Energie et Mines : Arkab reçoit une délégation parlementaire vietnamienne    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    L'Algérie honorée à Bamako pour son rôle en faveur de la paix et la réconciliation au Mali    Une délégation parlementaire algérienne prend part à la 46e EUCOCO à Berlin    Ligue 1/ CS Constantine : l'entraineur Madoui remobilise ses joueurs avant d'affronter la JS Saoura    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    ONU: une ONG appelle à la démission d'une responsable marocaine pour enfreinte aux normes de conduite    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Sport : les nouveaux textes juridiques devront instaurer une nouvelle dynamique au sein des associations sportives    Foot/ CHAN-2022 (préparation): le Sénégal et la Mauritanie au menu de la sélection A' en amical    Lutte contre le Sida: le gouvernement mobilisé pour assurer des soins gratuits aux malades    La ministre de la Solidarité nationale donne le coup d'envoi d'une caravane de sensibilisation sur la prévention de la grippe saisonnière    Enseignement supérieur: 16 plateformes numériques créées pour moderniser le secteur    L'inscription du Raï par l'Unesco, "un acte décisif de reconnaissance par le monde"    300 à 350 sous-traitants disponibles pour approvisionner les constructeurs automobile    Tissemsilt: le programme de développement se charge des préoccupations de la population    Festival de la production théâtrale féminine: "Chajarat El maouz" remporte le prix "Keltoum"    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Le badge de l'Emir du Qatar    Les études d'aménagement achevées: 140 millions DA pour trois nouvelles mini-zones d'activités    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Rue Mohamed Boudiaf (ex-rue de Mostaganem): Une tentative de squat d'une terrasse avortée    Tiaret: Une nouvelle organisation de soutien aux agriculteurs    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    L'Ukraine appelle les pays de l'Otan à accélérer l'envoi des aides    «On a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout»    «Nous combattons les idées toxiques»    L'ambassadeur russe dit tout    Une technologie de pointe à l'accent algérien    La Tunisie appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien    Seul un diagnostic précoce...    Le CRB aux commandes    Brèves    Belatoui sur la sellette    Appel à ancrer la lecture au sein des générations    Tournage du film «Hami Essahra» sur le chahid Si El Houas    Un génie forgé dans la douleur    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Quel avenir pour l'Europe ?    Décès du Général à la retraite Mohamed Betchine    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Les PME sont-elles hors la loi?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un remaniement à couteaux tirés
Mechichi écarte cinq ministres proches de Kaïs Saïed
Publié dans L'Expression le 16 - 02 - 2021

Au lendemain de la rencontre convoquée mercredi par le président tunisien Kaïs Saïed, au palais de Carthage, où se sont rendus les représentants des groupes parlementaires, il semblait que la sortie de crise était encore lointaine et que les efforts des uns et des autres pour dégeler la situation et permettre au gouvernement Hichem Mechichi de prêter serment restaient insuffisants au regard du chef de l'Etat. Intransigeant sur son refus de recevoir les quatre ministres qu'il soupçonne de corruption et de conflits d'intérêts, Kaïs Saïed n'a fait aucune concession. Du coup, la situation paraissait bloquée. Mais voilà
qu'hier, un coup de théâtre est intervenu, avec l'annonce du chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, de démettre de leurs fonctions cinq ministres, concernés par le remaniement ministériel de janvier dernier.
L'agence tunisienne TAP qui a rapporté cette information, citant un communiqué de la présidence du gouvernement, a précisé que les cinq ministres remerciés seront remplacés par cinq autres membres du gouvernement (quatre ministres et une secrétaire d'Etat) chargés d'assurer l'intérim de ces départements, et ce dans l'attente du parachèvement des procédures relatives au remaniement, c'est-à-dire la prestation de serment bloquée par le chef de l'Etat depuis trois semaines.
Dans son communiqué, le Premier ministre indique qu'il «reste ouvert à toutes les solutions propres à dépasser le blocage et permettre aux ministres de prendre leurs fonctions dans le respect de la Constitution». Un appel du pied au président Saïed qui a émis des réserves sur «la constitutionnalité» du remaniement opéré à la fin janvier.
Le président tunisien avait dénoncé, dans une audience accordée au secrétaire général de l'UGTT des «violations» du fait que Mechichi a recouru au règlement intérieur du Parlement et non à la Constitution pour justifier le choix des membres du nouveau gouvernement. Or, cette démarche qui lui a sans doute paru incontournable pour obtenir le vote de confiance de l'ARP est à la source même du problème, Mechichi ayant accepté les conditions émises par Ennahdha de Rached Ghannouchi et ses alliés al Karama et Qalb Tounes.
La nouvelle rapportée par l'agence TAP laissait croire que Hichem Mechichi offre une alternative au chef de l'Etat. En réalité, il n'en est rien. Car les cinq ministres qu'il a limogés sont ceux-là même qui étaient proposés par Kaïs Saïed et non pas les quatre qu'il refuse de recevoir pour une prestation de serment. Ainsi, la situation s'avère non pas débloquée mais compliquée davantage, Mechichi pratiquant la fuite en avant. Car, avec son plan B, il a certes affranchi son gouvernement de l'influence présidentielle mais cela suffira-t-il à lui ouvrir la porte de la prestation de serment? Rien n'est moins sûr. Avec huit ministres détenant chacun deux portefeuilles, il plonge dans une instabilité chronique et aggrave le différend avec le président tunisien Kaïs Saïed. Fortement tributaire de la troïka Ennahdha-al Karama-Qalb Tounes, il est parti pour découvrir à son tour le sort de certains prédécesseurs qui sont passés à la trappe pour avoir cru dans un deal conséquent avec Ennahdha et ses alliés. Or, celle-ci a des comptes à régler avec le président Kaïs Saïed. Pendant ce temps, le gouvernement va vers la paralysie et le pays qui attend des solutions à une crise socio-économique aggravée peut basculer dans des évènements bien plus graves que les manifestations récentes à Tunis et dans de nombreuses autres villes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.