L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un vrai casse-tête
vieux bâti à Oran
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2021

La problématique de la réhabilitation du vieux bâti à Oran n'est pas près d'être résolue. Loin de là. Bien que des mesures de règlement aient été régulièrement annoncées, ces 25 dernières années, le nombre d'habitations concernées reste très élevé.
Selon des chiffres non exhaustifs rendus publics, il y a quelque temps, la wilaya d'Oran abriterait plus de 15 000 habitations précaires à travers dix communes. L'essentiel des bâtisses à rénover se trouve à Es-Sénia, Mers El-Kébir, Arzew, Benfréha et Bousfer, localités qui regroupent, à elles seules, plus de 5 000 unités.
Les opérations de rénovation effectivement lancées en 2012 ont concerné seulement 200 immeubles (sur 600 annoncés) situés pour l'essentiel dans le centre-ville d'Oran où des firmes espagnoles et italiennes spécialisées dans la restauration ont dressé leurs échafaudages.
Plus tard, l'avancement des travaux connaîtra plusieurs couacs en raison de différents problèmes d'ordre financier et administratif, et certains chantiers seront carrément arrêtés. Plus tard, on annoncera la réception de 35 immeubles, situés rues Larbi-Ben M'hidi et Mohamed-Khemisti, qui ont fait l'objet de ravalement des façades et de réfection des terrasses et des escaliers.
Ailleurs, cependant, les vieilles bâtisses attendent toujours d'être restaurées et leurs occupants vivent dans l'angoisse des jours d'hiver. À El-Hamri, Sidi El-Houari, Derb, St-Eugène..., des centaines d'habitations espèrent une restauration qui tarde à venir.
En janvier dernier, l'effondrement partiel d'un immeuble de cinq étages situé au quartier de Sidi Bachir, anciennement Plateau St-Michel, est venu rappeler toute l'étendue de la problématique du vieux bâti et des dangers qu'il fait peser sur les citoyens.
Deux cellules de recensement de l'habitat précaire, installées au lendemain de cet "incident", sont venues grossir les rangs des précédentes cellules de recensement et autres commissions d'enquêtes qui ont vu le jour ces deux dernières décennies sans pour autant (presque) rien changer au quotidien des Oranais.
Par-delà les risques encourus par l'habitant, se pose également la question de la préservation d'un patrimoine d'une rare valeur historique, auquel les autorités n'ont pas accordé d'importance, elles qui privilégient l'option du relogement à la sauvegarde du vieux bâti.
Les spécialistes le déplorent : à cause de l'indifférence à la nécessaire sauvegarde du patrimoine culturel, Oran a perdu des pans entiers de ses quartiers historiques. Et il est à craindre que cette dynamique mortifère ne se poursuive pour des années encore.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.