L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mirage de la paix
Six ans après la signature de l'Accord d'Alger
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2021

Malgré tous les efforts politiques, diplomatiques et militaires déployés par la communauté internationale, le Mali peine à retrouver une stabilité durable. Les crises successives du pouvoir ont rendu le règlement définitif du conflit du Nord extrêmement difficile et font s'éloigner les chances de la paix.
Intervenant dans un contexte politique de grande incertitude, le 6e anniversaire de la signature de l'Accord d'Alger remet sur le tapis un certain nombre de questions sur la mise en œuvre de ce texte, qu'une partie des Maliens veut réviser et adapter à la nouvelle donne à Bamako. La mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, traîne toujours, six ans après sa signature à Bamako le 20 juin 2015, malgré les efforts de la communauté internationale de le faire aboutir dans les meilleurs délais. Englobant le règlement sécuritaire et politique d'une crise qui a opposé dès 2012 l'ex-rébellion targuie aux autorités de Bamako, ce texte avait intégré la dimension sociale et économique pour en finir avec les velléités séparatistes des acteurs politiques et militaires du nord du pays et avec les injustices qui sont mises en avant pour justifier le "rêve" d'un Azawad indépendant que les Touareg nourrissent depuis plus d'un demi-siècle.
Menée parallèlement à la lutte contre le terrorisme dans le nord du pays, au bilan très discutable d'ailleurs, l'application de l'Accord de paix a peu avancé sur ce deuxième terrain social et économique. La population du Nord attend toujours sa part de développement économique, tant promis par Bamako, et dont l'administration a du mal aussi à se redéployer, laissant le champ libre à une large autonomie de gestion à la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion), notamment dans la ville-clé de Kidal, à dominante targuie. Malgré l'installation d'un nouveau gouverneur dans la ville, son champ d'action demeure très limité et sa sécurité est assurée par les éléments armés de la CMA.
Sur le plan sécuritaire, les populations isolées subissent quotidiennement les affres du terrorisme d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), mais aussi de l'autoproclamé Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS), en plus du banditisme qui, par ailleurs, alimente les violences tribales, très répandues au Mali. Il y a aussi la question des déplacés du Nord, dont une partie est toujours réfugiée dans les pays voisins. Selon les chiffres de l'Onu, datant de février 2021, plus de 358 212 personnes sont considérées comme déplacées internes ou réfugiées dans les pays voisins.
Certes, quelques avancées symboliques sont à signaler autant sur le plan politique que sécuritaire, mais elles restent symboliques et géographiquement limitées à quelques zones où la présence des forces armées n'a, toutefois, pas réussi à éradiquer totalement la menace terroriste et les violences intercommunautaires. La présence des forces étrangères, dans le cadre du maintien de la paix, n'a pu, non plus, endiguer le phénomène terroriste, qui profite d'ailleurs de la situation sociale et de l'instabilité politique chronique à Bamako pour étendre ses tentacules jusqu'au sud du pays.
Profitant de la porosité des frontières et de l'instabilité en Libye, les groupes terroristes contribuent d'une manière directe et indirecte au blocage de la mise en œuvre de l'Accord d'Alger. Reste maintenant à savoir si les autorités de transition, dirigées par les militaires putschistes, sont prêtes à donner une nouvelle dynamique à cet accord, surtout après avoir réussi à obtenir la confiance du principal signataire du texte, la CMA.
Dès les premiers jours ayant suivi le coup d'Etat militaire contre l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, le 18 août 2020, l'Algérie avait dépêché son chef de la diplomatie, Sabri Boukadoum, qui s'est rendu plusieurs fois à Bamako depuis pour s'assurer du respect de cet accord par les autorités de transition. Mercredi dernier, le président de la transition au Mali, Assimi Goïta, a déclaré que son équipe aura pour mission de poursuivre le travail de mise en œuvre intelligente et efficiente de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, en vue de créer les conditions optimales d'une paix durable, selon le communiqué du Conseil des ministres, relayé par l'agence de presse malienne (Amap).

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.