Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Mon récit est un écho criant à la Révolution du sourire"
Nadia AGSOUS, auteure de "L'ombre d'un doute"
Publié dans Liberté le 09 - 03 - 2021

Dans cet entretien, la journaliste et autrice revient sur l'écriture de son dernier ouvrage, dont l'action se déroule dans la ville Bent'Joy. Une ville fictive et néanmoins très similaire à l'Algérie,"comme la métaphore de son enfermement sur son passé", dit-elle.
Liberté : Quel était le point de départ de votre roman publié le mois dernier chez Frantz-Fanon ?
Nadia Agsous : À l'origine, L'ombre d'un doute était un mini-roman. C'est sur les conseils bienveillants de mon éditeur qu'il est devenu un roman. Les trois personnages principaux : le narrateur, sa mère et Sidi Akadoum existaient dans la première version. Bent'Joy, le cadre spatial du roman, était une ville sans grande envergure.
Au fur et à mesure de l'élaboration du récit, elle est devenue une ville millénaire. Puis, des personnages secondaires sont venus se greffer autour du noyau qui constitue le socle du roman. J'ai gardé la dimension fantastique (rêves, ambiance crépusculaire, pluie diluvienne, vents...) du récit.
Cet exercice d'écriture et de réécriture fut formateur. La similitude avec l'Algérie est apparue au fil des pages. "Bent'Joy a émergé comme la métaphore de l'Algérie et de son enfermement sur son passé. À la fin
du récit, à l'instar de l'Algérie, Bent'Joy qui au début n'était jamais rebelle, est devenue rebelle, un écho criant à la Révolution du sourire (Hirak)".
Qui sont les personnages de L'ombre d'un doute ?
Le roman oscille entre les genres réaliste et fantastique. Il est "habité" par deux types de personnages : le lieu-personnage représenté par Bent'Joy, et les personnages humains qui se divisent en deux catégories.
D'une part, les personnages principaux qui sont au cœur de l'intrigue : le personnage-narrateur, sa mère et Sidi Akadoum. Et d'autre part, les personnages secondaires : Athina, Amjah, la foule, le Dieu des eaux ruisselantes... Les deux premiers, par exemple, ont un rôle de figurants. Leur fonction est de servir la quête de vérité relative à Sidi Akadoum menée par le protagoniste lors de son incursion nocturne et onirique dans le passé de Bent'Joy.
Comment décririez-vous le personnage-narrateur ?
C'est lui qui dynamise le récit, il va endosser un double rôle. Il est un précieux témoin du présent de Bent'Joy, et il va œuvrer pour se renseigner sur son passé au point d'émerger comme un historien, voire un archéologue qui fouille dans le passé pour éclairer le présent. C'est un jeune homme au tempérament curieux. Il est lucide, il voit et entend tout. Il est un observateur actif des mœurs de Bent'Joyiens. Lorsqu'il parle du passé, il adopte un point de vue narratif raconté à la troisième personne.
Puis, il va changer de point de vue narratif pour devenir un personnage actant qui emploie la première personne (je). Il va s'inscrire à contre-courant des valeurs dominantes et s'attribuer le rôle de "sauveur" de Bent'Joyen se lançant dans une quête pour découvrir la véritable nature de Sidi Akadoum, le saint vénéré et adulé.
L'emploi du "je" renforce le caractère intime du récit qui sera consolidé par une expérience mystique vécue dans un mausolée où il assiste à l'engloutissement de Sidi Akadoum dans les abysses de son inconscience. C'est lors de ce baptême du feu qu'il se débarrasse de ses peurs, purifie ses sentiments et affirme sa détermination d'œuvrer pour le renouveau de Bent'Joy, "ville de - ses - tourments".
Sidi Akadoum est omniprésent dans la mémoire collective. Qui est cet homme qui subjugue les Bent'Joyiens ?
Ah, Seigneur Visage ! C'est un homme à part. Il est absent physiquement, mais il a une forte présence symbolique, car il est omniprésent dans la mémoire collective bent'joyienne. Il a une personnalité double et trouble. Lorsqu'il arrive à Bent'Joy, il ensorcelle les Bent'Joyiens et gagne leur confiance, y compris celle de son altesse, le prince qui, rapidement, le nomme son homme de confiance.
Puis, un changement de personnalité s'opère, car, au fur et à mesure de l'avancement de l'histoire, on découvre sa vraie nature. Il est fourbe et roublard. Il présente des caractéristiques similaires à celles d'un dictateur. Il a réussi à fabriquer des femmes et des hommes obéissants et incapables de réfléchir par eux-mêmes.
L'ombre d'un doute,
éditions Frantz-Fanon, Alger, janvier 2021, 147 pages, 600 DA / 15 euros.

Entretien réalisé par : KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.