Man City : Doublé de Mahrez face à Bruges (Vidéo)    Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    L'Anie impose un black-out autour des listes    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tentative de putsch avortée au Soudan
ELLE EST ATTRIBUEE AUX PARTISANS DE L'ANCIEN REGIME DECHU
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2021

Ce n'est pas la première fois que les partisans de l'ancien régime du président déchu, Omar al-Bechir, sont accusés d'être derrière le mouvement contre-révolutionnaire, dans l'espoir de revenir au pouvoir dont ils ont été chassés en avril 2019.
Les autorités de transition soudanaises affirment avoir déjoué hier une tentative de coup d'Etat, attribuant cette action à des responsables militaires et civils proches de l'ancien président, ont rapporté les médias locaux et les agences de presse.
"Une tentative de coup d'Etat manqué, menée par un groupe d'officiers des forces armées et de civils issus de l'ancien régime (...), a été maîtrisée à l'aube (hier, ndlr)", a déclaré à la télévision d'Etat le ministre de l'Information, Hamza Baloul, affirmant que "les chefs du complot manqué" ont été arrêtés et que la situation est désormais "sous contrôle".
Réagissant à ce putsch raté, le Premier ministre de transition, Abdellah Hamdok, a déclaré dans un discours télévisé que ses auteurs "ont bien préparé" leur projet, citant les différentes manifestations que connaît le pays depuis trois jours.
"La détérioration de l'état de la sécurité dans des villes, le blocage de routes nationales, la fermeture de ports et l'incitation continue contre le gouvernement civil" font partie du plan de renversement du gouvernement de transition, énumère M. Hamdouk, faisant référence, entre autres, au blocage du Port-Soudan lundi par des manifestants en signe de protestation contre l'accord de paix conclu entre Khartoum et des rebelles en 2020.
Hier, le puissant chef paramilitaire et membre du Conseil de souveraineté, Mohamed Hamdan Daglo, un ancien du régime Bechir surnommé "Hemeti", a déclaré dans un discours à ses combattants : "Nous ne permettrons pas un coup d'Etat." "Nous voulons une véritable transition démocratique avec des élections libres et justes", a-t-il ajouté, selon l'agence officielle Suna.
La tentative "de coup d'Etat (...) souligne clairement l'importance d'introduire des réformes dans l'armée et l'appareil sécuritaire", a encore dit hier le Premier ministre. Le gouvernement Hamdok veut aussi en finir avec la crise économique, entreprenant une série de réformes difficiles pour pouvoir bénéficier d'un programme d'allègement de la dette du Fonds monétaire international (FMI).
Ces mesures, portant notamment sur la réduction des subventions et l'instauration d'un flottement contrôlé de la monnaie locale, ont été jugées trop sévères par de nombreux Soudanais. Des manifestations sporadiques ont récemment eu lieu contre ces réformes et l'augmentation du coût de la vie.
Ce n'est pas la première fois que les partisans de l'ancien régime du président déchu, Omar al-Bechir, sont accusés d'être derrière le mouvement contre-révolutionnaire, dans l'espoir de revenir au pouvoir duquel ils ont été chassés en avril 2019.
Au début du processus de transition, les partisans d'al-Bechir ont essayé de faire imploser l'institution militaire en menant des actions de répression contre les manifestants qui réclamaient justice pour les militants tués durant les manifestations ayant conduit à la chute de l'ancien régime entre novembre 2018 et avril 2019.

Lyès MENACER/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.