L'Anie dévoile le taux final de participation    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Le procès en appel de Hamid Melzi reporté    Les salaires meilleurs dans le secteur public    Célébration dans un climat de trahison    Des routes fermées dans plusieurs wilayas    De nouvelles conditions fixées à Alger    172 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    L'angoissante nuit du dépouillement    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Trois morts à Téra, au Niger    Ferhat, une affaire à saisir    Une pluie de prétendants    Le feuilleton Haaland est relancé    Inter Milan : Direction l'Espagne pour Matias Vecino ?    «Le taux de participation est positif»    Ni perdant ni gagnant    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    Manteau blanc sur les montagnes    Chréa en robe de mariée    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    Benabderrahmane reçoit le ministre libyen de l'Intérieur    La JSK et la JSS battues    Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien: poursuivre le combat contre la normalisation    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Sachez que...    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Queiroz repêche Hedjazy    Souriez, nous allons tous mourir !    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Le culte fécond ou stérile du passé    L'enjeu des locales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Makri agite la menace d'un retrait
Rejet de listes du MSP aux prochaines élections locales
Publié dans Liberté le 18 - 10 - 2021

Pour le président du MSP, ce qui se passe "remet en cause la volonté politique exprimée en haut lieu et les engagements du président de la République à respecter la volonté populaire et la moralisation de la vie politique".
Les responsables du Mouvement de la société pour la paix (MSP) sont mécontents et ils le font savoir. Pour cause, le nombre visiblement important des listes du parti en prévision des prochaines élections locales, passées à la moulinette de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), présidée par l'ancien ministre de la Justice, Mohamed Charfi. "Les listes des candidats ont connu un véritable massacre, à commencer par le refus massif de signatures, sous prétexte de ne pas s'inscrire sur les listes électorales alors qu'ils détiennent leur carte d'électeur et ont participé à tous les scrutins précédents. Du coup, ils ne doivent pas assumer les falsifications électroniques les visant et les opérations de sarclage auxquelles sont soumises nos listes de façon illégale et immorale, ou encore les décisions sécuritaires, politiques et administratives arbitraires qui ne sont pas fondées sur des décisions judiciaires définitives privatives de liberté", a asséné le président du MSP, Abderrezak Makri, dans un communiqué rendu public hier à l'issue d'une réunion tenue entre le bureau exécutif du parti et l'Anie.
Après analyse des listes rejetées, le président du parti islamiste est arrivé à une conclusion : cette opération obéit à "une politique bien étudiée ciblant les éléments compétitifs" de son parti et constitue, à ses yeux, "une sorte de fraude préalable et un contrôle vulgaire des résultats des élections". "Ce qui se passe est une véritable mascarade et une page noire sur le front de la démocratie dans le pays. Ce qui nous oblige à coordonner avec nos partenaires politiques", a dénoncé M. Makri, avant de glisser : "La position finale du parti sur ces élections est ouverte à tous les scénarios."
Façon à lui d'agiter la menace du retrait de son parti des élections locales prévues pour le 27 novembre prochain. Pour le président du MSP, ce qui se passe avec cette opération de tamisage des listes électorales "remet en cause la volonté politique exprimée en haut lieu et les engagements du président de la République à respecter la volonté populaire et la moralisation de la vie politique" avant de tirer à boulets rouges sur l'Anie, estimant que "sa façon de travailler à l'occasion de ces élections montre qu'elle est pire que les précédentes". "La crise de la démocratie dans le pays est dans les mentalités sclérosées et les pratiques autoritaires et non dans les textes réglementaires", a soutenu M. Makri, estimant que "toute menace sur le succès des prochaines élections locales est une menace sérieuse pour ce front interne" qui, de son point de vue, devait être renforcée face aux défis internes et menaces extérieures.

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.