Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que décidera Macron ?
LE dossier des ESSAIS NUCLEAIRES DANS LE SAHARA sur le bureau du président français
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2021

Dans l'entretien accorder à Liberté, le député français Cédric Villani, révèle que le dossier des essais nucléaires dans le sahara algérien est entre les mains du locataire de l'Elysée.
Plus d'une semaine après le report de la visite du Premier ministre français, Jean Castex, le président français, Emmanuel Macron, s'est exprimé sur l'état des relations algéro-françaises.
Dans une interview accordée au journal français Le Figaro, Emmanuel Macron a jugé "inacceptable" l'attaque du ministre algérien du Travail, Hachemi Djaaboub, qui avait affirmé, lors d'une séance au Sénat, que la France était "l'ennemi traditionnel et éternel" des Algériens. Mais le chef de l'Etat français a vite fermé la parenthèse et préféré s'appuyer sur l'aspect positif des relations entre les deux pays. Il met ainsi cette déclaration sur le compte des "résistances" que rencontrerait le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune. "Je crois (...) que cette volonté est très largement partagée, notamment par le président (algérien Abdelmadjid) Tebboune. Il est vrai qu'il doit compter avec quelques résistances...", soutient Emmanuel Macron. Ce dernier a presque repris les mêmes éléments de langage que son homologue algérien qui affirmait, dans une récente interview, que le président Macron avait "de bonne intentions", mais qu'il rencontrait des résistances.
Au-delà de la guerre des mémoires qui empoisonne les relations franco-algériennes, le chef de l'Etat français pense que cela cache d'abord "un sujet franco-français". "Au fond, nous n'avons pas réconcilié les mémoires fracturées ni construit un discours national homogène", a admis Emmanuel Macron, qui rappelle que "la mémoire fracturée, c'est celle des pieds-noirs, celle des harkis, celle des appelés du contingent, celle des militaires français, celle des Algériens venus ensuite en France, celle des enfants de cette migration, celle des binationaux... Toutes ces mémoires cohabitent sur notre sol et vivent dans un même pays dont elles partagent le projet national. Il faut les réconcilier". "Je ne suis ni dans la repentance ni dans le déni. Je crois dans une politique de la reconnaissance qui rend notre nation plus forte", a-t-il martelé.
Cette intervention publique d'Emmanuel Macron intervient à un moment où les relations algéro-françaises connaissent un nouveau coup de froid. Malgré une entente affichée entre les deux chefs d'Etat, le renforcement des liens, le travail de réconciliation des mémoires et la coopération se heurtent à des obstacles, à des couacs et, parfois, à des malentendus. Parfois, ce sont des déclarations de responsables qui font grincer la machine.
Quelques heures avant la venue avortée de Jean Castex à Alger, le ministre du Travail avait, en effet, qualifié la France d'"ennemi éternel" de l'Algérie. Une déclaration qui a été mal accueillie en France. Le ministre d'Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a qualifié ces propos de "paroles excessives".
Il a, cependant, soutenu que ces paroles ne devaient pas pousser les autorités de son pays à convoquer l'ambassadeur français à Alger. Comme pour en rajouter une couche, le conseiller du président de la République chargé des questions de la mémoire, Abdelmadjid Chikhi, a rappelé que "la France coloniale a œuvré pour répandre l'analphabétisme en Algérie". S'exprimant à l'occasion de la Journée du savoir, il a affirmé qu'avant la colonisation, "tous les Algériens savaient lire et écrire". Mais "(...). Pendant les trente premières années de colonisation, la France avait éliminé les personnes qui lisaient et qui écrivaient. Il s'en est suivi l'ère du pillage". Les déclarations d'Abdelmadjid Chikhi, chargé comme Benjamin Stora, du côté français, d'élaborer un rapport sur la mémoire, n'ont pas suscité pour l'heure de réactions officielles en France.
Mais les médias hexagonaux ont donné un aperçu sur l'état d'esprit qui règne chez les officiels à Paris : les propos de Chikhi semblent avoir été mal perçus.
Avant de fixer une nouvelle date pour la visite du Premier ministre français pour la tenue de la haute commission mixte algéro-française, les deux chefs de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian et Sabri Boukadoum, se retrouveront dans les prochains jours pour tenter probablement de réchauffer les relations et de dépasser les malentendus.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.