Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Le bouclier juridique    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il y a une colère qui monte"
louisa hanoune évoque la Situation politique et sociale
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2021

Louisa Hanoune alerte les autorités sur "la dégradation" du pouvoir d'achat des Algériens. "Situation sociale très dangereuse, parce que porteuse de violences", a-t-elle indiqué.
Lors d'une communication donnée à l'occasion de la célébration du 41e anniversaire du Printemps amazigh, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune a mis en garde les autorités sur la dégradation de la situation sociale des populations et met en cause les nombreuses atteintes aux libertés qui "peuvent justifier une intervention étrangère"."Nous sommes inquiets de la poursuite des arrestations et des condamnations" des manifestants, a en effet déclaré Louisa Hanoune qui appelle à libérer les détenus. Mais ce qui semble l'inquiéter davantage, c'est l'état de santé des 23 détenus qui observent une grève de la faim depuis plusieurs jours pour protester contre leur arrestation.
"L'Etat est responsable sur la vie de tout les détenus", a rappelé la secrétaire générale du Parti des travailleurs qui précise que "les autorités ne doivent pas ignorer" cette situation surtout qu'il s'agit "d'activistes et de militants". Donnant l'exemple de l'opposant russe, Alexis Navalny, dont l'emprisonnement a donné lieu à une ingérence occidentale, Louisa Hanoune met en garde contre le fait que la persistance de la présence de détenus politiques dans les prisons "peut donner l'occasion à des interventions étrangères" qui ont commencé avec "le rapport du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU et celui du département d'Etat" américain.
L'autre inquiétude exprimée par Louisa Hanoune concerne "la colère qui monte" chez les "populations frontalières" qui contestent le nouveau découpage administratif. "Le pouvoir doit écouter cette montée de colère que nous comprenons. Cette colère est compréhensible parce que certains citoyens estiment qu'en rattachant leurs localités à de nouvelles entités administratives, ils peuvent perdre des avantages" liés à un niveau de fiscalité plus élevé chez eux, a-t-elle averti. Mais "l'intervention des
autorités doit être positive", a-t-elle ajouté.
Sur le plan social, Louisa Hanoune alerte les autorités sur "la dégradation" du pouvoir d'achat des Algériens. "Situation sociale très dangereuse, parce que porteuse de violences", a-t-elle indiqué. "La majorité des Algériens est accablée et leur pouvoir d'achat a atteint les bas-fonds. Il est détruit par une flambée des prix et le gouvernement est incapable de réguler le marché", fulmine Mme Hanoune qui ajoutera que "même les commerçants sont affectés, puisque les citoyens ne peuvent pas acheter".
Elle a rappelé qu'en plus de la chute du pouvoir d'achat, la fermeture des entreprises des oligarques a provoqué le chômage de 100 000 personnes.
"Les revendications des fonctionnaires et des grévistes sont légitimes. Nous mettons en garde contre la judiciarisation et la criminalisation des grèves", a averti Louisa Hanoune qui rappelle que la solution est "dans l'écoute et la satisfaction des revendications" des grévistes.

Ali BOUKHLEF
"Le journaliste de Liberté a agi par patriotisme"
n Dans son intervention, la secrétaire générale du Parti des travailleurs a critiqué la détention du journaliste Rabah Karèche. Evoquant la protestation des citoyens opposés au nouveau découpage administratif, Louisa Hanoune a suggéré que les autorités doivent apporter des réponses. Mais "la solution n'est certainement pas dans l'emprisonnement du journaliste de Liberté.
Bien au contraire, ce journaliste a tiré la sonnette d'alarme. Il a agi par patriotisme pour que les autorités sachent que la situation est dangereuse et qu'elles interviennent. Il en est de même pour tout activiste ou militant, un parti ou un syndicat qui tire la sonnette d'alarme (...) En principe, ce journaliste doit être rassuré (...) Les autorités doivent intervenir, mais positivement", a-t-elle dit.

ALI B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.