Le dernier quart d'heure d'une nébuleuse    L'amorce d'une diversification économique    De «gros poissons» à la barre    L'Algérie en première ligne    Silence, on tue les enfants!    La Chine poursuivra des exercices à «tirs réels»    27 morts au cours d'affrontements intercommunautaires    Bamako souhaite que l'Algérie continue d'avoir un rôle moteur au Mali    Une surprise de Naples?    Brèves    Dix médailles pour l'Algérie    La Coquette se fane    Menace sur la figue sèche    Un réseau démantelé à Boumerdès    Levée du gel sur 8 projets    Le parcours atypique d'un héros    Un précurseur charismatique    Huile d'olive: un oléiculteur algérien décroche une 2e médaille d'or au concours international de Dubaï    Agressions sionistes contre Ghaza: dix nouveaux martyrs, 41 au total    Le CSJ doit être à la hauteur des ambitions de la jeunesse    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Niger    Athlétisme / Mondiaux 2022 des U20 : l'Algérie réalise un exploit historique en Colombie    Incendies de forêt: maintien de l'état d'alerte maximale    Achoura: Algérie Télécom assure la continuité de ses services durant la journée du lundi    Boughali prend part à la cérémonie d'investiture du nouveau président colombien Gustavo Petro    Tennis/Coupe Davis/Groupe 3 - Zone Afrique : ''La concurrence sera rude'' (Manager Général/CAT)    Vernissage de l'exposition "Traditions sahariennes" de Abdessamy Hali    Chelsea : Tuchel confirme pour Marcos Alonso    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    Diète touristique    Constantine: Un mort et 18 blessés dans un carambolage    Tamanrasset et El-Oued: 53.100 comprimés psychotropes et 28.000 paquets de cigarettes saisis    SEOR: 420 milliards de créances impayées    Football national: Quel avenir pour les clubs endettés ?    ASO Chlef: Optimisme malgré la saignée    Crise entre Alger et Madrid: L'industrie céramique et le tourisme espagnols impactés    L'ONU ET LE LOISIR DE RALER    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    «Le parcours de l'ANP émane d'une stratégie réfléchie»    «Leur libération est tout à fait légale»    Portes ouvertes sur les services de santé militaire à l'Hôpital central de l'Armée    Un concert en hommage à la regrettée Zoulikha, icône de la chanson chaouie    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Le voyage et les us et coutumes bouleversés    Le patrimoine culturel immatériel : valeurs locales et cadre national    Commission d'évaluation des chercheurs permanents: promotion de 90 Maîtres de recherche    Remaniement : le suspense est à son comble !    Quand le Premier ministre espagnol et le président ukrainien innovent !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



48,5 milliards de dollars dépensés en dix ans, selon une étude Fifa
Marché des transferts
Publié dans Liberté le 31 - 08 - 2021

Le juteux marché des transferts en football a brassé 48,5 milliards de dollars (41,1 milliards euros) sur la dernière décennie, selon un rapport de la Fédération internationale (Fifa) publié lundi qui pointe également la part croissante des agents. Les joueurs qui valaient 50 milliards de dollars : cette somme sur dix ans est quasiment l'équivalent du plan du Fonds monétaire international (FMI) pour mettre fin à la pandémie. Selon les méta-données analysées sur la période 2011-2020, grâce au TMS (Fifa Transfer matching system) mis au point et lancé en octobre 2010 par la Fifa, le mercato a connu une croissance constante jusqu'à 2019, avant que la crise de la Covid-19 ne frappe aussi cette activité. De 2,85 milliards de dollars (2,41 milliards euros) la première année du monitoring de TMS (2011), la somme est montée jusqu'à à 7,35 milliards (6,22 milliards euros) en 2019, avant un recul de 23% en 2020 (5,63 milliards de dollars, 4,77 milliards euros) à cause de la pandémie de coronavirus. Selon cette étude, les trente clubs les plus dépensiers sont tous européens. Parmi eux, douze jouent en Premier League anglaise, cinq en Espagne et cinq en Italie, trois en Allemagne, deux en France et deux au Portugal, un en Russie. Ces 30 clubs pèsent à eux seuls pour 47% du montant total mondial des dépenses de transferts sur la période.

Manchester City le plus dépensier
Le club le plus dépensier de la décennie est Manchester City (le rapport ne donne pas de chiffres), devant Chelsea et le FC Barcelone. Le Paris Saint-Germain est 4e. Dans l'autre sens, les deux clubs qui ont le plus reçu d'argent pour des transferts sont portugais, le Benfica et le Sporting. Monaco, premier club français dans le classement des meilleurs vendeurs, est 8e, devant Lyon 14e, Lille 16e et le PSG 18e. Si on compare le profit net sur le marché des transferts (la balance entre ventes et achats), une troisième institution portugaise rejoint le podium, le FC Porto. Lyon est 5e de ce classement des clubs pratiquants le "trading" et Lille 6e. Sans surprise, la Premier League est le championnat le plus dépensier, avec 12,4 MDS de dollars (10,5 MDS euros) d'achats en dix ans, devant l'Espagne (6,7 MDS de dollars, 5,6 MDS euros) et l'Italie (5,6 Mds de dollars, 4,7 Mds euros). La France est 5e (4 Mds de dollars, 3,4 Mds euros) et la Chine, qui tente de monter une Ligue puissante, 7e avec 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard euros). Hors d'Europe, les clubs les plus gourmands en transferts par confédération sont le Guangzhou Evergrande (Chine) pour l'Asie, le Pyramids FC (Egypte) pour l'Afrique, Flamengo (Brésil) pour l'Amérique du Sud et les Tigres (Mexique) d'André-Pierre Gignac et Florian Thauvin pour la Concacaf. Si on exploite le "big data" sur les joueurs, on constate que le premier pourvoyeur mondial de footballeurs reste le Brésil, avec 15 128 transferts sur la période, devant l'Argentine 7444, la Grande-Bretagne (5523) et la France (5027). Mais en valeur totale, les Français sont au deuxième rang (4,497 milliards de dollars, 3,811 milliards euros), loin derrière les Brésiliens (7,071 milliards de dollars, 5,992 milliards euros). Le rapport permet aussi d'identifier l'explosion des commissions d'agents. Si la somme totale versée aux intermédiaires s'élevait à 131,1 M de dollars (111,1 M euros) en 2011, elle était de 640,5 M (542,8 M euros) en 2019, une augmentation qualifiée de "spectaculaire" par la Fifa. La Fifa s'inquiète également de la baisse des indemnités de formation versées au club d'origine d'un joueur lors d'un transfert ultérieur. Monté jusqu'à 63,4 M de dollars (53,7 M euros) en 2019, le montant global a subi une chute de 40% à 38,5 M de dollars (32,6 M euros) en 2020, alors que le volume des transferts n'a baissé que de 23% sur la même période. Le rapport évoque donc "un fort recul" du montant de ces contributions de solidarité, le total pour 2020 étant très proche de ce qu'il était en 2011 (38 M de dollars, 32,2 M euros).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.