Le rôle de l'Algérie souligné    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Bejaïa a bénéficié de 12,5 milliards DA    Le secteur de l'agriculture sur de mauvaises rails    Une satisfaction commune    Un tribunal rétablit la candidature du fils Kadhafi à la présidentielle    « Vivez l'ambiance et la ferveur de la Coupe Arabe de la FIFA – Qatar 2021TM »    Trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Chutes de neige sur l'Ouest, le Centre et l'Est du pays    Chutes de neige    L'allocation chômage, un pas important à encourager    La Coupe arabe, un silence qui devient sonore    Championnat arabe de handball : 13 clubs ont déjà confirmé leur participation    Edition honorifique en hommage à Pilar Bardem    Avant-première de «Sœurs» de Yamina Benguigui à Tunis    Entre exemple à suivre et agent de la colonisation    Les cas des tumeurs de la vessie en augmentation en Algérie    Treize individus arrêtés pour entrave à l'opération de vote à Bouira    De nombreux pays comptent sur le rôle de l'Algérie pour hisser la coopération en Afrique    Tizi-Ouzou: démantèlement d'un réseau de passeurs de migrants    Agressions marocaines contre Sultana Khaya: le Journal Féministe Algérien exprime sa "profonde indignation"    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Maroc: Dégradation du pouvoir d'achat et recrudescence des protestations populaires    Aouchem, acte 2    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Le satisfecit du FFS    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    ACTUCULT    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    A quand «la ruée vers l'or» ?    Le naufrage islamiste    Le ministère apporte des précisions    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie se dote d'un nouveau gouvernement
En crise depuis deux mois
Publié dans Liberté le 12 - 10 - 2021

Si la formation d'un nouveau gouvernement constitue un certain soulagement, l'enjeu reste celui du système politique que le président Kaïs Saïed veut démanteler en touchant à la Constitution de 2014, qui a instauré un régime parlementaire, au cœur de cette crise aujourd'hui.
Après plus de deux mois d'attente, la Tunisie s'est doté d'un nouveau gouvernement, dont les ministres ont prêté serment dimanche soir, quelques heures après une manifestation de l'opposition et de la société civile à Tunis que la police a vainement tenté d'empêcher, blessant quelques militants qui dénoncent "le putsch" de Kaïs Saïed contre la démocratie.
Pour la première fois dans l'histoire du pays, le gouvernement, qui a prêté serment devant M. Saïed lors d'une cérémonie retransmise à la télévision, est dirigé par une femme, l'universitaire Najla Bouden, nommée le 29 septembre. Mais celle-ci ainsi que son équipe jouiront de prérogatives considérablement réduites après le coup de force présidentiel.
Dans un discours lors de la prestation de serment, Mme Bouden a affirmé que "la lutte contre la corruption sera le plus important objectif de son gouvernement" qui compte 25 membres, dont 9 femmes, outre sa cheffe.
Elle a ajouté que "son équipe œuvrerait pour redonner aux Tunisiens confiance en l'Etat et améliorer leurs conditions de vie". Seuls deux ministres dans le nouveau gouvernement, ceux des Affaires étrangères, Othman Jarandi, et de l'Education, Fethi Selouati, sont des rescapés de l'exécutif limogé.
Le portefeuille de l'Intérieur a échu à Taoufik Charfeddine, un proche de M. Saïed qui avait occupé ce poste en 2020 avant d'être limogé par l'ex-Premier ministre, Hichem Mechichi. Ce dernier est à son tour limogé le 25 juillet dernier, par le chef de l'Etat, qui a gelé aussi l'activité du Parlement dominé par les islamistes d'Ennahdha et son allié Qelb Tounès, dont le chef, Nabil Karoui, est en détention provisoire en Algérie pour séjour illégal.
Cette décision a entraîné la Tunisie dans une impasse, Kaïs Saïed voulant se débarrasser du pouvoir du Parlement, en affichant sa volonté d'amender l'actuelle Constitution, suspendue de facto après avoir pris fin septembre dernier des "mesures exceptionnelles", lui permettant de légiférer par décret.
Ce qu'une partie des Tunisiens (partis, citoyens et société civile, journaliste et militants des droits de l'homme) a dénoncé, estimant qu'il s'agit d'une remise en cause des acquis de la révolution populaire de 2011, craignant une "dérive autoritaire" du locataire du Palais de Carthage.
Pour sa part, la puissante centrale syndicale, l'Union générale des travailleurs algériens (UGTT) a appelé à un "dialogue constructif", suggérant l'organisation d'un scrutin législatif anticipé pour dénouer cette crise. Mais Kaïs Saïed demeure sourd à ces appels et se montre déterminé à aller jusqu'au bout de sa démarche, en dépit des fortes inquiétudes qu'il suscite en Tunisie et à l'international.

Lyès MENACER/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.