les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La renaissance    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques
IL A INTERPELLE LE PREMIER MINISTRE
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2021

Lors de la séance de débat en plénière, tenue hier au Conseil de la nation et consacrée au plan d'action du gouvernement, le sénateur du Front des forces socialistes (FFS), Abdenour Derguini, a interpellé le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, sur "les arrestations arbitraires d'activistes politiques, des militants associatifs et même des journalistes" opérées par les autorités sécuritaires et judiciaires depuis quelques mois déjà.
"Du haut de cette tribune, je joins ma voix à celle de notre parti, le FFS, pour dénoncer la politique du tout-sécuritaire prônée par les décideurs et le recours systématique des autorités à la répression pour étouffer les revendications populaires de liberté, de dignité et de justice sociale", a déclaré, d'emblée, le parlementaire de la circonscription administrative de Béjaïa.
L'orateur a tenu à souligner, au passage, que cette séance de débat des membres du Sénat "coïncide avec la persistance de la crise politique multiforme que vit notre pays. Personne ne peut nier sa gravité et sa complexité".
Selon lui, ces conditions "très difficiles" viennent s'ajouter à la pandémie de coronavirus et aux incendies que l'Algérie a connus il y a un mois. "Aujourd'hui, nous avons un besoin urgent de sagesse et de calme", a-t-il martelé.
Sur sa lancée, le sénateur du FFS se demande comment on peut accuser un manifestant pacifiste "de crime, de conspiration contre l'autorité de l'Etat et de menace à l'unité nationale, alors que son seul tort est de participer à une marche pacifique avec des milliers d'hommes et de femmes ?".
À ce titre, il promet, d'ailleurs, d'adresser une question écrite au ministre de la Justice, garde des Sceaux, sur cette question, ainsi que sur tous les prisonniers d'opinion "qui subissent des persécutions judiciaires et des abus policiers".
"Je ne pense pas qu'il soit possible de construire les bases d'un Etat de droit et de libertés, et d'un nouveau système de gouvernance avec un tel comportement et une criminalisation de l'action politique", lancera ce membre de la Chambre haute du Parlement à l'adresse du Premier ministre, présent dans l'hémicycle.
Et d'ajouter que "par conséquent, nous vous demandons à cette occasion de prendre des mesures politiques urgentes, afin d'instaurer un climat de calme et de tranquillité en libérant immédiatement les prisonniers d'opinion et en ouvrant le champ politique et médiatique, d'autant plus que nous sommes à la veille des élections locales".
Par ailleurs, le parlementaire du FFS estimera que le document présenté par le gouvernement Benabderrahmane "ne reflète guère les circonstances difficiles que traverse le pays à différents niveaux", pointant "une absence de vision et de perception, ainsi que la faiblesse des politiques publiques qui reproduisent l'échec à tous les niveaux".
Pour l'intervenant, la crise que traverse le pays "n'est pas technique, mais plutôt politique. Elle nécessite une vision, une stratégie, un plan de travail à la hauteur des aspirations du peuple Algérien".

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.