Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants continuent de marcher
malgré la nette recule de leur mobilisation
Publié dans Liberté le 14 - 04 - 2021

Hier dans la capitale, ville encore à moitié endormie en ce premier jour de Ramadhan, la marche hebdomadaire des étudiants à laquelle s'est mêlés dautres citoyens s'est déroulée sous haute tension.
Environ une demi-heure après le début de la marche à partir de la place des Martyrs, point de départ d'ordinaire de la marche des étudiants ou du mardi, selon le vocable consacré, à la rue Ali-Boumendjel, le cortège des manifestants s'est heurté à un dispositif policier déployé sur place, lequel a tenté de les disperser, avant de se résoudre, une heure plus tard, à les laisser poursuivre leur marche tranquillement, mais au prix de quelques blessés légers enregistrés parmi les manifestants, a-t-on constaté sur place.
Après avoir dressé un barrage à ladite rue, les éléments anti-émeutes se sont replacés derrière le dernier carré de manifestants, majoritairement formé de personnes âgées, très nombreuses à accompagner les étudiants tous les mardis depuis le début du Hirak, il y a deux ans.
Durant une heure, et tout au long de la rue Larbi-Ben M'hidi, les forces anti-émeutes ont vainement tenté de se frayer un chemin au milieu des manifestants pour ouvrir la voie aux automobilistes, usant parfois de la force dans ce qui s'apparente à une tentative de faire accélérer le rythme de la marche. Imperturbables et aux cris de "Silmiya" (pacifique), les manifestants se sont retrouvés à un moment de leur progression pris en sandwich entre les forces anti-émeutes, déployées dans tous les coins de la capitale.
À chaque "accrochage" entre quelques manifestants et des policiers, bouclier à la main, Alger vibrait au cris de "Silmiya", alors que certains manifestants tentaient de calmer la colère des jeunes face à cette tentative de répression. Depuis la chaussée, sous les balcons et fenêtres fermées, des manifestants demandaient aux habitants de la capitale de se réveiller pour rejoindre la marche.
Les rares commerçants, qui ont ouvert dans la matinée, ont commencé à baisser rideau dès que la tension a commencé à monter, par crainte, sans doute, que la situation ne dégénère en affrontements.
Armés de leurs pancartes exigeant la libération des étudiants -au moins sept détenus à travers le territoire national-­, les manifestants sollicitaient aussi le soutien de quelques curieux, debout sur les trottoirs, et dont certains ont fini par scander des slogans dénonçant l'attitude agressive des policiers envers les marcheurs.
Libérés de la pression policière et arrivés à hauteur de la place Emir Abdelkader, leur cortège a vu l'arrivée d'autres manifestants, brandissant l'emblème national et des pancartes appelant à la liberté de la presse, à une justice indépendante, au départ du système et à un véritable changement dans le pays.
De nombreux manifestants tenaient également les portraits des détenus politiques et d'opinion, récemment arrêtés lors des deux premières marches, réprimées, du samedi. Ils sont au moins vingt-six manifestants, tous des jeunes, à avoir été placés sous mandat de dépôt par les tribunaux de Baïnem (Bab El-Oued) et de Sidi M'hamed (Alger).
En grève de la faim depuis six jours, ces détenus sont poursuivis pour "attroupement non armé", un chef d'inculpation pour lequel d'autres manifestants avaient déjà purgé des peines de prison sévères depuis le début du Hirak, le 22 février 2019. L'on ignore, si à l'approche des législatives anticipées, le 12 juin prochain, les autorités seront tentées d'en finir avec ces marches du mardi, même si elles sont moins importantes que celles du vendredi.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.