Benabderrahmane a estimé, samedi, que "la monnaie est le miroir de l'économie", assurant que le dinar n'est pas dans une situation d'effondrement "comme certains l'imaginent". Au contraire, soutient-il en marge de la cérémonie de lancement officiel des services de certification et de signature électroniques, le dinar est en voie de redressement et "la relance des grands projets permettra à la monnaie de retrouver sa force économique".
Le ministre a assuré à la même occasion que "l'inflation est maîtrisée" et que les "prix sont à la portée de tous". Au-delà du discours officiel qui semble contraster avec le constat d'une érosion accélérée du pouvoir d'achat à la fois des ménages et des entreprises, la rechute drastique des cours du brut, dès le début du précédent exercice, a remis au goût du jour l'usage des outils de politique monétaire à des fins d'ajustement macroéconomique, en l'absence de réformes budgétaires et économiques structurelles.
Le taux de change du dinar en est un. Même si le ministre des Finances n'a pas tout à fait tort lorsqu'il dit que la santé du dinar reflète celle de l'économie, étant donné que la baisse des fondamentaux de l'économie entraîne de facto une dépréciation du taux de change du dinar, seulement, celui-ci constituait jusqu'ici le principal levier d'ajustement macroéconomique, alors que des réformes devaient être mises en place pour rétablir les équilibres.
C'est ainsi que, contrairement à ce qu'avance le ministre des Finances, le taux de change du dinar a connu d'importants ajustements depuis 2014, dans le contexte d'un choc externe violent, passant d'une moyenne de 78 DA pour un dollar en juin 2014 à 119 DA/dollar au 1er janvier 2020. L'euro est passé, en revanche, d'une moyenne de 107 DA en moyenne en juin 2014 à 133 DA à fin janvier 2020.
La rechute des cours pétroliers mondiaux dès le début de 2020 a accéléré la dépréciation du dinar, dont le taux de change est passé de 119 DA/dollar en janvier 2020 à plus de 139 DA/dollar cette semaine, tandis que l'euro est passé au-dessus de 168 DA, il y a quinze jours, contre 133 DA/euro en moyenne en janvier 2020.
Ce canal baissier n'a pas été sans conséquences sur le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises, laminés par le renchérissement des prix à la production et à la consommation. Le taux d'inflation est reparti à la hausse dès octobre 2020 pour s'établir à 2,6% en janvier en moyenne annuelle, mettant à rude épreuve la trésorerie des entreprises qui ont vu les coûts des intrants grimper à des niveaux insoutenables.
L'indice FAO des prix des produits alimentaires a connu une hausse de 2,4% en février 2021 par rapport à janvier de la même année. Il s'agit du neuvième mois consécutif de hausse de l'indice, qui atteint son plus haut niveau depuis juillet 2014.
La hausse de février est due à la forte progression des sous-indices du sucre et des huiles végétales, même si ceux des céréales, des produits laitiers, dont l'Algérie est un des plus gros importateurs mondiaux, ont eux aussi augmenté.
La hausse des prix à la production a entraîné, presque mathématiquement, une hausse des prix à la consommation, dont les conséquences sur les petites et moyennes bourses ne sont pas à démontrer, quand bien même le modèle de calcul de l'inflation par l'ONS serait dépassé et archaïque.
Outre le renchérissement des coûts des intrants importés, les germes de cette inflation étaient déjà bien présents dans la dépréciation du dinar et la remise en cause de certaines subventions, dont le soutien de l'Etat aux prix des céréales vendues par l'OAIC aux minotiers, ainsi que la hausse, à maintes reprises, des prix des produits énergétiques, les carburants en particulier.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.