Du nouveau dans la brouille entre Icardi et sa femme Wanda Nara    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïed maintient les mesures d'exception
CRISE POLITIQUE EN TUNISIE
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2021

Opposants, partis politiques, magistrats et avocats ont dit craindre une "dérive autoritaire", rejetant toute idée d'un changement de la Constitution, promue par le président tunisien, qui a limogé le gouvernement de Mechichi et gelé l'activité du Parlement, dominé par les islamistes d'Ennahdha.
Le président tunisien, Kaïs Saïed, a annoncé lundi soir qu'il nommerait un nouveau chef du gouvernement, tout en gardant en place les mesures d'exception qu'il avait décrétées le 25 juillet pour s'arroger les pleins pouvoirs.
"Ces mesures d'exception se poursuivront et un chef du gouvernement sera nommé mais sur la base de provisions de transition répondant à la volonté du peuple", a déclaré M. Saïed lors d'un discours retransmis par la télévision nationale depuis Sidi Bouzid, berceau de la révolte tunisienne de 2011 qui a renversé le régime de Ben Ali. M. Saïed, dont le discours au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid a été interrompu à plusieurs reprises par une foule scandant "le peuple veut la dissolution du Parlement", a en outre annoncé qu'il allait faire adopter "une nouvelle loi électorale" sans en dévoiler les contours.
Le scrutin législatif de novembre 2019, qui s'était tenu sur la base de la loi électorale actuellement en vigueur, avait abouti à un Parlement émietté qui a permis au parti islamiste Ennahdha, principal adversaire de M. Saïed, d'y assumer un rôle pivot au sein d'une coalition.
Le 25 juillet, M. Saïed a limogé le Premier ministre Hichem Mechichi, suspendu les activités du Parlement et s'est arrogé aussi le pouvoir judiciaire, pour un mois renouvelable, avant de prolonger ces mesures le 24 août, "jusqu'à nouvel ordre".
Il a évoqué par la suite une réforme à venir de la Constitution de 2014 qui a instauré un système hybride, ni présidentiel ni parlementaire, source de conflits récurrents entre les deux pouvoirs.
Théoricien du droit, Kaïs Saïed se présente, depuis son élection surprise à une large majorité fin 2019, comme l'interprète ultime de la Constitution. Il s'est appuyé sur son article 80 qui envisage des mesures exceptionnelles en cas de "péril imminent" à la sécurité nationale, pour justifier les décisions prises le 25 juillet.
Nombre de Tunisiens les ont accueillies avec enthousiasme car, exaspérés par leur classe politique, ils attendent des actes forts contre la corruption et l'impunité, dans un pays en graves difficultés sociales et économiques. Mais opposants, partis politiques, magistrats et avocats ont dit craindre une "dérive autoritaire".
Ennahdha, principal rival de M. Saïed et qui disposait du plus grand nombre de sièges dans le Parlement gelé, a exprimé son "rejet catégorique" de "toute suspension de l'application de la Constitution" ou "changement du système politique".
Le président Saïed s'en est violemment pris de nouveau lundi aux politiciens et députés tunisiens qu'il accuse de corruption. "Le Parlement s'est transformé en un marché où les voix se vendent et s'achètent", a-t-il lancé. Des représentants de la société civile en Tunisie ont dénoncé un recul "clair et net" des libertés depuis que M. Saïed s'est arrogé les pleins pouvoirs.
Les dispositions prévues par la Constitution en matière de droits et de libertés restent en vigueur. Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux pro-Ennahdha, ont manifesté samedi à Tunis contre le coup de force du président, scandant des slogans pour un retour à "la légitimité" du pouvoir.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.