Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants
ELECTIONS LEGISLATIVES
Publié dans Liberté le 13 - 06 - 2021

Comme il fallait s'y attendre, les élections législatives anticipées d'hier ont été massivement boycottées par les électeurs de la wilaya de Béjaïa. En effet, sur un corps électoral de 561 796, seules 4 136 personnes ont voté hier dans la wilaya de Béjaïa, soit un taux de participation de 0,79%, communiqué, hier vers 14h, à la presse par le coordinateur de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) de Béjaïa, Achour Hachemaoui. À partir de cet instant-là, le peu de centres de vote qui ont ouvert dans la matinée ont été fermés.
C'est un record historique d'abstention dans les annales des élections dans la région, de surcroît sans violence. Seuls quelques petits incidents ont été enregistrés.
La réponse de la population au vote a été donnée dans la matinée d'hier. Sur les 52 communes que compte la wilaya de Béjaïa, seuls 22 centres de vote ont été ouverts, à partir de 8h, à travers 17 communes de la région. C'est le cas des communes de Béjaïa, d'Amizour, d'El-Kseur, de Sidi-Aïch, de Tifra, d'Adekar, etc. Mais au fur et à mesure que le temps passait, les centres ouverts commençaient à fermer leurs portes. Si quelques centres ont fermé, à partir de 10h, sous la pression de la population mais sans user toutefois de violence, beaucoup d'autres ont été fermés sans la moindre pression. Les deux derniers centres de vote à fermer leurs portes, sont ceux des communes de Béjaïa (l'école primaire Boucherba des Quatre-Chemins) et Tifra.
À partir de 14h, tous les centres de vote de la wilaya de Béjaïa ont été fermés. Et dire que le coordinateur de l'Anie de Béjaïa avait invité la presse à revenir à son siège pour lui communiquer le taux de participation à 17h. Il faut dire que l'Anie n'a pas été, le moins que l'on puisse dire, à la hauteur. Pour preuve, ce n'est qu'à 14h que le premier taux officiel de participation à l'échelle de wilaya a été donné. Sollicité par les journalistes pour communiquer les premiers résultats, à partir de 10h, comme ce fut le cas lors du référendum du 1er novembre dernier, M. Hachemaoui a demandé à ces derniers de patienter alors que dans toutes les wilayas du pays l'Anie avait communiqué les premiers taux de participation. Pour revenir au déroulement des élections, il y a lieu de signaler que l'Anie a procédé au regroupement des centres de vote dans les communes où ils ont été ouverts.
À titre d'exemple, dans la commune de Béjaïa, chef-lieu de wilaya, sur 34 centres de vote existants, elle se retrouve avec 6 centres de vote suite au regroupement de plusieurs centres en un seul. À quoi obéit cette "stratégie" ? Il est bien difficile de répondre. Il reste que la population de la région a donné sa réponse en termes de participation. Une participation insignifiante dans les centres de vote ouverts. À Sidi-Aïch, à titre indicatif, 45 votants ont été enregistrés dans l'unique centre de vote ouvert dans cette commune de la vallée de la Soummam, alors que le nombre total d'électeurs inscrits s'élève à 7 303.
Contrairement à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 et au référendum du 1er novembre 2020, le calme régnait, hier matin, à Béjaïa. Mais point de votants dans les centres de vote et sans être empêchés à l'extérieur par des manifestations hostiles à la tenue de ces élections législatives. Les personnes qui ont glissé leurs bulletins de vote l'ont fait sans heurt. Au chef-lieu de wilaya, c'est le calme plat. Seul le bruit assourdissant de l'hélicoptère de la police qui tournoyait dans le ciel à basse altitude, très tôt le matin, venait perturber le silence qui régnait dans la ville. Les rares automobilistes roulaient sans encombre et les piétons vaquaient à leurs occupations. Aucun incident n'est à signaler.
Il est vrai qu'à 11h, des jeunes ont tenté d'organiser une marche contre les élections depuis le rond-point du Printemps noir (cité CNS) vers Aamriou, mais ils ont vite été dissuadés, après l'intervention rapide des brigades anti-émeutes positionnées dans les parages. Ainsi, la population a boycotté le scrutin sans aucune contrainte ou violence. Dans certaines localités, à l'exemple d'El-Kseur et de Tichy, le déroulement des opérations de vote a été empêché. À El-Kseur, des urnes ont été saccagées par des manifestants la veille du scrutin.
Six manifestants ont été arrêtés, selon Me Benyoub Djamal, lors de l'intervention des forces de l'ordre. Hier, les manifestants sont revenus à la charge en organisant un rassemblement devant le siège de la sûreté de daïra et en fermant à la circulation la RN26 au niveau du sens giratoire obligatoire en allant vers Sidi-Aïch.
À Tichy, des manifestants ont assiégé l'unique centre de vote ouvert avant que les forces de l'ordre n'interviennent. Le centre a finalement fermé ses portes. À Kherrata, une marche pacifique a, comme tous les samedis, été organisée hier. La manifestation a été précédée la veille par une caravane qui a sillonné les cités de la ville pour appeler la population à boycotter les élections. Les autres centres de vote ouverts ont été fermés quelques heures après sous la pression de la population mais sans user de violence. En somme, la population béjaouie a massivement boycotté le scrutin pacifiquement.
L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.