Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Retrouvailles inédites à Doha !    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Aziza Oussedik en paisible retraite    Le renvoi révélateur?    Les points à retenir du Conseil des ministres    Le bras de fer continue !    Une "finale" avant l'heure pour la première place du groupe D    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit
ARRÊTE FIN JUIN, IL SERA PRESENTE AUJOURD'HUI DEVANT LE JUGE D'INSTRUCTION
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2021

Quatre mois après son arrestation, le secrétaire général du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Ghares, va enfin être entendu sur le fond par le juge d'instruction près le tribunal de Bab El-Oued. Arrêté en juin dernier chez lui, Fethi Ghares, un des rares responsables de parti politique à être emprisonné, après Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT, est poursuivi pour de nombreux chefs d'inculpation que ses avocats balaient d'un revers de main.
Arrêté le 30 juin dernier chez lui à Gué-de-Constantine et aussitôt placé sous mandat de dépôt, le coordinateur national du MDS est poursuivi, notamment, pour "atteinte à la personne du président de la République", "outrage à corps constitués", "diffusion au public de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national", "diffusion d'informations pouvant porter atteinte à l'unité nationale" et "diffusion d'informations pouvant porter atteinte à l'ordre public".
Des accusations lourdes que la défense conteste considérant que l'homme politique est poursuivi pour ses opinions. Selon les avocats chargés de sa défense, Fethi Ghares est, en effet, poursuivi sur la base de faits liés à des déclarations publiques dans lesquelles, il a critiqué le chef de l'Etat et d'autres responsables du pays.
Selon Mostefa Bouchachi, un de ses avocats, qui s'est exprimé samedi dernier lors d'une conférence de presse tenue au siège du MDS à Alger, Fethi Ghares se trouve en prison "uniquement pour ses opinions politiques" exprimées à travers les médias et les réseaux sociaux et que "toutes les accusations mentionnées dans le procès-verbal des officiers de la police judiciaire ont été maintenues par le procureur de la République".
"Fethi Ghares est placé en détention provisoire depuis le 1er juillet dernier, alors qu'il n'a ni volé ni détourné de l'argent public. Il a seulement exprimé ses opinions politiques au moment où les Algériens militaient pour un changement pacifique", a encore appuyé l'avocat.
Désigné comme coordinateur national du Mouvement démocratique et social après le décès de Hamid Ferhi en février 2019, Fethi Ghares fait partie de la jeune génération de dirigeants politiques.
Très investi et engagé dans le Hirak, il est souvent monté au créneau pour s'en prendre aux dirigeants du pays en utilisant, parfois, un langage acerbe, sans concession.
C'est ce style direct, qui tranche singulièrement avec le langage diplomatique et les précautions sémantiques de certains opposants, qui a probablement attiré sur lui les foudres des autorités.
Outre son discours critique, le coordinateur du MDS a fait du siège de son parti un véritable temple où se réunissaient toutes les oppositions et les "sans-voix".
Des comités de soutien aux détenus d'opinion, aux syndicats autonomes en passant par des personnalités de tous bords, privés d'espaces où s'exprimer, tous ont trouvé dans ce siège du parti, situé au boulevard Krim-Belkacem, leur dernier refuge pour accomplir leur activité.
Un engagement qui a valu au MDS des harcèlements en tous genres, à commencer par des tracasseries administratives, entraves à la collecte des signatures ou encore des poursuites judiciaires ciblant ses militants.
Intervenue dans la foulée de la traque de nombreux activistes, l'arrestation de Fethi Ghares a provoqué une onde de choc au sein de la classe politique. Le Pacte pour l'alternative démocratique (PAD), dans lequel le coordonnateur secrétaire était très investi, le RCD, en passant par le Parti des travailleurs et le FFS, tous les partis politiques de la mouvance démocratique ont dénoncé cette arrestation, perçue comme une atteinte aux libertés fondamentales et une "criminalisation de l'action politique".
"Par l'arrestation spectacle de Fethi Ghares, premier responsable du MDS — un parti politique agréé —, le pouvoir persiste et déclare que les acteurs politiques de l'opposition sont désormais considérés comme des criminels. Cette énième arrestation doit de nouveau nous interpeller. Allons-nous nous habituer à cet état de fait et nous résigner ?
Depuis des mois que le pays est en panne dans tous les secteurs de la vie, seuls les tribunaux fonctionnent à plein régime en exécutant la politique de l'épée de Damoclès du pouvoir de fait", avait estimé le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.