LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté
L'ANCIEN PRESIDENT DE LA MAURITANIE ACCUSE DE CORRUPTION
Publié dans Liberté le 24 - 06 - 2021

L'ancien président est accusé d'être mouillé dans des affaires de corruption. Des soupçons pesaient sur lui depuis des années, avant même qu'il quitte le palais de Nouakchott.
L'ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a été écroué mardi soir, sur décision du juge chargé d'une enquête pour corruption présumée dans laquelle il a été inculpé en mars. Cette arrestation intervient quelques jours après le refus de l'ancien dirigeant de continuer à se présenter à la police, comme le lui imposaient les conditions de son placement en résidence surveillée.
L'ancien chef d'Etat ne devrait pas être écroué en prison dans l'immédiat, mais devrait séjourner deux semaines dans une chambre de la police, ont précisé des sources proches du dossier citées par les médias.
Mohamed Ould Abdel Aziz, qui crie au "règlement de comptes", avait été inculpé en mars, en même temps qu'une dizaine de hautes personnalités, pour des faits présumés de corruption, blanchiment d'argent, enrichissement illicite ou encore dilapidation de biens publics commis pendant les années où il dirigeait le pays. Ils avaient alors été placés sous contrôle judiciaire.
En mai, le juge avait durci ces conditions en ordonnant son placement en résidence surveillée, tout en maintenant l'obligation pour lui de se présenter à la police trois fois par semaine et de demander l'autorisation du juge pour quitter Nouakchott.
Il y a quelques jours, Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de ne plus se rendre à la police, comme il l'avait fait jusqu'alors, à pied, provoquant des attroupements. Il avait invoqué sur Facebook "les brimades infligées aux citoyens qui m'accompagnent et me témoignent leur soutien".
La justice mauritanienne est saisie depuis août 2020 du rapport d'une commission parlementaire qui s'était penchée sur la gestion des revenus pétroliers sous sa présidence, sur la vente de domaines de l'Etat, les conditions de liquidation d'une société publique assurant l'approvisionnement du pays en denrées alimentaires ou encore les activités d'une société chinoise de pêche.
Au moment des multiples inculpations de mars, le parquet avait annoncé le gel ou la saisie de sociétés, d'immeubles, de véhicules ou de sommes d'argent évalués sommairement à l'équivalent de 96 millions d'euros.
Sur ce total, 67 millions revenaient à l'un des suspects et 21 au gendre de celui-ci, disait le parquet sans citer explicitement l'ex-président.
Après plus de dix ans à la tête de ce vaste pays sahélien d'Afrique de l'Ouest entre 2008 et 2019, l'ancien président a perdu en décembre 2019 la direction de l'Union pour la République (UPR), parti qu'il a fondé et qui détient toujours une forte majorité au parlement. Sa disgrâce s'est accélérée en août 2020 avec les interrogatoires de la police et la privation de son passeport. Mohamed Ould Abdel Aziz Aziz a signalé son retour en politique en avril en intégrant un petit parti d'opposition, le Ribat national.

R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.