Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les travailleurs dans l'expectative
FERMETURE DU CENTRE COMMERCIAL ARDIS D'ORAN
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2021

L'inquiétude est grande chez les quelque 120 employés du centre commercial Ardis d'Oran, qui, depuis dimanche, se sont retrouvés face à des portes fermées, ne pouvant plus accéder à leur lieu de travail.
Sur place, une partie des salariés, hommes et femmes, la plupart avec des familles à charge, le visage défait, était rassemblée dans le calme, expliquant ce qui s'est passé ces dernières 48 heures.
"En venant au travail, nous avons trouvé le centre commercial fermé avec des barrières. Les responsables du centre nous ont dit que nous devions sortir en congé obligatoirement pour deux mois, sans avoir le droit de dire ou de refuser quoi que ce soit", expliquent interloqués des travailleurs.
Le représentant des salariés et responsable de la section syndicale affiliée à l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), créée ce 21 août 2021, explique les faits : "Lorsque nous avons créé la section syndicale, nous avons demandé à notre employeur nos droits et l'application d'une convention collective qui existe depuis 5 ans."
Et le représentant syndical de poursuivre : "Ce dimanche, en trouvant porte close, nous avons eu immédiatement une réunion avec le DG d'Oran et un responsable du groupe Ardis, chargé des opérations, venu d'Alger, qui nous a signifié que décision avait été prise de fermer le centre pour travaux et que nous devions tous prendre un congé de deux mois."
Mais les travailleurs ne sont pas convaincus par ces explications. "Nous ne croyons pas à cette version, car des échos nous sont parvenus depuis un moment disant que le centre allait fermer pour, probablement, être transformé en dépôt", expliquent encore les travailleurs de ce centre commercial, estimant que même si l'information se confirmait
"il y a des procédures et des dispositions pour les employés selon le code du travail qui doivent être respectées pour protéger leurs droits et leurs postes de travail". Ces employés sont aujourd'hui en plein désarroi.
"Nous n'avons jamais été informés de quoi que ce soit. Nous n'avons même pas reçu de notification quant à cette fermeture et là on nous dit que nous devons signer obligatoirement une demande de congé de deux mois, sans savoir ce qui se passera dans deux mois", raconte une des employées au bord des larmes.
Pour en savoir plus sur le devenir des emplois et les raisons de la fermeture du centre commercial Ardis, qui avait été inauguré en grande pompe en 2016, nous avons vainement tenté de joindre par téléphone le DG de la structure d'Oran.
Dans la demi-heure qui a suivi, sur la page Facebook du centre commercial Ardis, était partagée une annonce, stipulant "Fermeture pour rénovation. Réouverture printemps 2022".
Sur la même page tout récemment des publicités sur les tarifs des produits pour la rentrée scolaire étaient postées. À l'heure actuelle près d'une dizaine d'employés ayant des CDD se sont vu signifier la fin de leur contrat de travail. Lors de la pandémie, le centre commercial a, comme beaucoup d'autres à Oran, été impacté entraînant une forte baisse de la clientèle et des étalages quasiment vides.

D. LOUKIL


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.