Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISE"
13e partie
Publié dans Liberté le 30 - 08 - 2021

Résumé : Da Ali accompagne Latéfa à tous ses examens. Il ne manque que les résultats de la biopsie. Elle n'a pas le moral, elle sent qu'elle est malade. Elle ne sort plus et reste à traîner en pyjama. Elle ne répond pas aux appels de son fiancé. Son père lui dit qu'il est temps qu'ils en parlent à la famille et à son fiancé. Latéfa refuse, elle croit que Tarek ne voudra plus d'elle. Elle refuse aussi qu'on touche à sa poitrine, elle ne sait pas à qui confier sa vie.
-Tu sais, dans ce genre d'épreuves qu'Allah nous impose, il faut avoir la foi et battre avec les moyens dont on dispose. Chaque année, les chercheurs découvrent des remèdes. Les scientifiques n'abandonnent pas. Ils œuvrent tous pour soulager les malades.
-Il y a aussi la médecine douce. Parfois, il y a des miracles, dit Latéfa. Je suis perdue, j'ignore que faire...
-Tu veux voir un naturopathe ? Un herboriste ? Une phytothérapeute ?
-Je ne sais pas, répond-elle à son père, lequel avec qui elle peut en discuter. Que penses-tu d'une omra ? J'ai envie de partir en pèlerinage.
-Non, ce n'est pas le moment, dit Da Ali. On attend incessamment les résultats de la biopsie, et toi, tu parles de partir à la Mecque.
-Je ne peux pas rester les bras croisés. Je ne peux pas travailler, je suis d'humeur exécrable. Je dois prendre de la distance et le seul endroit où, peut-être, je trouverais de la paix et de la sérénité, c'est à la Mecque. J'ai envie de partir en pèlerinage. Peut-être qu'à force de prières et de sadakate, d'offrandes, il va disparaître ?
Le père a beau tenter de la convaincre de se soigner, elle n'entend rien. Elle fait une fixation sur la omra. Comme toujours, et plus que jamais, il cède à son envie du moment. Ils partiront en pèlerinage. Latéfa, tout en étant une bonne vivante, est une croyante. Elle finit par accepter sa maladie même si elle refuse l'idée des soins. Son père espère qu'avec le temps, il finira par la convaincre.
Ce soir-là, lorsqu'ils parlent de partir en pèlerinage, une omra, dans une semaine, sa mère Houria s'écrie :
-Wesh bikoum ? Aâlech ? Pourquoi une omra maintenant ?
-J'en ai envie, dit Latéfa. Je voudrais faire ce voyage maintenant avant mon mariage. J'ai envie de m'éclaircir les idées, de voir la Mecque.
-Tu m'aurais dit Paris, Lisbonne ou Rome, j'aurais compris vu que tu as l'habitude de partir faire du shopping là-bas, dit Houria. Mais cette envie d'aller à la Mecque, maintenant, wellah marani fehma walo ?
-T'fehmi walla lala, ce n'est pas mon problème. Oui, je sais, poursuit la jeune femme. J'ai toujours été gâtée et mes moindres envies étaient des ordres. Alors, pour cette fois aussi, personne ne pourra m'en empêcher. J'ai envie de partir en pèlerinage. Si tu veux nous accompagner, propose-t-elle à sa mère, tu es la bienvenue.
-Il faudra que tu te calmes. Quand tu seras mariée, les choses ne seront pas aussi simples, dit la mère. Tu ne pourras pas agir à ta guise. Tout ce que tu voudras faire, ce sera avec l'accord de ton mari. D'ailleurs, figure-toi que tout à l'heure, il a appelé pour savoir ce qu'avait ton portable. Il a essayé de te joindre plusieurs fois. Pourquoi tu ne réponds pas ? Pourquoi tu n'es pas allée au restaurant ?
Latéfa manque de s'emporter.
-Je n'avais pas envie de sortir. J'avais des trucs à faire. Et puis, il aurait pu passer.
-Wesh biki ? Qu'est-ce que tu lui reproches ? T'a-t-il fait du mal ?, l'interroge sa mère. Si c'est le cas, il va m'entendre. Raconte-nous.
-Yemma, reste en dehors de ça, la prie Latéfa. C'est entre moi et MOI ! Tu entends ? Et pour ce qui est de mon voyage, de mon pèlerinage, rien ne me retiendra ici. Je partirais avec baba. Si tu veux venir avec nous, ça me ferait plaisir. On ne refuse pas une omra yemma.
-Je ne sais pas ce qui t'arrive, mais moi, je ne peux pas partir comme ça. J'ai des engagements ailleurs. Si vous voulez partir, Allah
issahel.
-Merci yemma ! Ne m'oublie pas dans tes prières, lui dit-elle en allant l'embrasser et la serrer dans ses bras.
-Mais je ne t'oublie pas, ni aucun de mes enfants aucun de mes enfants, qu'Allah vous garde. Je vous souhaite le meilleur. J'espère vous voir avec vos enfants... mes petits-enfants et même les vôtres, ah benti laâziza.
Latéfa est émue jusqu'aux larmes. Tout cela lui paraît impossible et irréalisable depuis qu'elle se sait malade. Elle ne demande qu'une chose, vivre.

À SUIVRE
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.