Youcef Aouchiche, premier secrétaire du FFS: «Notre participation vise à défendre l'unité nationale»    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Thérapie du «sérum»?    Flot juvénile    Une rallonge de 14 milliards de DA accordée: Livraison de la pénétrante portuaire en février 2022    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Education: Une rentrée scolaire difficile    Cherté des articles scolaires: Les ménages à faibles revenus mis à rude épreuve    Incendies de forêt: L'enquête étendue à 30 wilayas, 71 suspects arrêtés    Les dessous de la corbeille    El Watan au coeur d'une polémique    Ce que réclame le trésor public    Mini-scandale à l'aéroport d'orly    Le Mali invoque sa souveraineté    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Lamamra sur son terrain à New York    La saga islamiste tire à sa fin    Messi, une première tension déjà    Kanté, Tuchel n'en revient pas    Laporta vise trois entraîneurs    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    Un vrai levier de redressement    16 harraga secourus au large d'Arzew    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Souiller votre propre sang?    Les paramédicaux en colère    15 décès et 166 nouveaux cas    L'appel de la Fédération des consommateurs    Spectacle culturel et festival gastronomique    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    Qualif. Mondial-2022 (4e journée): Niger-Algérie se déroulera finalement à 20h    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    Un hommage a minima    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    L'ANIE ignore les réserves des partis    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Mémoire indissociable    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sensibilisation des PME/PMI à l'export
colloque à l'université M'hamed-Bougara de BoumerdÈs
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2021

Chef d'entreprise et membre du bureau exécutif de l'Anexal, S. Aït Igrine a plaidé pour "une réconciliation économique" entre l'Etat et le secteur informel qui, selon lui, "représente 60 à 65% du tissu économique" et qui recèle des "capacités énormes d'exportation".
Booster les PME/PMI algériennes à l'exportation et à adopter l'activité export dans leur stratégie de développement a constitué le principal objectif du séminaire organisé par la faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion de l'université M'hamed-Bougara de Boumerdès, durant deux jours, mardi 6 avril et hier.
Ayant participé à cette rencontre, le président de l'association Algérie Conseil Export, Smaïl Lalmas, a soutenu : "L'exportation hors hydrocarbures ne dépasse pas les 6% du chiffre global, qui représente 2 milliards de dollars d'exportations." "Sur ce montant, 60% représentent les dérivés de pétrole.
Ce genre de rencontre permet de sensibiliser les managers à penser export et de recenser les problèmes des entreprises exportatrices. Il s'agit d'un nouveau modèle économique qu'il faudrait développer, au moment où la production pétrolière a nettement baissé, en passant de 1 million de barils/jour à 300 000 barils/jour", a-t-il ajouté.
Pour asseoir cette stratégie et passer à ce modèle, M. Lalmas a préconisé de définir et d'identifier, en premier, l'offre exportable qui doit être diversifiée, avant d'aller à la recherche des marchés et des besoins et, enfin, voir comment exporter.
Selon cet économiste, il est impératif d'instaurer un climat et des passerelles de confiance qui pourront réguler l'économie algérienne et absorber l'économie informelle, encourager l'investissement, attirer les IDE et mobiliser les capitaux de la diaspora qui est prête à investir à condition que le climat d'affaires change.
Membre de du bureau de l'exécutif de l'Anexal et gérant de l'Eurl Frigo Car Algérie qui exporte depuis 2014 son produit vers la Tunisie, S. Aït Igrine a indiqué que sa participation à cette rencontre est motivée par son souci de partager le capital expérience de son entreprise dans le domaine et des opérateurs afin de les encourager à exporter.
Etant également un vis-à-vis de l'Etat en matière de négociation, il a indiqué que les revendications soumises aux pouvoirs publics s'articulent autour de la restitution de la devise à hauteur de 100% à l'exportateur, de libérer les transferts pour les services et la mise en service de la ligne maritime Alger-Nouakchott pour soulager les opérateurs et réduire les couts faramineux des transports.
Par ailleurs, M. Aït Igrine a estimé que "l'Etat doit engager une réconciliation économique avec le secteur informel, qui représente 60 à 65% du tissu économique". Selon lui, les agents économiques activant dans l'informel "ont des capacités énormes d'exportation" à condition de leur donner des "garanties". Il a cité à titre d'exemple des fabricants chinois qui travaillent exclusivement pour des opérateurs algériens domiciliés à El-Eulma, dans la wilaya de Sétif.

Aziz BOUCEBHA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.