L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye
Secteur des hydrocarbures
Publié dans Liberté le 06 - 05 - 2021

La compagnie nationale d'hydrocarbures Sonatrach envisage une reprise de ses activités en Libye. La question a, en effet, été évoquée par les responsables algériens et libyens, mardi, lors d'une rencontre entre le P-DG de Sonatrach, Toufik Hakkar, et le CEO de la compagnie pétrolière nationale libyenne (National Oil Corporation Libye), Mustafa Abdulla Sanalla. Au cours de cette rencontre, la question de la reprise des activités de Sonatrach en
Libye a été évoquée, selon un communiqué de Sonatrach, ajoutant que plusieurs autres axes de coopération ont été passés en revue, notamment les activités d'exploration et de production, les services pétroliers et la formation.
Implantée en Libye depuis 2005, Sonatrach a développé via sa filiale Sipex trois blocs situés dans le bassin de Ghadamès. Un bloc situé dans le sud-ouest de Tripoli est exploité conjointement avec la compagnie libyenne NOC. Les deux compagnies sont liées par un contrat d'association de type EPSA, établi sous le régime de partage de production.
Sonatrach détient 25% de parts dans ce contrat, les 75% restants revenant à la compagnie libyenne. Sonatrach a investi 750 millions de dollars dans ce projet. Les deux autres blocs situés dans la région de Zenten dans le Sud-Ouest, près de la frontière algéro-libyenne sont exploités avec des compagnies indiennes.
Rappelons que Sonatrach s'est retirée de Libye en 2011 en raison du conflit très violent qui a déstabilisé la vie économique du pays notamment dans le domaine pétrolier.
En juillet 2012, l'entreprise était revenue sur place jugeant que la situation avait repris le chemin de la normalité. Mais ce n'était que pour une courte durée, vu que deux années après (2014), Sonatrach a été obligée, une nouvelle fois, de stopper ses activités en Libye et rapatrier ses employés algériens.
Le groupe avait, certes, suspendu ses activités en Libye, mais elle a, toutefois, continué à travailler avec la compagnie pétrolière libyenne. En janvier 2018, les deux parties ont signé un accord-cadre pour le renforcement de la coopération dans la gestion des gisements frontaliers d'hydrocarbures.
L'accord concerne le développement des champs Al-Wafa (Libye) et Al-Rar (Algérie) et l'établissement d'un plan d'exploitation optimum pour ces deux gisements. Lors de la rencontre de mardi, les deux parties ont affiché leur ambition de reprendre les travaux d'exploration.
Il faut dire que les pourparlers entre les responsables algériens et libyens pour un éventuel retour des travaux d'exploration de Sonatrach en Libye ne se sont jamais arrêtés.
Si ce retour est envisageable dans un avenir proche, certaines conditions sont, néanmoins, exigées. La plus importante est celle de la sécurité des équipements et des employés de la compagnie nationale.
Le gouvernement libyen devra se porter garant de la sécurisation des sites exploités par l'entreprise algérienne. Le retour de Sonatrach en territoire libyen est aussi conditionné par la rentabilité des projets surtout dans le contexte actuel du marché.

Saïd SMATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.