Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le rcd se dirige vers le boycott
élections législatives anticipées
Publié dans Liberté le 18 - 03 - 2021

Sauf retournement spectaculaire de situation, le RCD, qui tient samedi son conseil national, devrait entériner la décision de boycott des prochaines élections législatives prévues le 12 juin prochain.
L'option est des plus plausibles pour un parti qui a accompagné le mouvement populaire dès son irruption en février 2019 : le RCD devrait annoncer samedi, à l'occasion de la tenue de son conseil national, instance politique souveraine entre deux congrès, sa non-participation aux prochaines élections législatives.
La décision qui n'est pas encore formalisée et qui devrait être théoriquement adoptée par le conseil s'annonce comme une suite logique des positions adoptées par le parti depuis l'irruption du mouvement populaire. Très impliqué dans le mouvement, à travers ses militants mais aussi son président, souvent présent dans les marches populaires, indice de son franc refus et rejet de l'agenda et de la "feuille de route" du pouvoir, le RCD a maintenu durant ces deux années une constance dans la revendication d'organisation d'une transition.
Une perspective que le pouvoir s'est évertué à combattre, comme l'a relevé récemment, Mohcine Belabbas. "Les objectifs pour lesquels nous sommes sortis en février 2019 ne sont pas atteints. Pis encore : nous avons affaire à un pouvoir qui a rusé avec le peuple algérien, il a constitutionnalisé le Hirak, mais refuse de constitutionnaliser l'esprit du Hirak et l'objectif dès le départ du Hirak est d'entrer dans une transition dans laquelle on implique le peuple dans le débat et les choix fondamentaux sur lesquels doit se baser l'Algérie de demain", a-t-il dit en marge de la manifestation à Kherrata célébrant les deux années du Hirak.
"Nous sommes dans une période où le pouvoir est devenu un danger pour la pérennité de la nation : par son incompétence, l'absence d'anticipation, par sa répression, sa fermeture des médias, par son refus d'entendre raison, par son refus d'aller à une période de transition, par sa volonté de tout régenter (...)", disait-il. Autres indices qui confortent l'option du boycott : le parti n'a ni débattu de la mouture de la nouvelle Constitution, massivement rejetée par les Algériens ni de la loi organique portant régime électoral.
Mieux encore : sollicité par la présidence de la République, par le bais d'intermédiaires pour une rencontre avec Abdelmadjid Tebboune et dont on avait même fixé la date et l'heure, Mohcine Belabbas a opposé une fin de non-recevoir. "Le pouvoir ne veut pas dialoguer, il est entré dans des consultations-alibis pour amener un certain nombre d'acteurs politiques à adouber sa feuille de route. Nous, nous avons décidé de suivre la feuille de route décidée par le peuple algérien depuis février 2019", assurait-il.
Une "feuille de route" aux antipodes de celle du pouvoir dans laquelle il voit les signes d'une impasse. "Les véritables décideurs sont dans l'impasse, ils n'ont que les pseudo-élections à proposer comme feuille de route. Des élections discréditées par le caractère illégitime du pouvoir en place, lui-même issu de la présidentielle du douze-douze rejetée par l'écrasante majorité des Algériens. Une attitude et position politique renouvelées et confirmées lors du référendum constitutionnel", relevait, il y a quelques jours, le secrétariat national dans un communiqué.
Un avant-goût qui dessine les contours de la position de samedi. "Attaché à ses engagements pour le triomphe des luttes pour les libertés démocratiques et l'instauration d'un Etat de droit démocratique et social, le RCD continuera à travailler pour créer le rapport de force en faveur de l'option patriotique et de l'avènement de la transition démocratique. Le RCD demeure convaincu que cette option est l'issue salutaire attendue pour le pays."

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.