Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La paupérisation s'accélère
Chômage et inflation en hausse
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2021

C'est un 1er Mai pas tout à fait comme les précédents pour les millions de travailleurs algériens, pris en tenailles entre un pouvoir d'achat en perpétuelle érosion et les effets d'une crise financière dont on ne voit pas encore le bout du tunnel.
Avec l'inflation et le chômage en hausse, l'appauvrissement des classes sociales s'est accentué ces dernières années, sur fond de craintes de faillites et de plans sociaux en cascade et une casse sociale sans précédent. Les mouvements de grève et de protestation qui rythment le front social de ces dernières semaines sont annonciateurs d'une tension qui monte d'un cran autour de revendications salariales longtemps occultées.
Les actions de protestation se sont multipliées ces dernières semaines, signe d'une insoutenable cherté de la vie aussi bien pour les petites bourses, laminées par une inflation qui repart au galop, que pour les classes moyennes qui ont consenti l'essentiel des sacrifices depuis 2015.
Entre pression fiscale et hausse des prix qui ont caractérisé les années post-choc pétrolier de 2014, la résilience des classes moyennes a fini par montrer d'importantes fragilités au fil des années, faute de mesures salariales compensatoires.
Le Fonds monétaire international (FMI) a conclu, à juste titre, dans ses dernières prévisions sur l'Algérie que le chômage et l'inflation se révèlent désormais de véritables bombes à retardement dont le compte à rebours a été d'ores et déjà déclenché par la crise sanitaire.
Les inquiétudes pour l'emploi et le pouvoir d'achat ont été aggravées par la pandémie de Covid-19 ; le FMI anticipant un taux de chômage de 14,5% cette année et de 14,9% l'an prochain, contre 14,2% l'an dernier. Le coût social de la crise s'aggraverait davantage faute d'une réponse suffisante en matière de soutien aux entreprises et à la croissance.
Celle-ci devrait rebondir à seulement 2,9% cette année avant de retrouver son canal baissier dès 2022 avec, au tableau, une croissance de 2,7% seulement ; très insuffisante pour absorber les milliers de demandeurs d'emploi qui arrivent sur le marché du travail. De l'avis des économistes, l'économie a besoin d'une croissance égale ou supérieure à 6% pour pouvoir créer suffisamment d'emplois et inverser ainsi la tendance en matière de chômage.
Au chapitre de l'inflation, la hausse des prix risque d'aggraver la pauvreté de certaines classes sociales, fragiliser la reprise tant attendue et attiser la grogne sociale qui commence d'ores et déjà à se manifester dans certains secteurs d'activité. Dans ses dernières projections, le FMI dit s'attendre à un net rebond de l'inflation, tablant sur une moyenne annuelle de 4,9% en 2021 et de 6% l'an prochain contre un taux annuel de 2,4% en 2020.
La facture devrait s'alourdir davantage pour les ménages et les entreprises dont la trésorerie a été affaiblie par les multiples ajustements qu'a connus le dinar ces dernières années. Au fil des années, la dévaluation du dinar à des fins de paramétrage macroéconomique a fini par éroder davantage le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises.
Le projet d'une réforme du dispositif des subventions dès le second semestre de l'année devrait se traduire par une nouvelle hausse de l'inflation. Or, cette "vérité des prix" à laquelle voudrait aboutir le projet de réforme du gouvernement exige nécessairement une "vérité des salaires" sans laquelle des classes sociales entières seront vouées à la paupérisation.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.