Le Premier ministre installe le Conseil national des Statistiques: «Le classement international de l'Algérie ne reflète pas la réalité»    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Pomme de terre et huile de table: Les éclaircissements du ministère du commerce    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Ligue 1 - Mercato estival: En fonction des moyens et des objectifs    Ligue 1 - Match avancé: Une avant-première très attendue    Tiaret - Ecoles de football: La Coupe d'Algérie en décembre    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Report du procès en appel de Said Djabelkhir    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Le procès reporté au 17 novembre    Les enjeux complexes de la sécurité    L'armée syrienne bombarde Idlib    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Le FFS emboîte le pas au MSP    L'Algérie tablera sur "les ressources domestiques"    L'expert Mourad Preure livre son analyse    Quatre éléments arrêtés en une semaine    Benbouzid n'écarte pas une 4e vague    3 décès et 76 nouveaux cas en 24 heures    CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Nouveau tir d'un missile balistique    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Branle-bas de combat chez les partis    Constantine contredit Medaouar    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger
REAGISSANT CONTRE UN ACCORD ENTRE LE MALI ET LA SOCIETE RUSSE WAGNER
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2021

L'ex-rébellion targuie estime que la clé de sortie de crise au Mali réside dans la stricte application de l'accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger, pour éviter une autre décennie de guerre aux populations, déjà éreintées par le terrorisme et l'instabilité politique.
La Coordination des mouvements de l'Azawad (ex-rébellion) estime que seule l'application de l'accord d'Alger est à même de ramener la paix au Mali et d'épargner les populations du terrorisme et de l'instabilité politique chronique que vit ce pays du Sahel, en réaction aux informations faisant état de discussions entre Bamako et la controversée société de sécurité russe Wagner.
L'ex-rébellion a dénoncé dans un communiqué, rendu public jeudi soir, les présumées discussions avec cette société russe, réputée pour être proche du Kremlin. "La CMA condamne et s'oppose fermement à tout usage des milices quels que soient leur nature et le motif qui les sous-tend et tient entièrement l'Etat malien responsable de ce qu'il adviendrait s'il s'exécutait malgré tout", a affirmé l'ex-rébellion, affirmant avoir appris cela à travers les médias et les réseaux sociaux.
"La CMA estime que la priorité pour la stabilité du Mali est d'aller rapidement à la mise sur pied de l'armée reconstituée, conformément aux dispositions de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d'Alger, en investissant tous les moyens et les efforts à cet effet, seul gage d'une paix durable et d'une sécurité générale au profit de tous", insiste le communiqué en question, rappelant que "ce sont les populations civiles déjà meurtries et fragilisées par une décennie de crise qui vont payer le prix de l'utilisation des mercenaires du groupe Wagner, connus pour leurs graves violations des droits de l'Homme dans les pays où ils sont déployés".
Et d'ajouter que "l'Etat (malien, ndlr) gagnerait mieux en crédit et en sécurité en orientant exclusivement et diligemment ses actions dans la mise en œuvre des dispositions de l'accord d'Alger qui est dans l'impasse malgré les espoirs et les gages nés de la dernière feuille de route du 18 décembre 2020, restée lettre morte depuis sa validation par les parties signataires".
Et de prévenir que "si malgré tout l'Etat s'entête à déployer ces mercenaires, il se verra dans l'obligation d'assumer pleinement et ouvertement sa responsabilité", conclut le communiqué de la CMA, qui vient ainsi rajouter sa voix à d'autres qui ont dénoncé fermement l'introduction de Wagner en territoire malien, en ce contexte sécuritaire et politique interne des plus explosifs, alors que le pays est en pleine transition politique.
À Bamako, aucune réaction officielle face à la diffusion de ces informations qui ont déjà suscité la réaction de la France, un des acteurs majeurs dans la lutte antiterroriste au Mali, et celle des pays ouest-africains qui ont mis ce week-end la pression sur la junte au pouvoir pour respecter les délais de cette phase de transition.
Mais une source au ministère malien de la Défense a confirmé l'existence de ces négociations, contrairement au Kremlin qui a tout nié, comme il a nié tout lien entre l'Etat russe et cette société, dont les responsables sont réputés être des proches du président russe, Vladimir Poutine.
Par ailleurs, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a réitéré sa demande pour un respect strict du calendrier de la transition au Mali devant conduire à la tenue effective des élections dans le délai non négociable de février 2022.
Elle a demandé, par ailleurs, aux autorités de la transition au Mali de soumettre au plus tard à la fin du mois d'octobre 2021 le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles pour les élections de février 2022, ont rapporté les agences de presse.
Ce qui constitue une pression supplémentaire pour la junte au pouvoir, qui doit remettre le pouvoir au civil à Bamako sans trop tarder.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.