Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'installation "obligatoirement" avant fin 2021
LE MINISTRE DE LA JUSTICE À PROPOS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA MAGISTRATURE
Publié dans Liberté le 07 - 09 - 2021

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, veut que le Conseil supérieur de la magistrature soit installé d'ici à la fin de l'année, a-t-il rappelé lors de la cérémonie d'installation de Taher Mimouni au poste de président de la Cour suprême à Alger.
Affirmant que la révision de deux lois organiques est en cours, tout comme l'élaboration du statut de la magistrature, le ministre de la Justice a affirmé que cela se fera "conformément aux nouvelles dispositions constitutionnelles, afin de les présenter, le plus tôt possible, devant le Parlement, de façon à permettre l'installation du Conseil 'obligatoirement' avant la fin de l'année en cours", a rapporté l'APS.
Selon lui, il s'agit de "compléter l'arsenal juridique nécessaire à l'aboutissement du processus d'indépendance de la justice". À cette occasion, le ministre a affirmé que la désignation du premier président de la Cour suprême s'inscrivait dans le cadre de "la nouvelle dynamique" enclenchée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, laquelle vise à "doter les établissements importants de compétences nécessaires, afin d'opérer la rupture avec la médiocrité et les anciennes pratiques de gestion", indiquant que M. Mamouni "jouit de la confiance du président Tebboune pour sa compétence, ses valeurs morales et sa grande expérience dans le domaine".
Et d'insister sur le fait que "les nouvelles dispositions constitutionnelles ont renforcé les prérogatives de la magistrature à travers le renforcement du rôle du Conseil supérieur de la magistrature et de l'indépendance de la justice".
Relevant que la justice est désormais face à une responsabilité "historique", en ce sens que les citoyens aspirent à une application de loi à tous, sans distinction, et à une lutte contre "les graves fléaux qui menacent la paix sociale, à leur tête la criminalité dangereuse qui a éclaté les dernières années", le ministre a souligné que "l'espace dans lequel agit la justice est déterminé par les lois de la République dont l'application est confiée à des magistrats qualifiés indépendants qui ne se référent qu'à leur conscience professionnelle et à leur loi fondamentale".
La révision de l'action du judiciaire en vue de son actualisation, de sa modernisation et de son adaptation aux évolutions effrénées dans la société algérienne est "nécessaire, d'autant que la patrie vit une nouvelle étape, des transformations profondes et un nouveau processus qui requiert davantage de travail et de persévérance, afin d'être à la hauteur des aspirations et des ambitions de la nation, comme asseoir l'Etat de droit", a-t-il ajouté.

R. N./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.