153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Deux cadres du groupe "Etat islamique" neutralisés au Mali
Alors que les attaques terroristes se poursuivent au centre du pays
Publié dans Liberté le 25 - 07 - 2021

Dans un contexte sécuritaire tendu, l'enquête sur la tentative d'assassinat du colonel Assimi Goïta avance très lentement.
L'enquête avance lentement au sujet de la tentative d'assassinat mardi contre le colonel Assimi Goïta, le président malien de transition. Les premiers éléments de l'enquête ont permis d'identifier l'agresseur du président Assimi Goïta, qui serait de nationalité malienne. L'homme, qui avait en main le couteau le jour de la fête l'Aïd El-Adha, est plutôt jeune, sait manier les armes et ne serait pas enseignant de profession comme annoncé auparavant, ont rapporté les médias selon une source proche de l'enquête. L'acte isolé semble exclu à ce stade de l'enquête, et des vérifications ont lieu pour le vérifier.
C'est dans ces circonstances que l'armée française a annoncé dans un communiqué avoir neutralisé deux cadres de l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS), un groupe terroriste affilié à Daech et actif en Afrique de l'Ouest, lors d'une opération à Ménaka (nord du Mali). Il s'agit de Rhissa al-Sahraoui et d'Abou Abderrahmane al-Sahraoui. "Ce nouveau résultat appuie la stratégie militaire française, qui consiste à cibler les chefs et cadres terroristes, afin d'affaiblir les groupes armés terroristes EIGS et RVIM, respectivement affiliés à Daech et à Al-Qaïda", souligne le texte, publié jeudi sur le site du ministère français de la Défense.
En coordination avec l'armée américaine, la force Barkhane a déclenché cette nuit, sur un très court préavis, une opération contre un camp de l'EIGS, organisation affiliée à Daech, dans la région de Ménaka (Mali). L'identité des deux responsables de l'EIGS neutralisés au cours de cette action est en cours de confirmation, ajoute le communiqué. Il y a quelques semaines, les forces françaises et nigériennes avaient déjà porté des coups très durs contre l'EIGS, dans le Liptako malo-nigérien, lors de l'opération Solstice, alors que ce groupe terroriste continue de mener une politique de terreur contre les populations locales, forcées de quitter leurs villages, rappelle le texte.
Plusieurs cadres de haut rang de l'EIGS avaient déjà été neutralisés au mois de juin 2021, dont l'un des chefs de groupe, Dadi Ould Chaïb, plus connu sous le nom d'Abou Dardar, ainsi qu'Almahmoud ag Baye alias Ikaray, important cadre de l'EIGS, proche du leader de l'EIGS Adnan Abou Walid
al Sahraoui, souligne encore l'armée française. Cela a lieu alors que de plus en plus de voix s'élèvent dans le Sahel pour demander le dialogue avec les groupes armés, arguant de l'échec de l'approche du tout-sécuritaire, adoptée jusque-là. Une politique qui serait derrière la multiplication par sept ces quatre dernières années du nombre de victimes civiles dans le Sahel, selon un rapport publié en mai par la Coalition citoyenne pour le Sahel, qui regroupe une cinquantaine d'ONG et d'organisations de la société civile de la région.
Cependant, les groupes armés continuent de sévir en perpétrant des attaques contre des civils. Ainsi, au moins 2 personnes ont été tuées et 4 autres blessées, vendredi, dans une attaque perpétrée par des présumés terroristes à Kounti-Marka, dans la commune de Femaye, au centre du Mali.
Des hommes lourdement armés, venus à bord de motos, ont fait irruption dans le village de Femaye vers 5h du matin criant "Allah Akbar" et ouvrant le feu sur les habitants, a appris l'agence d'information Anodolu auprès du maire de cette localité, Moussa Gouro Diall.
Les assaillants ont en outre détruit plusieurs hangars et saccagé des maisons, a-t-il encore déploré, en notant que l'attaque n'a toujours pas été revendiquée.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.