La Sûreté nationale participe à une campagne de don de sang    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Leçons d'un scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    "Le taux de participation ne m'intéresse pas"    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Le visa ou la harga    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des universitaires montent au créneau
Face à la multiplication des atteintes aux libertés
Publié dans Liberté le 27 - 04 - 2021

Indignés face à la multiplication des atteintes aux libertés, des universitaires, adhérents de la Coordination nationale des universitaires algériens pour le changement (Cnuac), imputent la responsabilité "pleine et entière au pouvoir en place sur les conséquences (...) dans sa gestion de la crise politique".
Dans un communiqué rendu public hier, ces universitaires n'ont pas caché leur "vive colère" en condamnant "de la manière la plus énergique la répression policière et judiciaire qui continue de s'abattre sur des manifestants pacifiques".
Selon les rédacteurs du document, la situation actuelle est liée à la préparation en cours pour la tenue des élections législatives en juin prochain. Pour eux, "le despotisme électoral a montré ses limites et son caractère pitoyable".
Ils dénoncent l'obstination des autorités à maintenir un processus électoral rejeté par les citoyens. "La répression ne gonflera pas les urnes", tranchent les universitaires qui accusent le pouvoir de "vouloir donner à l'opinion publique nationale et internationale l'image que tout va bien dans le meilleur des mondes en Algérie".
Tout en rappelant qu'"il est d'une extrême urgence de libérer tous les détenus d'opinion et de mettre fin à l'usage aveugle de la répression contre la population", la Cnuac estime que deux ans sont "pourtant assez suffisants à convaincre que ce n'est pas par l'exercice inconsidéré de la violence qu'on musèlera le Hirak".
En plus des citoyens qui font souvent l'objet d'arrestations, la Cnuac dénonce l'arrestation de certains universitaires. C'est l'exemple du professeur Mahana Abdesselam qui a été "conduit au commissariat et vu son téléphone confisqué". Il devait être présenté devant le procureur lundi 19 avril, mais cette audience est, pour le moment, reportée à une date non définie.
Il a été arrêté juste pour avoir "exercé son droit le plus élémentaire : manifester et protester", rappelle le texte, en notant que c'est un "droit constitutionnel consacré par toutes les institutions des pays qui se respectent".
Pour la Cnuac, tous les droits sont bafoués, y compris celui des associations à travers les perquisitions des locaux de SOS Bab El-Oued. Cela démontre que "rien n'a changé dans les pratiques répressives du pouvoir depuis le soulèvement populaire", déplore-t-elle. Aussi dénonce-t-elle la mise en détention du groupe de Mohamed Tadjadit.
"Pour dénaturer la lutte pacifique d'une jeunesse désespérée, mais militante, la propagande habituelle les affuble de toutes les tares dans le seul but de dénigrer le Hirak", dénonce, dans ce sens, la Cnuac, qui lance un appel à "la communauté universitaire" pour l'inciter à "sortir de sa léthargie et de son mutisme, et de prendre ses responsabilités".

Ali B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.