Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La dangereuse décision de l'ex-rébellion targuie
Création de zones militaires dans le centre du Mali
Publié dans Liberté le 03 - 02 - 2021

En agissant hors du cadre de l'accord d'Alger, l'ex-rébellion targuie qui participe au Conseil de transition au Mali crée un dangereux précédent, qui remet en cause son engagement en faveur de la paix dans ce pays, en proie à une instabilité permanente.
La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion targuie) a décidé, au début de la semaine, d'une série d'actions militaires qui font déjà grincer des dents à Bamako, en attendant la réaction de la médiation internationale, chargée de la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali.
Allant loin de son fief traditionnel, dans le nord du pays, la CMA a annoncé dans un communiqué la "création de 2 zones militaires dans la région de Gao (le Haoussa et le Gourma) avec une coordination unique", dans le centre du Mali, connu pour être plutôt un terrain de chasse de la Plateforme d'Alger, l'autre mouvement signataire de l'accord de paix de mai-juin 2015. Dominée par les Touareg Ifoghas, la CMA a annoncé aussi un "renforcement des mesures dédiées à la lutte contre l'insécurité dans les régions de Tombouctou et de Ménaka", où vit une majorité de Touareg Imghad et des membres des communautés arabe, peule et dogon.
Hormis le risque de confrontation que ces décisions pourraient provoquer, l'action de la CMA est considérée par des médias maliens comme une auto-proclamation de fait de l'indépendance de ce que les Touareg appellent le territoire de l'Azawad. Le président de transition, Bah N'Daw n'a pas encore réagi à ces derniers événements, qui interviennent dans un contexte politico-sécuritaire difficile, marqué par un équilibre fragile des pouvoirs à Bamako et une recrudescence du terrorisme dans ces mêmes régions où la CMA semble vouloir s'imposer. C'est d'ailleurs au nom de ce "souci" sécuritaire que la Coordination des mouvements de l'Azawad a décidé de créer ces deux zones militaires et de renforcer sa présence à Tombouctou, à Gao et à Ménaka.
"Il est créé dans le Gourma une zone de défense et de sécurité relevant de l'état-major général de la CMA dans le but de mieux contribuer à la sécurité des personnes et de leurs biens en partenariat avec les forces nationales et internationales", précise la décision de la CMA, selon le communiqué publié à l'issue de près d'une semaine de discussions de son comité directeur. Le Comité de suivi de l'accord de paix et de réconciliation (CSA), chargé de la mise en œuvre de ce texte, devait se réunir en janvier dernier, mais la session de travail a été reportée à la demande de l'Algérie pour on ne sait quelle raison.
En l'absence d'une autorité légitime à Bamako, en attente de nouvelles élections dans moins de 14 mois, l'armée qui domine les autorités de transition va-t-elle réagir et imposer son autorité dans cette région où ses troupes ont du mal à sécuriser les populations isolées et à lutter efficacement contre la présence des groupes terroristes d'Al-Qaïda et de l'autoproclamé Etat islamique ? Pour le moment, silence radio du chef de la junte Assimi Goïta, dont tout le monde attend une annonce forte par rapport à ce qui se passe.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.