Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La hausse des prix ne connaît pas de répit
Le marché s'enflamme à JIJEL
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2021

Aucun produit alimentaire ne semble être épargné par cette flambée vertigineuse qui met à rude épreuve le budget des ménages dont certains ont préféré éliminer les moins indispensables.
Alors que pour s'offrir des kilos de légumes secs à bas prix, il faut passer par une file d'attente au point de vente de l'OAIC du marché Ayouf, à Jijel, la flambée des prix ne connaît pas de répit. Cette flambée s'est traduite par la ruée sur cette unité pour atténuer un tant soit peu les dépenses générées par la hausse des prix de ces produits. En dehors de ce point de vente, la hausse des tarifs de ces produits les rend inabordables. "Le kilo de lentilles est à 240 DA, celui des haricots à 260 DA", confie un commerçant tenant une modeste épicerie dans un quartier populaire. Au-delà des prix de ces deux produits qui font parler d'eux depuis un certain temps, c'est le citoyen à bas revenu qui fait face à une situation des plus délicates, voire des plus complexes.
Les dépenses quotidiennes induites par de telles hausses ont impacté son maigre budget qui ne résiste plus à l'érosion de son pouvoir d'achat. Beaucoup a été dit sur cette érosion, mais dans les faits, la situation se complique davantage. Et pour cause, dans les marchés à Jijel, c'est la déprime. Un sentiment de frustration et de dépit se lit sur le visage des citoyens, visiblement loin de pouvoir subvenir à leurs besoins dans les meilleures conditions. C'est le cas du poulet qui est loin d'être à leur portée de par son prix exorbitant ne descendant plus sous la barre des 460 DA, quand il n'atteint pas le seuil fatidique des 500 DA, franchi il y a quelques jours. Les escalopes de poulet frôlent désormais les 1 000 DA et deviennent ainsi une viande de luxe pour les bas revenus dont ils ne rêvent même plus.
Que dire donc des viandes rouges, inscrites au registre des interdits que les ménages à faible revenu ne peuvent plus goûter ? Si certains ménages ont éliminé de leurs plats ces viandes, le comble est qu'ils font face à une flambée des prix d'autres produits jadis abordables. Des produits de base, à l'image de la pomme de terre, sont de plus en plus éliminés des rations alimentaires. À 100 DA, le kilo, le précieux tubercule est banni des menus. La série des produits de plus en plus chers ne s'arrête pas à ce tubercule et finit par atteindre la tomate, l'autre produit très prisé qui ne descend pas sous les 100 DA, le kilo. L'argument de l'arrière-saison pour justifier ces prix inabordables par certains est vite balayé d'un revers de la main par d'autres. "Je ne comprends plus rien, en 30 ans d'activité, je ne suis jamais sorti du marché de gros de Chelghoum Laïd endetté, mais cette fois, c'est fait, je m'endette pour m'approvisionner", balance un commerçant ayant pignon sur rue et, de surcroît, connu pour les prix raisonnables qu'il affiche.
Que dire alors des consommateurs, qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts face à cette cadence inflationniste démesurée ? "Je viens, je scrute les prix et je m'en vais", assène, à son tour, ce retraité croisé dans un marché informel de la rue du 20-Août, à El-Milia. "Le produit est disponible, c'est la spéculation qui est à l'origine de cette flambée. Même en période de Covid, il n'a pas manqué, il faut revoir les mécanismes de commercialisation pour mettre un terme à ces agissements", réagit, pour sa part, la directrice des services agricoles. Les retraités, les fonctionnaires, les bas revenus, sans évoquer le cas des sans revenus, restent toutefois les couches les plus vulnérables des citoyens éprouvés par cette tendance à la hausse qui n'épargne aucun produit.
Autant dire qu'alors que les pouvoirs publics s'apprêtent à promulguer des lois sévères pour réprimer toute forme de spéculation, la hausse des prix des produits de large consommation semble devenir un fait accompli difficile à maîtriser. C'est ce qui est constaté çà et là dans les marchés de Jijel, dont les étals sont pourtant bien approvisionnés sans que les prix amorcent une quelconque baisse.

Amor Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.