L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021
Troisième algérien à le remporter après Djaout et Daoud
Publié dans Liberté le 08 - 05 - 2021

Pour son neuvième roman Abraham ou la cinquième Alliance, publié aux éditions Gallimard, l'écrivain algérien Boualem Sansal a remporté le prix Méditerranée 2021 dans la catégorie roman en français, attribué mercredi soir par le Centre Méditerranée de littérature, basé à Perpignan (France). Dans ce nouveau texte, le romancier remonte à la Genèse et au prophète Abraham, à travers une tribu chaldéenne qui, comme l'ancêtre des trois religions monothéistes, doit refaire le périple vers la Terre promise.
"En 1916, alors que le premier conflit mondial s'étend au Moyen-Orient, Terah, un vieux patriarche chaldéen, ayant compris que son fils Abram est la réincarnation d'Abraham, le charge de conduire la tribu vers la Terre promise, comme jadis son ancêtre de la Genèse. Au terme de ce long périple, Abram parviendra-t-il à fonder la cinquième Alliance, susceptible de guider les hommes et d'apaiser leurs maux ?" Sansal, dans ce roman, "actualise l'histoire ancienne de la Genèse dans le but d'éclairer nos temps obscurs. Il nous offre ici une parabole sur la puissance et les faiblesses de la pensée religieuse". Par ailleurs, l'Italien Alessio Forgione a reçu le prix du roman étranger pour Napoli, mon amour (éditions Denoël), dans lequel il "raconte avec une langue enlevée, tissée de tendresse et d'humour, les déambulations d'un jeune homme en proie aux affres de sa génération, dans un Naples inattendu et électrisant". À noter que Boualem Sansal est le troisième écrivain algérien à décrocher le Prix Méditerranée depuis sa création.
En 1991, Tahar Djaout le remportait pour son roman Les Vigiles (Le Seuil). Dans un style qui se rapproche de la satire politique, il confrontait son personnage Mahfoudh Lemdjad, jeune professeur de physique qui vient d'inventer une machine, à d'innombrables et absurdes obstacles d'un système qui se méfie de son élite intellectuelle. En 2018, le prix a été décerné à l'écrivain Kamel Daoud pour Zabor ou les Psaumes, publié chez Actes-Sud. Au village d'Aboukir, le jeune Zabor erre entre le vide qui l'entoure et le mépris qu'il inspire à son père, remarié. Son seul refuge seront les livres qu'il dévore. Mais depuis toujours, il est convaincu d'avoir un don "s'il écrit, il repousse la mort ; celui qu'il enferme dans les phrases de ses cahiers gagne du temps de vie". Commence alors une incroyable aventure spirituelle et une expérience troublante sur le pouvoir des mots. Pour rappel, le Prix Méditerranée de littérature a été créé en 1982 à Perpignan (sud de la France) par le centre éponyme. Sa mission est "de valoriser l'espace culturel entre les différents pays dont la Méditerranée est le creuset, et de reconstruire le récit épique des diversités fondatrices de son identité".
Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.