Elections locales : L'ANIE annonce un taux de participation national de 35,97%    Le Président Tebboune s'exprime    Un comité provisoire pour les communes sans candidat    Les élections locales par les chiffres    Déclarations    Relative affluence    Les principaux évènements de la journée    L'enjeu des locales    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'eni vend la moitié de ses parts    Les Algériens offusqués    La caution d'un «pacte»    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Accord avec Torres – Barça?    Giroud absent 3 semaines    L'Institut Pasteur d'Algérie réagit    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Chutes de neige sur plusieurs wilayas du nord du pays    6 décès et 163 nouveaux cas en 24 heures    15.000 bouteilles d'alcool saisies    Un album pour préserver Tabelbala    Du flamenco à la salle Ahmed Bey    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    Real : Perez a pris sa décision pour Gareth Bale    Elections locales: la cadence du vote s'intensifie dans l'ouest du pays    Le renseignement espagnol met en garde contre le rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste    CAN 2021 : Un stage de préparation prévu au Qatar    Coupe arabe Fifa-2021: les Verts à pied d'oeuvre à Doha    Chutes de neige sur plusieurs wilayas du nord du pays    La visite du Président Tebboune en Tunisie interviendra "en temps voulu"    Les agressions sur les réseaux ont coûté 586 millions de centimes en 2021    Interrogations sur la sécurisation des élections en Libye : La candidature de Seif El Islam El Gueddafi dévoile la capacité des législations en vigueur    Mondial biennal : Soutien unanime de la CAF au projet de Gianni Infantino    L'Opep et ses alliés maintiennent le cap    Tunis-Paris-Londres, le dos au mur    Des habitants réclament le raccordement au gaz    Plus de 3000 employeurs ciblés    Statu quo en tête    Benabderrahmane : «L'état n'abandonnera jamais son caractère social»    Korandjé, un album dédié à la préservation du parler de la région de Tabelbala    Le groupe Iwal fait appel à son public    Saisie de marchandises destinées à l'exportation frauduleuse    À propos de la thèse de "l'holocauste"    Le devoir de mémoire à travers le 9e art    "Il nous faut une ouverture vers l'ailleurs"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel
La cour d'Alger a accepté sa requête
Publié dans Liberté le 21 - 10 - 2021

"C'est la première fois qu'une requête demandant la vérification de constitutionnalité d'un article de loi est acceptée par la justice", a commenté son avocat, visiblement soulagé.
Après plusieurs reports, la septième chambre de la cour de justice d'Alger a finalement accepté la requête introduite par les avocats de Saïd Djabelkhir pour contester la constitutionnalité de l'article 144-bis du code pénal, sur la base duquel, le chercheur a été condamné pour "offense au Prophète de l'islam" et "atteinte aux dogmes religieux". C'est une demi-victoire pour Saïd Djabelkhir et ses avocats. Cela fait plusieurs mois que le chercheur en soufisme fait face à la menace qui pèse sur lui d'aller en prison pour avoir exprimé, sur les réseaux sociaux et des plateaux de télévision, des avis religieux. En obtenant le renvoi du dossier pour avis du Conseil constitutionnel, il peut "continuer à exprimer" ses "opinions dans le domaine de la religion, le mien", dit-il en sortant du tribunal, hier en milieu de matinée. Accompagné de son avocat, Moumen Chadi, Djabelkhir a arboré un sourire de soulagement qui en dit long sur la peur qui s'est emparée de lui depuis qu'il a été condamné, en avril dernier, à une peine de 3 ans de prison pour avoir exprimé des avis religieux en public.
"C'est la première fois qu'une requête demandant la vérification de constitutionnalité d'un article de loi est acceptée par la justice", commente aussi l'avocat, visiblement soulagé. Pour défendre le dossier, la défense de Saïd Djabelkhir relève une contradiction entre l'article 144-bis 2 du code pénal et la Constitution. "Est puni d'un emprisonnement de trois ans à cinq ans et d'une amende de 50 000 DA à 100 000 DA, ou de l'une de ces deux peines seulement, quiconque offense le Prophète (Paix et Salut soient sur Lui) et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l'islam, que ce soit par voie d'écrit, de dessin, de déclaration ou de tout autre moyen", énonce l'article.
Or, la loi fondamentale garantit l'inviolabilité du "droit de pensée", surtout qu'il s'agit là d'un spécialiste et non d'un profane. Plus que cela, les avocats contestent jusqu'à la qualité des plaignants puisqu'il s'agit de citoyens qui n'ont pas de lien avec le domaine. Or, dans le cas où des faits seraient avérés, seul le procureur peut déposer plainte. Chercheur en soufisme et journaliste, Saïd Djabelkhir provoque souvent la polémique avec des publications où il invite les spécialistes à débattre des sujets — y compris ceux qui sont considérés comme des tabous — liés à la religion. Un tantinet iconoclaste, certains le trouvent provocateur. Mais lui insiste sur le fait que ses interventions sont des invitations à débat et n'ont rien de provoquant.
C'est en cela que l'avis que rendra le Conseil constitutionnel est déterminant : si la haute juridiction admet que l'article 144-bis 2 du code pénal n'est pas conforme à la Constitution, cela signifie une victoire pour Saïd Djabelkhir, mais aussi pour tous ceux qui défendent le droit à la libre pensée, y compris dans le domaine religieux.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.