Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'expert indépendant de l'ONU aujourd'hui au Mali
Face aux violations des droits humains
Publié dans Liberté le 26 - 07 - 2021

L'expert indépendant a alerté sur la multiplication des attaques perpétrées dans le cadre de "'esclavage par ascendance" et "l'inaction" des autorités maliennes face à ce phénomène.
L'expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l'homme au Mali, M. Alioune Tine, effectuera, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 5 août, une visite officielle dans le pays, a annoncé l'ONU dans un communiqué.
"Des inquiétudes se manifestent de plus en plus sur les violations des droits humains au Mali. J'apprécie donc l'opportunité d'obtenir des informations de première main sur la situation", a déclaré l'expert indépendant cité par le communiqué. "Je vais discuter avec les autorités maliennes sur les voies et moyens d'améliorer la situation ensemble et avec le soutien d'acteurs nationaux et internationaux", a ajouté Alioune Tine.
"Il y a eu une augmentation des atteintes aux droits de l'homme commises par des groupes armés, y compris une forte augmentation des enlèvements, principalement par des groupes armés communautaires et des milices dans le centre du pays", a-t-il déploré. Et de poursuivre : "Il y a également eu une augmentation des violations commises par les acteurs étatiques, en particulier les forces de défense et de sécurité maliennes".
L'expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali a rappelé que "les groupes extrémistes violents, déjà actifs dans le nord et le centre, s'étendent dans les régions du sud, tuant et enlevant des personnes. Ils imposent également des taxes illégales, collectant les aumônes (zakat) par la force".
Lundi dernier, l'expert indépendant de l'ONU sur la situation des droits de l'homme au Mali et le rapporteur spécial des Nations unies pour les formes contemporaines d'esclavage Tomoya Obokata avaient alerté sur la multiplication des attaques perpétrées dans le cadre de "l'esclavage par ascendance" et "l'inaction" des autorités maliennes face à ce phénomène.
"Les attaques constantes et systématiques contre les personnes considérées comme esclaves sont inacceptables et doivent cesser immédiatement", a déclaré Alioune Tine. "De telles attaques vicieuses sont incompatibles avec une société inclusive et nous les condamnons dans les termes les plus fort", a, pour sa part, déclaré Tomoya Obokata, le rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines d'esclavage.
Les deux experts onusiens réagissaient à un incident survenu le 4 juillet lorsque des habitants du village de Makhadougou, dans la région orientale de Kayes, ont tenté d'empêcher des personnes qu'ils considéraient comme des esclaves de travailler dans leurs champs.
"L'augmentation spectaculaire des attaques cette année montre l'incapacité flagrante du gouvernement à protéger sa population, en particulier celle qui souffre déjà le plus de discrimination et de violence", ont déploré les experts onusiens. Dans une déclaration publiée en septembre 2020, MM. Obokata et Tine ont condamné des "actes barbares et criminels" similaires et ont appelé le Mali à mettre fin à l'esclavage une fois pour toutes. Ils ont appelé à "une enquête rapide, transparente, impartiale et approfondie" sur les attaques dans la région de Kayes.
Au cours de sa mission à Bamako et dans le reste du pays, Tine rencontrera les autorités maliennes, la société civile et les associations de victimes, les organisations non-gouvernementales, le corps diplomatique et les Nations unies. Enfin, Tine présentera un rapport complet de sa visite au Conseil des droits de l'homme en mars 2022.
Les experts indépendants font partie de ce qu'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Ils travaillent bénévolement, sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.