Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISE"
25e partie
Publié dans Liberté le 13 - 09 - 2021

Résumé : Latéfa ne peut plus envisager l'avenir. Elle se demande s'il y aura un "après" sa maladie et si elle en ressortira vivante. Elle sait qu'il est déconseillé à certaines patientes d'avoir des enfants. Les effets secondaires des soins peuvent être lourds. Tarek est plus optimiste qu'elle. Chaque patient réagit différemment. Il veut être là pour elle. Même s'il veut la soutenir, Latéfa sait qu'elle changera et elle refuse d'ores et déjà sa pitié. Elle insiste pour qu'ils fassent une pause de quelques mois.
-Je ne peux pas... Nous ne pouvons pas nous séparer maintenant. Je croyais que tu m'aimais.
Latéfa a un triste sourire.
-C'est pour ça que j'insiste pour qu'on arrête maintenant. Tarek, respecte mon choix, je t'en prie. C'est aussi dur pour moi, mais cette pause est temporaire. Quand tout sera fini, je t'appellerais.
Tarek l'implore de ne pas l'exclure de sa vie, mais la décision qu'elle a prise n'est pas sur un coup de tête. Elle a eu le temps d'y réfléchir.
-Notre amour sera plus fort que cette épreuve, insiste-t-il. Jamais je ne me détournerais de toi. Jamais je ne t'abandonnerais. Je te le jure sur ma vie.
-Je t'en prie, l'interrompt-elle. Je ne doute pas de notre amour, mais cette pause nous permettra de mieux apprécier nos retrouvailles. Je me sens plus forte seule. C'est pour mon bien. Figure-toi que cela avait été possible, ma mère n'aurait pas été mise au courant, tu comprends ? Je te demanderais aussi de ne pas parler à mes parents pour qu'ils fassent pression, car je ne le supporterais pas.
-Comment pourrais-je vivre sans toi durant des mois, tout en sachant que tu te bats contre la maladie ? Omri, je t'en prie...
-Ne me complique pas les choses, le prie-t-elle. Tu crois que c'est facile pour moi de tirer un trait sur ce que nous avons vécu depuis des années. Je voyais mon avenir avec toi, et maintenant, je veux juste aller de l'avant avec ma famille. Rien que ma famille.
-Et j'étais quoi pour toi ? Il était prévu que nous nous mariions dans quelques semaines, lui rappelle Tarek, en s'emportant. C'est quoi ces prétextes bidons que tu me sors maintenant ? Je crois que je n'ai jamais compté pour toi. Cela ne te touche pas que je souffre ?
-Tarek, je ne te demande que quelques mois. Si nos sentiments auront résisté, tant mieux, et nous reprendrons les choses là où nous les avons laissées. Nous reprogrammerons notre mariage et tout, promet-elle. Crois-moi, il m'en coûte de faire cette pause. La maladie ne me laisse pas le choix.
-Si tu crois que je vais te laisser décider de notre avenir et d'y mettre un terme, tu te trompes. Je parlerais à tes parents, ils seront de mon avis. Il n'y a qu'eux qui peuvent t'ouvrir les yeux. On n'est pas dans un film où tu peux appuyer sur pause et reprendre quand tu veux. La vie que nous voulions ensemble, nous pouvons la vivre dès maintenant. Quand nous nous sommes engagés, c'était pour le meilleur et pour le pire. Notre histoire ne peut pas s'arrêter comme ça... Je t'ai amenée ici pour que nous fassions d'autres projets et que nous passions du bon temps.
-Hélas, du bon temps, il n'en reste plus, murmure-t-elle, très lasse. Nous ne sommes pas encore mariés, et le pire, je le vois arriver et tu n'es pas obligé de le partager avec moi. Tarek, si tu m'aimais vraiment, tu n'insisterais pas. Je te promets de revenir quand je serai prête. Rien de ce que tu pourras dire ne me fera changer d'avis. Je t'en prie ! Pars ! Laisse-moi seule.
-Je ne te laisserais pas gâcher notre avenir.
Latéfa l'implore d'accepter sa décision. Le portable de Tarek sonne. Le jeune homme soupire de soulagement.
-C'est ton père, il appelle au bon moment.
-Ne lui dis rien.
Mais Tarek était trop remonté contre elle pour l'écouter et tout garder pour lui. Il espère que son beau-père le soutiendrait et fera changer d'avis Latéfa. Celle-ci les yeux ronds, lui fait des signes de ne rien dire. Elle tente de lui prendre le portable de la main mais il s'éloigne.


À SUIVRE
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.