Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plaidoyer pour une politique environnementale active
LE CNESE MET EN AVANT L'IMPERATIF DU DEVELOPPEMENT DURABLE
Publié dans Liberté le 15 - 07 - 2021

Selon le président du Cnese, l'économie ne peut fonctionner en "autarcie", mais en "symbiose avec l'environnement".
Des défis tels que "les changements climatiques" ou la préservation de "la biodiversité" mettent en évidence "la nécessité" d'une politique environnementale active et rénovée pour faire en sorte que "les ressources naturelles soient utilisées de manière responsable" et que "le développement économique soit soutenable à long terme", du point de vue "environnemental" et du point de vue "social".
"Nous devons faire converger la volonté politique des autorités et la mobilisation des acteurs socioéconomiques", l'objectif étant de mettre à jour notre politique environnementale. C'est ce qu'a expliqué le président du Conseil national économique, social et environnemental (Cnese), Réda Tir, dans une déclaration à la presse en marge d'un séminaire sur "les politiques environnementales" organisé, hier, à Alger.
Réda Tir a ajouté que l'environnement est une question "cruciale", qu'il ne s'agit pas de quelque chose d'"accessoire" et que l'économie ne peut fonctionner en "autarcie", mais en "symbiose avec l'environnement".
Et, de poursuivre : il faudrait que "l'administration trouve une autre façon de produire des données fiables. Grâce aux données dont nous pourrons disposer, nous pourrons avancer dans l'élaboration de nouveaux modèles ou l'adaptation de modèles existants, selon les exigences de l'environnement".
Par ailleurs, dans une allocution prononcée à l'occasion de cette rencontre, le président du Cnese a souligné que "nous devrons nous fixer des objectifs à moyen et long termes en matière de politiques environnementales" et que ces politiques, notamment dans les domaines du "climat" et de "la biodiversité", devront faire l'objet "d'évaluation annuelle".
Il est temps, selon lui, d'œuvrer avec plus de "persévérance à la transformation des règles de l'économie, afin que les biens et services que nous tirons des écosystèmes et de la biodiversité soient pris en compte" dans la conception environnementale et écologique.
Réda Tir a estimé qu'on ne peut pas "assurer une transition écologique" adaptée, sans s'appuyer sur "des instruments réglementaires et économiques cohérents et applicables sur des innovations technologiques et sociales, sur des sources de financement multiples et sur une évaluation des progrès réalisés ( ....)".
Il a, en outre, insisté sur le fait que "le dialogue" et "l'intégration" environnementaux basés sur de "nouveaux modèles économiques et soutenus par des moyens humains, par une technologie de pointe et des financements adéquats" devront permettre d'impulser de la "dynamique aux nouvelles politiques environnementales".
Dans un document élaboré par le Cnese, résumant les principaux enjeux et sujets de préoccupation traités à l'occasion de ce séminaire, il est mentionné que "certaines politiques environnementales ont d'ores et déjà opéré des ruptures totales dans la conception des politiques publiques et qu'elles ne sont plus perçues comme des accessoires accompagnant le développement, mais comme une matrice fondamentale de toute stratégie de développement".
Il y est, par ailleurs, rappelé que "l'ensemble des organismes financiers internationaux et multinationaux financent de plus en plus de projets intégrant une vision globale de politique environnementale".
Présente à cette rencontre, Mme Samira Hamidi, membre du Cnese, a, dans un long exposé, relevé que l'Algérie a élaboré et adopté un "plan climat" et établi "les règles" devant permettre sa mise en œuvre. Elle est, par ailleurs, revenue sur l'évolution de la législation et la réglementation sous-tendant le secteur de l'environnement.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.