La Sûreté nationale participe à une campagne de don de sang    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Leçons d'un scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    "Le taux de participation ne m'intéresse pas"    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Le visa ou la harga    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'état peine à bancariser l'informel
Faiblesse des paiements électroniques et difficulté à imposer le chèque
Publié dans Liberté le 28 - 03 - 2021

Les propos du ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, au sujet de la manière avec laquelle l'Etat doit affronter l'informel, ne font pas l'unanimité. Pendant que le ministre plaide pour une approche plutôt accommodante, privilégiant "l'adhésion volontaire" de la population évoluant dans les circuits invisibles de l'économie, des experts appellent plutôt à encourager l'utilisation de la monnaie scripturale via le chèque et la numérisation des moyens de paiements.
Sur l'hypothèse de rendre obligatoire l'usage du chèque pour mettre fin à l'économie du cash, Aymen Benabderrahmane, intervenant lundi dernier sur les ondes de la Radio algérienne, a estimé que cette option "est une alternative et qu'au niveau de son département, toutes les pistes et toutes les possibilités sont à l'étude" sans pour autant trancher la question. Un banquier de la place estime que le gouvernement et la Banque d'Algérie doivent proposer des solutions pratiques pour aider à la formalisation des activités informelles. En commençant, selon lui, par la réduction du poids de la pression fiscale et des charges sociales, particulièrement sur les PME/TPE.
Partant du principe que l'élargissement de l'assiette fiscale nécessite la réduction des taux d'imposition et que cela permet d'accroître les revenus collectés par un effet d'échelle. "Cela s'accompagne aussi par une utilisation responsable et durable des fonds collectés pour offrir des services publics et des infrastructures de qualité", estime notre interlocuteur.
Le sujet de la finance islamique alimente également le débat, et certains se positionnent en faveur du développement de la finance non conventionnelle, pendant que d'autres considèrent que l'argent de l'informel n'a pas d'odeur, voire de religion. Notre interlocuteur estime que le développement de la finance islamique est "un élément important pour bancariser les Algériens qui ont choisi de ne pas utiliser les banques conventionnelles.
Il permettra ainsi de les intégrer et de capter leur épargne thésaurisée en dehors du circuit bancaire". Mais l'alternative de la finance islamique est loin de faire l'unanimité. Car il est crucial d'aller au-delà des palliatifs en proposant des solutions d'investissement pour l'épargne des ménages et des entreprises, ce qui fait gravement défaut en Algérie, vu le manque de profondeur du secteur financier.
La solution structurelle ne peut provenir que d'une vision de long terme pour le développement durable du secteur bancaire et financier. Sa mise en œuvre doit être en adéquation avec l'ensemble des politiques publiques qui lui sont liées. Du reste, la problématique de l'argent qui alimente l'économie informelle est plus complexe car il s'agit de capitaux acquis en dehors du cadre réglementaire et leurs détenteurs ne sont pas disposés à se dévoiler en dépit des multiples avantages qui leur sont accordés.
La dernière opération en date, appelée "mise en conformité fiscale volontaire", s'est soldée par un échec cuisant. Il est illusoire de croire que la bancarisation de cette richesse monétaire passe par des solutions techniques. "La sortie de cette impasse requiert une volonté politique ferme et des réformes économiques profondes qui entraîneraient le tarissement des sources qui alimentent l'économie informelle", estime l'économiste et expert financier, Farouk Nemouchi.

A. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.