Suspension partielle et provisoire des activités de lavage-auto à Alger à compter de samedi    Sortie du territoire : Les services de police n'appliquent plus la mesure d'autorisation depuis le 4 juin    Algérie. Des dizaines de personnes arrêtées dans le cadre d'une escalade de la répression contre les militant.e.s    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons de la cherté
PRIX DES PRODUITS AGRICOLES FRAIS
Publié dans Liberté le 09 - 05 - 2021

Les opérations de déstockage et de vente directe par de producteurs n'ont pas induit les baisses escomptées sur les prix des fruits et légumes.
En dépit des quantités stockées qui ont dépassé 1,6 million de tonnes, les prix des produits agricoles n'ont pas connu de baisse pour soulager les citoyens aux bourses moyennes durant le mois de Ramadhan. Certes, ce n'est pas encore la période des récoltes pour la tomate par exemple, mais les pouvoirs publics devraient anticiper sur cette problématique pour que le prix du kilogramme de ce produit n'atteigne pas le niveau prohibitif de 180 DA.
Les autorités fondaient leur espoir sur la production sous serres en mettant sur le marché l'équivalent de 226 387 tonnes de tomate pour faire baisser les prix. Un apport qui a réduit le prix à 110 DA. Mais avec de tels niveaux de tarifs, la tomate demeure inaccessible pour la majorité des consommateurs.
Le même constat est établi pour la pomme de terre dont le prix a surpris tous les acteurs de la filière. 100 DA le kg, était un scénario inattendu durant le Ramadhan, y compris pour les responsables du ministère du Commerce. Car, l'offre a avoisiné les 340 000 tonnes contre 298 000 tonnes e n 2020. À cela il y a lieu d'ajouter le stock de 11 000 tonnes mis sur le marché par l'Office national interprofessionnel des légumes et viandes (Onilev).
Les dernières intempéries ayant touché de nombreuses wilayas, notamment Mostaganem, ont été à l'origine de la hausse des prix de ce produit. L'autre argument avancé concerne la contreperformance de la wilaya d'El-Oued qui, d'habitude assure 60% des besoins nationaux. L'apport de cette wilaya du Sud est attendu pour ces jours-ci.
Les prévisions du ministère du Commerce indiquaient une baisse jusqu'à 40 DA le kg du tubercule notamment avec l'opération de déstockage lancée par l'Onilev qui a mis en place des points de vente dans différentes régions et localités où les tarifs pratiqués se sont situés entre 45 et 50 DA. Or, aujourd'hui, la pomme de terre est paradoxalement commercialisée à 85 DA.
Cette hausse serait-elle liée à l'approche de la fête de l'Aïd, période durant laquelle les prix des produits agricoles et certains produits alimentaires enregistrent une flambée ? En tout cas, ni la vente directe par des producteurs autorisée par le département de Kamel Rezig ni les soldes et les ventes promotionnelles accordés aux commerçants, détaillants et grossistes, n'ont eu d'effets immédiats pour faire baisser les prix.
Déficit en infrastructures commerciales
D'autres arguments sont avancés par le ministère. L'on peut citer le manque flagrant d'infrastructures commerciales en Algérie. "Pour 1 541 communes, il n'existe que 865 marchés. Le déficit est criant", a relevé récemment, Ahmed Mokrani, directeur de l'organisation des marchés et des activités commerciales au ministère du Commerce. Néanmoins, ajoute-t-il, le ministère est en train de construire 7 marchés de gros aux normes internationales requises par la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture).
Celui de Sétif a été d'ores et déjà réceptionné et il est opérationnel. Ceux de Bourached à Aïn Defla, d'Aïn Ouessara à Djelfa, de Ben Abdelmoumen à Mascara, d'Aïn Beida à Ouargla ont été également réceptionnés.
Des marchés de gros pour l'alimentation générale sont aussi projetés à proximité des zones de production notamment à Batna, Tiaret, Béchar, Boumerdès, Mila et Guelma. L'objectif recherché est de réguler au maximum le marché en assurant un approvisionnement régulier de tous ces espaces commerciaux et de permettre aux agents de contrôle d'accomplir leurs missions de régulation.
Pa r ailleurs, l'on dénombre 625 marchés de proximité édifiés, mais inexploités à cause de leur éloignement des agglomérations et du manque de commodités (problème d'aménagement : manque d'électricité, de réseau d'alimentation en eau potable...). Cela dit, le ministère escompte exploiter au moins 250 de ces marchés abandonnés et les spécialiser en fruits et légumes afin d'alimenter les cités nouvellement construites qui demeurent dépourvues d'espaces commerciaux.
Plus de 340 jeunes ont même été autorisés à vendre dans ces cités avec un registre de commerce de marchand ambulant. Pour le reste de ces marchés, le ministère de l'Intérieur peut les transformer en salles de sport ou pour toute autre vocation.

Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.