Un premier bilan fait 26 morts    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    Incorrigible Makhzen!    «Il reproduit les pratiques des groupes terroristes»    La presse marocaine prend le relais    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Deux nouvelles médailles en judo    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Vingt-six foyers d'incendies enregistrés à travers neuf wilayas du pays    Tiaret: réalisation prochaine de deux stations pour améliorer les prestations en matière d'électricité    Tebboune présente ses condoléances    L'Algérie a joué un rôle pionnier dans l'appui aux mouvements de libération dans plusieurs pays africains (Djoudi)    Soixantenaire de l'Indépendance: une cérémonie littéraire au Palais de la Culture à l'occasion de la Journée nationale de la poésie    Congrès de la Soummam (Bejaia), un moment décisif sur le chemin de la victoire    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Kick-boxing : l'Algérie décroche trois médailles de bronze    La commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses condamne les propos provocateurs de Raïssouni contre l'Algérie    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Envoi d'aides humanitaires au Sénégal suite aux inondations dans ce pays    Voile / Championnat de Tunisie : l'Algérie présente avec treize athlètes    Karaté / Jeux de la solidarité islamique : l'Algérie en bronze par équipes dames    Quatre éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Comme une pilule de suicide !    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    15 pays y prennent part    Le ministère la culture la célèbre en août    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"17 octobre, un crime d'Etat
Sortie du documentaire de Ramdane Rahmouni à Alger
Publié dans Liberté le 18 - 10 - 2021

Projeté en avant-première à la cinémathèque d'Alger, ce documentaire revient minutieusement sur le massacre de centaines d'Algériens qui manifestaient pacifiquement au pays des "droits de l'Homme".
Costume-cravate, moustache bien taillée, gel gomina pour les hommes ; plus belle toilette pour les femmes, c'était le dress-code imposé pour la manifestation pacifique du 17 octobre 1961. Organisée par la Fédération de France du FLN, cette marche a rassemblé des milliers d'Algériens, qui, sourire aux lèvres, revendiquaient seulement leurs droits : mettre fin au couvre-feu instauré par le gouvernement français. Cette nuit, qui devait être une simple revendication au pays des "droits de l'Homme", se transforme en une vraie scène d'horreur ; des centaines de personnes sont jetées dans la Seine, incarcérées et torturées par la police de Maurice Papon.
Pour raconter ce massacre, dont nous commémorons le 60e anniversaire, Ramdane Rahmouni a posé sa caméra face à de nombreux protagonistes ayant vécu cette tragédie. Intitulé 17 octobre, un crime d'Etat, produit par le Centre national d'études et de recherches sur le Mouvement national et la Révolution, ce documentaire de 52 minutes retrace les faits survenus depuis l'annonce, le 5 octobre 1961, du couvre-feu, de 20h à 5h du matin, pour la communauté algérienne. Selon les divers témoignages rapportés dans ce docu, les Algériens ont vécu l'horreur cette année 1961. "Nous avons tendance à nous focaliser seulement sur le 17 octobre, alors que durant des mois Papon arrêtait les Algériens pour les torturer afin de leur tirer des renseignements. C'était une année atroce", se souvient l'avocate Nicole Rein.
En effet, le préfet de la police avait ordonné à ses hommes d'user de la force et de l'intimidation sur les musulmans de France, et "les tortures avaient lieu dans des caves ; beaucoup n'en sont jamais sortis", regrette l'un des protagonistes du film. À ce propos, l'auteur Gilles Manceron a raconté que des semaines avant le 17, dans les 13e et 18e arrondissements et les bidonvilles de Nanterre, régnait une terrible répression. Ainsi, à Paris, "l'Algérien devient le visage du FLN et pour les partisans de l'Algérie française, cela devient intolérable", explique l'historienne Linda Amira. Et si aujourd'hui Macron "accuse" Papon de tous les maux, il est à rappeler qu'il a été nommé par le gouvernement de l'époque dans le but d'exécuter la sale besogne.
D'ailleurs, l'ancien Premier ministre Michel Debré ne "se résolvait pas à l'indépendance du pays. Attaché à l'Algérie française, il n'a pas suivi le tournant de de Gaulle". Sur ces propos, Jean-Luc Einaudi (décédé en 2014) précise que "la haine, on la rencontrait à l'état brut dans les forces de police. En 1961, il y a une volonté de vengeance à l'égard de toute une population.
Ces crimes ont été commis sur l'apparence physique et comme moteur la haine raciale". Pour sa part, Ali Haroun estime que Papon avait autorisé les policiers à faire des dépassements, dans l'objectif de bloquer la Fédération de France du FLN et de la réduire à néant. Concernant le jour J, soit le 17 octobre, à 20h, durant lequel ont été lâchement assassinés des hommes et des femmes sans défense, la militante Aïcha Mansour et ses acolytes pensaient qu'il n'y aurait "aucun risque.
Pour ces raisons, nous avons emmené les enfants", et pour le FLN, "nous pensions qu'il allait y avoir seulement quelques arrestations et bastonnades ; nous n'avons jamais imaginé un tel massacre", regrette l'un des membres du bureau parisien. Longtemps falsifié ou inavoué par l'Etat français, le nombre de morts s'élève, selon bon nombre d'historiens, à 200 personnes. Mais Einaudi a avancé dans l'interview qu'en "se basant sur des archives du FLN, de la préfecture de police, de la justice, de la presse et des témoignages, la liste s'élève à 400 morts, sans oublier les corps non identifiés". Un nombre qui contredit les chiffres avancés à l'époque d'une dizaine de personnes tuées ! 17 octobre, un crime d'Etat a été projeté samedi en avant-première à la cinémathèque d'Alger et est disponible sur la plateforme Youtube.

Hana Menasria


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.