Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qui choisira Abdelmadjid Tebboune ?
Formation du Gouvernement à la lumière de la nouvelle configuration de l'assemblée
Publié dans Liberté le 21 - 06 - 2021

À quelques jours de l'annonce officielle des résultats définitifs des élections législatives anticipées du 12 juin dernier, les spéculations vont bon train sur la future configuration de la majorité dont pourrait être issu éventuellement le gouvernement.
Comme prévu dans la Constitution amendée en novembre dernier, la configuration du futur gouvernement dépend des résultats des élections législatives. A priori, l'arrivée en tête du FLN peut suggérer que le chef de l'Etat va choisir un Premier ministre (ou un chef du gouvernement) issu de l'ancien parti unique. Or, ce scénario semble être exclu. Des sources concordantes indiquent en effet qu'Abdelmadjid Tebboune ne donnera pas la primature au parti de Baâdji Abou El-Fadhl. "Il ne fera pas cette fleur au FLN pour deux raisons : la première est qu'il n'oublie pas le manque de soutien de ce parti lors de la présidentielle de 2019. La deuxième est qu'il ne veut pas donner l'impression de réhabiliter un parti qui a catalysé autant de rejet" dans la société, confie un cadre du FLN qui a requis l'anonymat.
Compte tenu de la configuration actuelle de l'Assemblée populaire nationale, le chef de l'Etat ne sera pas tenu de choisir un chef du gouvernement parmi un des partis "vainqueurs" puisqu'aucune liste ne peut se targuer d'une majorité d'élus. Il jettera donc son dévolu sur une "personnalité indépendante", même si le scénario du maintien d'Abdelaziz Djerad n'est pas exclu. Il aura ensuite, le loisir de choisir ses soutiens.
S'il est prématuré d'évoquer la configuration des alliances qui se noueront autour du chef de l'Etat, l'agitation qui anime, ces derniers jours, des "listes indépendantes" laisse à penser que ces députés non affiliés constitueront l'ossature de ce qui deviendra plus tard "la majorité présidentielle". Signe de l'allégeance : une réunion, regroupant des indépendants, s'est tenue samedi dernier à Zéralda pour annoncer un soutien franc au chef de l'Etat. Ces "indépendants" ont même lancé des appels à d'autres partis et forces politiques pour les rejoindre. S'y joindront des partis politiques comme El-Moustakbal, El-Bina et probablement le RND. Chacun de ces partis politiques pourrait avoir des représentants au sein du futur gouvernement. Mais comme il est de tradition, aucune de ces formations n'aura droit à un département de souveraineté. Des portefeuilles comme les Affaires étrangères, l'Intérieur, l'Education et la Justice devraient être naturellement confiés à des personnalités non partisanes. Il se dit même que certains ministres vont rester en poste.
C'est le cas notamment de Sabri Boukadoum qui gardera la main sur le portefeuille de la diplomatie. En attendant la résolution de ce qui s'apparente à un "casse-tête", compte tenu du déficit de légitimité dont souffre la nouvelle Assemblée, mais également au regard des multiples défis qui attendent la nouvelle équipe, le chef de l'Etat s'emploie à renforcer son cabinet, particulièrement après s'être séparé de certains conseillers. Il est attendu ainsi qu'il nomme davantage de conseillers pour pouvoir gérer la situation économique et politique difficile que vit le pays. Après avoir rappelé un ancien ministre, Hamid Lounaouci, comme conseiller chargé des organisations non gouvernementales (ONG), d'autres personnalités pourraient rejoindre, dans les prochains jours, le palais d'El-Mouradia. Mais à l'heure actuelle, il est difficile de quantifier les changements que le chef de l'Etat compte opérer.
Ce qui est, en revanche, certain, c'est que le chef de l'Etat sera amené à trouver une équipe en mesure de relever les défis et qui aura la lourde tâche de tenter de rétablir la confiance et de gérer des dossiers prioritaires, notamment ceux liés à la crise économique et la demande sociale pressante. Une équipe qui devra également préparer la tenue, avant la fin de l'année, des élections locales qui parachèveront "le processus institutionnel" entamé avec la présidentielle de décembre 2019.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.