Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quand les plans de l'AEP font défaut    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Brahim Tsaki, réalisateur phare des années 1980, n'est plus
Il est mort jeudi à l'âge de 74 ans
Publié dans Liberté le 11 - 09 - 2021

Le réalisateur et scénariste Brahim Tsaki est décédé le week-end dernier à Paris à l'âge de 74 ans, rapportent ses proches. Réalisateur phare des années 1980-1990, Tsaki est né le 27 décembre 1946 à Sidi Bel-Abbès. Il a entamé des études artistiques dans les années 1960 d'abord à l'Ecole d'art dramatique de Bordj El-Kiffan, à Alger, puis à l'Institut des arts de diffusion (IAD) de Louvain-la-Neuve, en Belgique, où il obtient un diplôme en 1972. Au début des années 1980, il sort un court-métrage, La Boîte dans le désert, et, une année après, son premier long-métrage, Les Enfants du vent (1981).
Le film qui obtiendra le prix de la Critique à Venise en 1981 est "un triptyque ayant pour dénominateur commun l'enfance évoquée à travers trois petits films. Tsaki filme avec une violente tendresse ces enfants du vent de l'Algérie contemporaine". À propos de ses œuvres, le scénariste et critique Djamel Mohamedi dira qu'il était un réalisateur qui sortait des sentiers battus de par les thèmes présents dans ses œuvres. "Il était une école à lui seul, poursuit-il. Il accordait par exemple beaucoup d'attention à l'enfance maltraitée." Le critique poursuit en rappelant que Tsaki exhortait les autres réalisateurs à sortir du cinéma de circonstance, à innover et à développer des expressions artistiques sincères et fidèles à leur vision du 7e art.
En 1983 sort Histoire d'une rencontre, qui sera lui aussi primé dans plusieurs rendez-vous cinématographiques, notamment le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), où il a reçu l'Etalon de la Yenenga en 1985, au Festival du film de Damas (Epée d'or), et le Prix de la critique à la Mostra de Venise. En 1990, c'est avec Les Enfants des néons qu'il revient à la réalisation. Ce troisième long-métrage explore la relation amicale entre Djamel et son ami sourd-muet Karim. "Tous deux Maghrébins d'origine, ils vivent au milieu des matériaux qu'ils récupèrent dans leur banlieue. Un soir, Djamel secourt Claude, jeune étudiante victime d'un viol, et s'éprend d'elle."
En 2007 sort son dernier long-métrage, Ayrouwen, qui narre l'histoire d'amour entre Amayas, un Targui, et Claude, une jeune adolescente native d'une ville européenne qu'il a rencontrée dans le grand désert de Djanet, en Algérie. À l'annonce de sa disparition, nombreux étaient les hommages de ses collaborateurs, de réalisateurs et de critiques qui l'ont connu directement ou à travers ses œuvres. Beaucoup ont salué la mémoire de l'homme et du cinéaste qu'il était. Avec son décès, c'est un pan important de l'histoire de la cinématographie qui disparaît, ont-il estimé.
Le réalisateur Malek Bensmaïl s'est dit "profondément attristé par la disparition d'un immense cinéaste : Brahim Tsaki. Qu'il repose en paix. C'est un immense cinéaste que nous perdons. Ses films furent les plus poétiques et sincères, toutes générations confondues. Un homme exceptionnel. Sincères condoléances à ses enfants, à Catherine et à ses proches". Merzak Allouache, pour sa part, écrit : "Immense tristesse. Je viens d'apprendre le décès à Paris de notre collègue le cinéaste Brahim Tsaki", avant de rappeler le parcours du défunt. Enfin, son ex-épouse, journaliste et critique Catherine Ruelle, a fait savoir que le défunt "désirait tourner au moins encore une dernière fois" avec son fils Habib.

Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.