OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Synaa dénonce l'exclusion des architectes
Commande publique de maîtrise d'œuvre
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2021

Le Syndicat national des architectes algériens agréés (Synaa) a appelé les pouvoirs publics à mettre un terme aux dérives caractérisant la répartition de la dépense publique dans le secteur de la maîtrise d'œuvre.
Dans une lettre ouverte, adressée au ministre de l'Habitat, le syndicat a estimé impérieux la mise en place des conditions à même de faire respecter un accès loyal et équitable à la concurrence dans le secteur de la maîtrise d'œuvre, sur la base des seuls critères de qualité de l'œuvre, conditions indispensables à l'émergence de la qualité en architecture.
Pour ce faire, le Synaa demande que les cahiers des charges soient fondamentalement révisés et fassent l'objet d'une concertation la plus large possible. Pour le syndicat, ces cahiers des charges, qui ne sont autres qu'une "classification administrative" à peine voilée des structures d'étude, rendent sévèrement exclusives les critères arbitraires d'accès à la commande architecturale, confrontant ainsi les architectes à des conditions des plus inconsidérées qui soient, ouvrant la voie à une minorité pour accaparer la majeure partie du budget consacré. Tout en dénonçant cette exclusion des architectes de la commande publique en maîtrise d'œuvre, le syndicat a déploré que la profession, qui ne compte aujourd'hui que 9 000 architectes agréés (2 pour 10 000 habitants), se trouve réduite à quémander des règles d'accès à la concurrence équitables et transparentes, afin d'assurer sa survie.
Argumentant ces propos, le syndicat a relevé que les données documentées émanant des confrères sur le territoire national et des bureaux locaux de wilayas du Synaa laissent apparaître, sur les deux dernières années (août 2018-août 2020) des disparités flagrantes quant à la répartition de la commande publique de maîtrise d'œuvre relative à la réalisation d'un programme de plus de 130 500 logements, toutes formules confondues. Sur cette période, moins de 15% des architectes inscrits à l'ordre ont pu bénéficier de la répartition de la commande publique. Dans le cadre de ce programme de logements de 16,3 milliards de dinars en honoraires de maîtrise d'œuvre, 4% seulement des architectes inscrits à l'ordre ont pu en bénéficier.
Sur les 9 000 architectes, 29 attributaires ont capitalisé 5,46% des projets, représentant 50,3% du montant total de la commande publique d'une valeur de 8,235 milliards de dinars, avec des honoraires s'échelonnant entre 100 et 795 millions de dinars. Au vu des avis d'attribution qui se suivent et se ressemblent, les chiffres recueillis durant le dernier semestre sont loin de démentir cette tendance, a ajouté le syndicat. Dans sa lettre, publiée sur son site internet, le syndicat a souligné que cette iniquité flagrante n'a été rendue possible que par les restrictions à l'accès à la concurrence, imposées sous le couvert d'une classification des architectes sur la base des moyens matériels et non sur la qualité du projet architectural, ni sur la compétence, la créativité ou la maîtrise.
Avec les programmes importants et la mobilisation de moyens financiers colossaux pour leur réalisation, le Synaa a indiqué que la commande publique en bâtiment aurait dû être un levier économique pour promouvoir l'architecture et la construction en Algérie. Mais, force est de constater qu'aujourd'hui tout cet effort national n'aura pas rejailli sur les moyens du pays.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.