Un premier bilan fait 26 morts    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    Incorrigible Makhzen!    «Il reproduit les pratiques des groupes terroristes»    La presse marocaine prend le relais    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Deux nouvelles médailles en judo    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Vingt-six foyers d'incendies enregistrés à travers neuf wilayas du pays    Tiaret: réalisation prochaine de deux stations pour améliorer les prestations en matière d'électricité    Tebboune présente ses condoléances    L'Algérie a joué un rôle pionnier dans l'appui aux mouvements de libération dans plusieurs pays africains (Djoudi)    Soixantenaire de l'Indépendance: une cérémonie littéraire au Palais de la Culture à l'occasion de la Journée nationale de la poésie    Congrès de la Soummam (Bejaia), un moment décisif sur le chemin de la victoire    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Kick-boxing : l'Algérie décroche trois médailles de bronze    La commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses condamne les propos provocateurs de Raïssouni contre l'Algérie    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Envoi d'aides humanitaires au Sénégal suite aux inondations dans ce pays    Voile / Championnat de Tunisie : l'Algérie présente avec treize athlètes    Karaté / Jeux de la solidarité islamique : l'Algérie en bronze par équipes dames    Quatre éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Comme une pilule de suicide !    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    15 pays y prennent part    Le ministère la culture la célèbre en août    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À la découverte des littératures du continent noir
1er SALON DU LIVRE AFRICAIN DE PARIS
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2021

Littérature algérienne, ivoirienne ou encore congolaise ont brillé durant ce premier jour du Salon du livre africain de Paris (24-26 septembre). Nadia Agsous y présentait "L'ombre d'un doute", un roman qui se veut "un hommage aux jeunes Algériens et à leur volonté de renouveau, de liberté et de justice".
Le Salon du livre africain, ouvert avant-hier à Paris, tient ses promesses puisqu'il offre aux visiteurs l'occasion de découvrir bien des facettes de la littérature africaine, subsaharienne et maghrébine. Même l'océan Indien, à travers les Iles Comores, est représenté.
L'éditrice Aminat Boina (Cœlacanthe) nous confie : "Nous éditons des livres sur la jeunesse, la société et l'esclavage, car même si c'est un passé douloureux, il faut en parler. Notre but est de faire connaître à un large public la culture de l'océan Indien", précise-t-elle, ajoutant : "Nous voulons donner la chance aux jeunes talents et aussi aux femmes qui peuvent aborder des sujets de la vie, de la société. Nous avons l'ambition de diversifier la littérature comorienne et de permettre au plus grand nombre de s'exprimer".
L'Algérienne, Nadia Agsous, journaliste et chroniqueuse littéraire, participe à ce Salon africain avec son roman L'Ombre d'un doute (Frantz Fanon-2020). "Ce livre raconte l'histoire de Bent Joy, ville millénaire enfermée dans une mémoire collective historique, vieille de plusieurs siècles, gouvernée par Sidi Akadoum, personnage sacralisé à outrance par les habitants de la ville.
Le roman raconte aussi l'histoire d'une tentative de désacralisation et de 'défatalisation' de cette mémoire collective historique". Pour Nadia Agsous, "c'est un hommage aux jeunes Algériens et à leur volonté de renouveau, de liberté et de justice".
L'ombre d'un doute pose deux questions : "Que léguons-nous à nos enfants et que font-ils de ce legs ?". L'écrivain congolais, Maha Lee Cassy s'exprime au sujet du salon : "C'est une initiative louable que nous attendions depuis longtemps. Nous n'avons jamais eu un regroupement d'autant d'auteurs africains dans les Salons internationaux".
Cassy a publié 5 recueils de poésie et un roman. "J'écris parce que je cherche des réponses aux questions existentielles. Je veux aussi partager ce que je pense avec les lecteurs", dit-il, avant d'ajouter : "L'inspiration vient avant tout du pays natal, c'est l'influence du terroir, je m'inspire aussi de mon vécu à l'étranger, de mon identité de Noir, de mon enfance, de ma mère, de mon vécu africain".
Le roman de Cassy, La Couleur d'origine (2018- éditions Plus), parle de "l'identité noire, de l'altérité, de la rencontre avec les autres, ça parle de l'espoir d'aller toujours de l'avant, car malgré les blessures du passé, nous sommes toujours debout".
Auteure ivoirienne née à Paris, Marie-Hélène Amangoua Drujon trouve que "ce salon est intéressant, surtout pour les jeunes lecteurs vivant en France et qui ne connaissent pas très bien la littérature africaine.
Les immigrés sont eux aussi heureux de découvrir la culture de leurs pays d'origine". Selon l'auteure, la littérature a bien évolué en Côte-d'Ivoire : "Moi-même, j'ai commencé à écrire sur conseils d'écrivains ivoiriens rencontrés au pays". Son roman, L'Autre, "raconte l'histoire d'un soldat noir qui retourne en Afrique après la Seconde Guerre mondiale, à la recherche de ses origines. C'est un miroir de tranches de vie".
Un précédent roman, Tempête sur Abidjan, montre que l'auteure, née et vivant en France, situe souvent ses récits dans son pays d'origine. "Mes œuvres sont inspirées par mes deux cultures, ivoiriennes et française, métissage culturel qui est une richesse".
Durant ce Salon du livre africain, la question de l'édition et de la diffusion en Afrique a été soulevée. Xavier Pryen, directeur des éditions L'Harmatan, confie à Liberté : "Nous éditons beaucoup d'auteurs algériens, et malheureusement, il n'y a pas suffisamment de diffusion en Algérie parce que c'est très difficile d'exporter le livre ou même de trouver des partenaires locaux".
Il souhaite réaliser à Alger l'expérience de Dakar : "Pour mettre fin aux problématiques d'expédition et de transport de conteneurs, on y a ouvert, il y a trois ans, une unité d'impression. On envoie le fichier et on imprime sur place le livre à la quantité nécessaire".
Depuis Dakar, ajoute-t-il, "on livre plusieurs pays de l'Afrique de l'Ouest. Cela réduit le prix des livres et facilite leur diffusion. Nous Souhaitons développer ce genre de partenariat au Maghreb et particulièrement en Algérie".

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.