Suspension partielle et provisoire des activités de lavage-auto à Alger à compter de samedi    Sortie du territoire : Les services de police n'appliquent plus la mesure d'autorisation depuis le 4 juin    Algérie. Des dizaines de personnes arrêtées dans le cadre d'une escalade de la répression contre les militant.e.s    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le b.a.-ba de la fabrication d'un film
Master-class du réalisateur Said Mehdaoui à Béjaïa
Publié dans Liberté le 09 - 05 - 2021

Le réalisateur et producteur, Saïd Mehdaoui, a animé, avant-hier, un atelier sur une thématique très attendue par les stagiaires de la Maison de la culture de Béjaïa, "De l'idée à l'écran : le processus de fabrication d'un film".
Et comme il fait partie des nouveaux membres de la commission de lecture du Fonds de développement de l'art, de la technique et de l'industrie cinématographique (Fdatic) installés en juin 2020, son passage était attendu pour ne pas dire espéré. Cadre de formation, Saïd Mehdaoui est intervenu dans cet atelier en tant que réalisateur. Cette expérience, il la racontera devant un parterre d'apprentis cinéastes. C'est dans sa jeunesse qu'il s'est découvert une passion pour le cinéma. Mais au fil des années et par manque de moyens et surtout d'opportunités, le monde cinématographique lui semblait alors inaccessible. C'est un atelier portant sur la réalisation qui lui ouvre les yeux "sur le processus de fabrication d'un film".
Il est vrai qu'à l'époque, même la télévision diffusait des films documentaires sur les techniques de fabrication de films. Dans la foulée, Saïd Mehdaoui commence à écrire des scénarios de courts-métrages qu'il essaie de réaliser ensuite. Citons Je rêve, Riad et Houria, Mangera, ne mangera pas, Le chemin du soleil. Mais toutes ces tentatives ont été vouées à l'échec, du fait, confie-t-il, de la non-maîtrise du processus de réalisation. Et affirme devant des stagiaires scotchés par une telle sincérité : "Vouloir faire des films c'est bien, mais il faut d'abord connaître ce processus par cœur. Une bonne préparation est indispensable pour la réussite de tout projet". Loin de le décourager, les échecs ont, au contraire, renforcé Saïd Mehdaoui dans sa quête de la perfection. Il a réussi à réaliser des films, écrire des scénarios sur des histoires qui lui tenait à cœur, il citera : Youm el jemâa (un vendredi) et Inspiration et délire, le peintre et le chanteur. Il a tourné, en outre, les documentaires : Les cinéastes de la liberté, Les nettoyeurs de la Casbah, Tlemcen, repères et héritages et Gourara Touat, thèmes et variations etc.
Pour lui, il faut d'abord avoir une idée, "l'idée, c'est le grand moteur, avant d'écrire un scénario", il faut ensuite "avoir une culture cinématographique solide". Pour y arriver, "les jeunes gens doivent lire énormément avant de se lancer, car contrairement à la télé, c'est extrêmement difficile de faire du cinéma". Il explique que ce sont-là deux mondes, voire deux univers différents. "Le cinéma est un outil qui permet de transmettre des propos et qui a pour but de faire bouger l'intellect." Vers la fin de la rencontre, il a été invité à rappeler, succinctement, le rôle de la commission de lecture des scénarios du Fdatic, après que des producteurs, des techniciens du cinéma, mais aussi des animateurs de ciné-clubs ont appelé à "régler sans délais" le problème des visas d'exploitation des films algériens, une procédure qu'ils jugent "lourde et restrictive pour la liberté de créer".
M. Ouyougoute


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.