Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ménages à rude épreuve
Les prix flambent à Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 14 - 04 - 2021

Bordj Bou-Arréridj, comme beaucoup d'autres villes du pays, accueille cette année le mois sacré avec une flambée des prix des denrées de première nécessité.
Le panier de la ménagère est confronté à une rude épreuve. Dans les familles, on se bat corps et âme pour trouver comment joindre les deux bouts. À l'instar des autres citoyens, Mohand craint de ne pouvoir assurer chaque soir un bon "f'tour" à sa famille.
"Les prix des produits de grande consommation flambent de jour en jour, pendant que notre pouvoir d'achat s'affaiblit inexorablement", se plaint ce cadre dans une entreprise privée locale, père de 3 enfants. Aux marchés de la ville, les prix de tous les produits de consommation ont augmenté.
C'est du moins ce qui ressort de notre tournée, hier, à travers certains points de vente de fruits et légumes, de produits alimentaires et de volaille de la ville. Ainsi, le kilo de tomate qui coûtait il y a quelques jours à peine 30 à 40 DA se vend aujourd'hui à près de 140 DA.
D'autres produits ont également connu la même hausse, notamment la pomme de terre, l'aubergine, la laitue ou encore la carotte, qui a atteint hier les 100 DA/kg, voire plus.
Pourtant, les autorités avaient prévenu et menacé d'une forte amende les commerçants qui augmenteraient artificiellement les prix de certains aliments très prisés pendant le Ramadhan. Interrogé, un commerçant du marché de gros des fruits et légumes impute cette augmentation à l'absence totale de contrôle et à la cupidité de certains de ses collègues qui profitent de cette période de forte demande pour augmenter leurs marges.
"En plus du fait que tout est cher, c'est que nous n'avons plus d'argent. C'est cela aussi le problème. Nous nous débrouillons pour subvenir aux besoins de nos familles", dira Fadila, une femme au foyer qui met cette situation sur le compte de la conjoncture qui prévaut actuellement dans le pays. Une conjoncture qui a poussé plusieurs foyers à s'abstenir et à se priver d'un bon repas du f'tour.
"C'est la première fois que je débute le Ramadhan sans viande (blanche ou rouge), sans tomate fraîche, sans pomme de terre, huile, raisins secs, etc. J'ai quelques oignons, un sachet de lait et de la semoule", a tenu à préciser ce fonctionnaire à l'APC de Bordj Bou-Arréridj et père de quatre enfants, qui prévoit pour ce mois d'aller manger au niveau des restos Rahma.
"C'est la première fois que je vais manger dans ce genre de resto pour laisser à ma femme et à mes filles ma part", ajoute-t-il, les larmes aux yeux. "C'est difficile pour moi et ma famille", murmura-t-il, avant de s'éclipser discrètement.
"J'ai fait mes courses, mais je me suis contenté du minimum", précise ce jeune employé de banque. Il avoue en effet s'être satisfait de 500 grammes de viande "au lieu des deux ou trois kilos les années précédentes". "Je m'approvisionne selon le strict besoin", commente-t-il.
Du côté des commerçants, la situation est aussi inquiétante ; le manque à gagner est très grand à cause de la baisse des ventes. "Je me rappelle qu'auparavant à la mi-journée, il ne me restait guère que quelques kilos de légumes. Mais, aujourd'hui, ma journée est longue, du moins jusqu'à la fermeture du marché, faute de ne pas avoir une bonne recette de vente", dira Messaoud, un marchand de fruits et légumes au marché de Boumezrag.
Du côté des bouchers, c'est le même constat. "Il n'y a pas lieu de s'étonner dès lors que le prix de la viande rouge est devenu inaccessible pour des populations entières aux revenus modestes", explique Mokhtar, un universitaire qui n'arrive pas à expliquer cette équation "de l'offre et de la demande", qui ne trouve pas de solution chez nous. "Comment expliquer ce phénomène : pas beaucoup de vente (demande faible), mais les prix flambent ?"

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.