Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE
"RESILIENCE INACHEVEE", PREMIER ROMAN DU PSYCHIATRE SAID OURAD
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2021

Violée par son beau-père quand elle était adolescente, Céline sera marquée à jamais par cette souillure. Comédienne de profession, la jeune femme se réfugie dans le cinéma dans l'espoir d'oublier ce qu'elle a enduré dans sa chair. Après quelques rôles campés avec brio, la comédienne passe derrière la caméra pour réaliser son premier film autobiographique. Dès son avant-première, le long-métrage a connu un succès inattendu. Le film, salué par la critique, a propulsé la réalisatrice au-devant de la scène, suscitant débat et dénonciation sur le phénomène du viol dans la société.
Le lecteur, tout comme le personnage, sera ballotté entre la fiction fixée par l'image et la réalité vécue par Céline dans son adolescence. Les va-et-vient entre la réalité et la fiction dépriment la jeune femme. Dans son film, le violeur a été condamné à la prison ferme, tandis que le vrai violeur court toujours. Cette image renseigne sur l'impuissance parfois des lois à rendre justice.
C'est dans ces moments d'angoisse qu'elle retrouve son ami réalisateur Aghilas, qu'elle a perdu de vue depuis des lustres. Aghilas a fui l'Algérie durant la décennie de terrorisme, après l'assassinat de son père journaliste. Dans les méandres parisiens, il se force un profil dans le cinéma, moins par amour du 7e art que pour s'oublier et oublier sa réalité d'exilé. Céline décide de retrouver son violeur, sans savoir comment s'y prendre... Ecrit dans un style dépouillé, le roman Résilience inachevée (éditions Sydney Laurent) de Saïd Ourad remet au goût du jour une problématique sociétale qui bafoue les droits des femmes, victimes expiatoires du machisme.
L'auteur, psychiatre de son état, a dû aborder cet aspect psychanalytique du viol des femmes, source d'une autre tragédie, le féminicide en l'occurrence. Une cinquantaine de cas ont été enregistrés en 2020 en Algérie. L'auteur Saïd Ourad remue en quelque sorte le couteau dans la plaie pour nous rappeler qu'en dépit de la modernisation des lois, les violeurs courent toujours dans la nature, c'est-à-dire qu'ils sont rarement rattrapés par la justice, empêchant les victimes de se reconstruire avec résilience. D'où le titre évocateur du roman.

Yahia ARKAT
Résilience inachevée de Saïd Ourad. éditions Sydney Laurent, Nice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.