PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banques: Chasse à l'argent de l'informel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 10 - 2018

  Les banques doivent attirer davantage de capitaux par une meilleure attractivité et améliorer les réserves de liquidités, notamment par la collecte de l'argent circulant dans le circuit informel.
C'est en gros le message lancé jeudi par le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, lorsqu'il a souligné que les banques sont tenues d'être "plus attractives pour renforcer la disponibilité de liquidités pour l'économie nationale". Pour lui, "les banques doivent être plus attractives et multiplier les efforts pour réaliser l'objectif d'attirer des fonds". Le ministre des Finances a ajouté que les banques publiques sont disposées à offrir des produits de la finance islamique et autres services pour améliorer la collecte de l'argent circulant dans le circuit informel.
Les services que "nous avons lancés au début de l'année seront élargis au cours de l'année prochaine pour faire tout ce qui est possible pour attirer les fonds échangés sur le marché informel", a précisé M. Raouia, selon lequel la modernisation du système financier et banquier est en cours et va offrir au grand public des produits modernes comme ''les cartes magnétiques". L'appel du ministre des Finances aux banques pour qu'elles captent mieux et durablement les ressources financières du circuit informel et améliorent leurs stocks de liquidités, intervient dans un contexte de baisse des liquidités et d'un ralentissement de l'action des banques publiques pour attirer l'argent de l'informel, en dépit des mesures prises en 2015 par l'ex-gouvernement Sellal.
Il est clair que le gouvernement est devant une situation bancaire encore marquée par une crise de liquidités, en dépit des mesures prises pour capter l'argent de l'informel. Dans une note de son gouverneur Mohamed Loukal en juin dernier, la Banque d'Algérie avait expliqué que dans le cadre du financement non conventionnel, elle a émis en deux tranches entre les mois d'octobre 2017 et janvier 2018 un montant de 3.585 milliards de dinars. La première tranche émise fin octobre début novembre 2017 a été de 2.185 mds de DA et la seconde, émise en janvier dernier, a été de 1.400 mds de DA, soit un total de 3.585 mds de dinars. Or, concrètement, et malgré les mesures prises par la loi de finances 2015 en faveur des détenteurs de capitaux thésaurisés, les banques publiques n'ont pas capté la moitié de l'argent supposé circuler dans le circuit économique informel.
Au mois de juillet 2015, l'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal s'était réuni avec son ministre des Finances et les directeurs d'établissements bancaires et financiers pour lancer une vaste opération censée capter l'argent de l'informel en le bancarisant et le rendre du point de vue de la loi ''légal''. Cette réunion de l'ex-Premier ministre avec les responsables des banques portait alors sur les moyens à mettre en œuvre pour bancariser les fonds détenus par le circuit informel, évalués à 3.700 milliards de dinars, alors que la loi de finances 2015 avait introduit une taxe forfaitaire pour les détenteurs de capitaux évoluant dans le circuit informel, qui leur permet de les placer dans le circuit bancaire. Un taux de 7% a été appliqué à une taxe forfaitaire libératoire applicable sur les sommes déposées auprès des banques par des personnes physiques qui pouvaient, désormais, transférer leurs capitaux du circuit informel vers les banques.
Mais, un peu plus de trois ans après cette mesure, il semblerait que l'argent de l'informel n'a pas totalement intégré le circuit bancaire officiel. M. Raouia avait en janvier 2017, alors qu'il était en charge de la Direction générale des Impôts, que seulement 500 personnes avaient adhéré à la mise en conformité fiscale qui, selon lui, n'a pas l'objectif de réaliser des recettes, mais plutôt la mise en confiance des opérateurs informels. Or, pour l'ex-ministre des Finances Abderahmane Benkhalfa, il s'agit surtout de récupérer l'énorme masse de liquidité monétaire qui circule dans l'économie informelle. Il a récemment expliqué dans une déclaration à la radio nationale qu'''il ne faut pas couvrir tous les besoins (financiers, NDLR) par la Banque d'Algérie'', ensuite ''il faut bancariser l'économie, ramasser les ressources thésaurisées, car il y a des milliards de dinars en dehors des circuits bancaires et on a des possibilités d'attirer ces milliards''. Pour lui, ''il faut que le pays génère des ressources et pour cela il faut un ajustement économique important'', dont le retour à ''l'emprunt obligataire, l'inclusion de l'informel''.
Il y a également, selon le ministre des Finances, le dossier de la fiscalité locale à améliorer pour de meilleurs recouvrements au niveau local de l'impôt au profit des collectivités locales. M. Raouia a indiqué que ce dossier est ''au cœur du programme du gouvernement'' et un groupe de travail mixte des ministères des Finances et de l'Intérieur planche sur ce sujet pour permettre aux collectivités locales de répondre aux attentes des citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.