Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans
IL A ASSURE L'INTERIM APRÈS LA CHUTE DE BOUTEFLIKA
Publié dans Liberté le 23 - 09 - 2021

Pour une grande partie, la longévité politique de Bensalah s'explique par sa loyauté envers les hommes forts du moment, mais aussi par sa qualité d'exécutant froid des missions dont il avait la charge.
Le journalisme mène à tout à condition d'en sortir. Cette citation de l'écrivain Jules Janin s'applique parfaitement à Abdelkader Bensalah qui vient de décéder à l'âge de 80 ans, terrassé par un cancer.
De simple journaliste au sein du journal arabophone El Chaâb à la fin des années 60, il a fini sa longue carrière en apothéose en assumant les charges suprêmes de l'Etat en avril 2019, au lendemain du départ forcé de l'ancien président, feu Abdelaziz Bouteflika.
Ironie de l'histoire, il a quitté ce monde moins d'une semaine après le décès de celui à qui il doit l'essentiel de son ascension politique. Pourtant, rien ne prédisposait cet homme rondelet et à l'allure de bon père de famille ou de professeur à un tel destin.
Sans grand parcours politique, l'ancien président de la Chambre haute ne s'est jamais distingué, des décennies durant, par une quelconque ruade ou action à mettre à son actif. C'est que l'homme est si lisse, mais surtout loyal qu'il a réussi à surfer sur toutes les vagues et à durer au sein d'un système qui a broyé beaucoup d'hommes et brisé tant de destins.
À vrai dire, la longévité politique de Bensalah s'explique par sa loyauté envers les hommes forts du moment mais aussi par sa qualité d'exécutant froid des missions dont il avait la charge. Aux yeux de beaucoup, il incarne le parfait commis de l'Etat, voire le soldat discipliné de la République. Retour sur la prodigieuse carrière d'un homme qui, aidé par sa bonne étoile, a largement profité des ors de la République.
De la presse à l'Assemblée nationale
Ses premiers pas dans la politique, il les a faits en 1977 en intégrant l'Assemblée nationale en qualité de député de la wilaya de Tlemcen sous la bannière du parti unique de l'époque, le Front de libération nationale (FLN).
Plus d'une décennie plus tard, en 1989, au lendemain des événements d'Octobre 1988 et de l'ouverture démocratique décidée par le président de l'époque, Chadli Bendjedid, Abdelkader Bensalah a ajouté une nouvelle flèche à son arc, en intégrant le monde de la diplomatie.
Il avait été nommé ambassadeur d'Algérie en Arabie saoudite et de l'Organisation de la conférence islamique jusqu'à 1993 avant de revenir au pays pour assurer pendant une année la charge de porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
En 1994, alors que le pays était en proie à la subversion islamiste armée, Abdelkader Bensalah n'avait pas hésité à renouer avec l'activité parlementaire en se faisant porter à la tête du Conseil national de transition (CNT) qui faisait office de Parlement au lendemain des élections avortés de 1991.
Trois ans après, il sera porté à la tête de l'Assemblée populaire nationale (APN) après la victoire éclatante de son parti alors fraîchement créé, le Rassemblement national démocratique (RND), et dont il a eu à assurer la présidence à deux reprises (de 1997 à 1998 et de 2013 à 2015).
Au lendemain de l'arrivée d'Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays en 1999, Abdelkader Bensalah, un des fidèles parmi les fidèles du maître du palais d'El-Mouradia, n'a plus jamais quitté la Chambre haute du Parlement, en assurant sa présidence trois mandats durant, de 2002 jusqu'à 2019, faisant de lui le second personnage de l'Etat durant cette longue période.
Atteint d'un cancer, il s'était fait opérer dans la capitale française en 2015 et avait émis le vœu d'être déchargé de ses fonctions mais l'ancien président avait refusé d'accéder à sa demande.
En février 2019, le pays connaîtra une révolution pacifique inédite qui a réussi à faire vaciller le trône de Bouteflika avant de le contraindre à la démission. Le destin d'Abdelkader Bensalah va alors basculer. Il est catapulté contre son gré, selon certaines indiscrétions, à la tête de l'Etat, en assurant l'intérim, conformément à la Constitution du pays.
C'est durant son court règne, dans l'ombre de l'ancien patron de l'armée Ahmed Gaïd Salah, qui était en fait le véritable homme fort du pays, qu'ont eu lieu les premières arrestations de manifestants, notamment ceux qui portaient l'étendard amazigh, de nombreux opposants comme le défunt Lakhdar Bouregâa ou encore Karim Tabbou, mais aussi et surtout toute une "armée" d'anciens hauts responsables civils et militaires et d'oligarques très proches du clan Bouteflika.
Alors qu'il devait quitter ses fonctions au bout de trois mois d'intérim, Abdelkader Bensalah a été maintenu de fait à la tête du pays après l'échec de la première tentative d'organiser l'élection présidentielle.
Il ne rentrera chez lui qu'en décembre 2019 en cédant les clés de la République à Abdelmadjid Tebboune sorti victorieux de la dernière élection présidentielle. Celui-ci a décidé, hier, la mise en berne du drapeau national à travers le territoire national pendant trois jours, tout en annonçant son inhumation aujourd'hui au cimetière El-Alia d'Alger.

A. CHIH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.