Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye
Secteur des hydrocarbures
Publié dans Liberté le 06 - 05 - 2021

La compagnie nationale d'hydrocarbures Sonatrach envisage une reprise de ses activités en Libye. La question a, en effet, été évoquée par les responsables algériens et libyens, mardi, lors d'une rencontre entre le P-DG de Sonatrach, Toufik Hakkar, et le CEO de la compagnie pétrolière nationale libyenne (National Oil Corporation Libye), Mustafa Abdulla Sanalla. Au cours de cette rencontre, la question de la reprise des activités de Sonatrach en
Libye a été évoquée, selon un communiqué de Sonatrach, ajoutant que plusieurs autres axes de coopération ont été passés en revue, notamment les activités d'exploration et de production, les services pétroliers et la formation.
Implantée en Libye depuis 2005, Sonatrach a développé via sa filiale Sipex trois blocs situés dans le bassin de Ghadamès. Un bloc situé dans le sud-ouest de Tripoli est exploité conjointement avec la compagnie libyenne NOC. Les deux compagnies sont liées par un contrat d'association de type EPSA, établi sous le régime de partage de production.
Sonatrach détient 25% de parts dans ce contrat, les 75% restants revenant à la compagnie libyenne. Sonatrach a investi 750 millions de dollars dans ce projet. Les deux autres blocs situés dans la région de Zenten dans le Sud-Ouest, près de la frontière algéro-libyenne sont exploités avec des compagnies indiennes.
Rappelons que Sonatrach s'est retirée de Libye en 2011 en raison du conflit très violent qui a déstabilisé la vie économique du pays notamment dans le domaine pétrolier.
En juillet 2012, l'entreprise était revenue sur place jugeant que la situation avait repris le chemin de la normalité. Mais ce n'était que pour une courte durée, vu que deux années après (2014), Sonatrach a été obligée, une nouvelle fois, de stopper ses activités en Libye et rapatrier ses employés algériens.
Le groupe avait, certes, suspendu ses activités en Libye, mais elle a, toutefois, continué à travailler avec la compagnie pétrolière libyenne. En janvier 2018, les deux parties ont signé un accord-cadre pour le renforcement de la coopération dans la gestion des gisements frontaliers d'hydrocarbures.
L'accord concerne le développement des champs Al-Wafa (Libye) et Al-Rar (Algérie) et l'établissement d'un plan d'exploitation optimum pour ces deux gisements. Lors de la rencontre de mardi, les deux parties ont affiché leur ambition de reprendre les travaux d'exploration.
Il faut dire que les pourparlers entre les responsables algériens et libyens pour un éventuel retour des travaux d'exploration de Sonatrach en Libye ne se sont jamais arrêtés.
Si ce retour est envisageable dans un avenir proche, certaines conditions sont, néanmoins, exigées. La plus importante est celle de la sécurité des équipements et des employés de la compagnie nationale.
Le gouvernement libyen devra se porter garant de la sécurisation des sites exploités par l'entreprise algérienne. Le retour de Sonatrach en territoire libyen est aussi conditionné par la rentabilité des projets surtout dans le contexte actuel du marché.

Saïd SMATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.