Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colère des bénéficiaires des dispositifs d'aide à l'emploi
Wilaya de Chlef
Publié dans Liberté le 15 - 07 - 2021

Les protestataires dénoncent la précarité de leur situation alors qu'ils cumulent des années de travail avec des contrats à durée déterminée, plusieurs fois renouvelés, sans avoir la chance d'être confirmés à leur poste.
Ils sont tous répartis à travers des entreprises économiques et des administrations publiques dans le cadre des différents dispositifs d'aide à l'emploi depuis des années dans toutes les communes de la wilaya de Chlef. Des dizaines de bénéficiaires de ce système réclament aujourd'hui leur intégration professionnelle dans des postes permanents.
Selon des déclarations de plusieurs d'entre eux rencontrés en marge des sit-in de protestation qu'ils ne cessent d'observer périodiquement devant le siège de la wilaya, l'attente a trop duré et les promesses qui leur sont à chaque fois avancées n'ont toujours pas abouti. "Nous considérons que toutes les promesses qui nous ont été données par les autorités compétentes locales au sujet de notre recrutement sont mensongères. Le recrutement permanent se fait, certes, une fois des postes d'emploi disponibles dans telle ou telle entreprise ou telle ou telle administration, mais il ne nous a jamais touchés.
Ce sont toujours d'autres – des connaissances – qui bénéficient de ce recrutement au détriment de ceux qui le méritent et qui travaillent çà et là dans le cadre des différents dispositifs d'aide à l'emploi depuis plus d'une décennie pour certains", dénoncent les protestataires, ajoutant que "malgré leur riche expérience acquise pendant de longues années dans de différents domaines au sein de leurs entreprises respectives, ces derniers n'ont jamais eu la chance d'être définitivement confirmés dans leurs postes là où ils travaillent, comme le stipule la réglementation en vigueur".
Les nombreux protestataires, issus de plusieurs communes, se sont rassemblés dernièrement devant le siège de la wilaya, dans l'espoir de mieux se faire entendre. Mais cela ne semble pas être le cas. Soulignons également que les contrats de travail de nombre de bénéficiaires des dispositifs en question dans plusieurs communes de la wilaya ont tout simplement expiré et n'ont pas été renouvelés, ce qui oblige la personne concernée à se retrouver du jour au lendemain au chômage, à la rue.
Pour les mêmes contestataires, il s'agit d'une situation qui ne fait que détruire socialement l'avenir de ceux qui voient leur contrat de travail prendre fin alors qu'ils espèrent être, au contraire, intégrés. "Ce sont presque tous des pères de famille qui se trouvent subitement livrés à leur triste sort. Que les pouvoirs publics trouvent définitivement les solutions les plus adéquates à cette situation que nous endurons péniblement et qui continue de durer dans le temps", concluent les mêmes protestataires, qui rappellent que leur mouvement engagé ne prendra fin qu'une fois leurs revendications entièrement satisfaites.

AHMED CHENAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.