Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À propos de la thèse de "l'holocauste"
COMMEMORATION DU 169e ANNIVERSAIRE DU GENOCIDE ET DE LA RESISTANCE DE LAGHOUAT
Publié dans Liberté le 27 - 11 - 2021


Par : Lazhari Labter
Ecrivain
Et Amar Belkhodja
Auteur et chercheur en histoire
1re partie
Si les soldats français impliqués dans le carnage marchaient dans le sang et enjambaient les cadavres pour se frayer un passage, cela suppose que des centaines de résistants laghouatis furent achevés au sabre et à la baïonnette, souvent dans la fureur et la furie du corps à corps. En conséquence, la mort par étouffement ou asphyxie ne tient pas la route."
En 2022, la ville de Laghouat commémorera le 170e anniversaire de sa résistance lors de sa prise violente par les troupes françaises qui y ont commis un véritable génocide le 4 décembre 1852, en assassinant par le feu et le fer 3 000 de ses habitants sur les 4 000 que le ksar comptait alors. Ce génocide est depuis connu sous le nom de "Âm el-Khalia", autrement dit l'année de l'anéantissement, sans recours à d'autres armes que les canons, les fusils et les baïonnettes, comme le prétend Hassan Sohbi, professeur d'université et sociologue.
C'est sur le blog de Hassan Sohbi qu'on trouve l'évocation, pour la première fois, dans un compte rendu très mal écrit dans un français approximatif et confus, de ce qu'il appelle "Première bataille chimique expérimentale au monde : bataille de Laghouat", posté le 10 décembre 2010.
(http://sohbiali.unblog.fr/2010/12/10/histoire-militaire-premiere-bataille-chimique-experimentale-au-monde-bataille-de-laghouat/)
Qui est Hassan Sohbi ?
C'est sur le site de l'Académie Balzac, "première téléréalité littéraire", lancé en 2015 par les Editions du Net qui ont organisé "la première émission qui permet de suivre en ligne des écrivains enfermés pendant 20 jours dans un château, filmés 24h/24, qui devront rédiger un roman sur le thème de leur choix", qu'on trouve une biographie complète de Hassan Sohbi, natif de Laghouat, qui s'était inscrit dans l'espoir d'être sélectionné parmi les 10 (5 sélectionnés par les spectateurs et 5 par les écrivains eux-mêmes) qui, dans "le cadre idyllique au milieu des vignes et des chais de Cognac" du château de Brillac, avec piscine chauffée et spa, doivent écrire un roman sous l'œil des "caméras présentes dans toutes les pièces (qui) permettront de suivre les journées des candidats, rythmées par des séances d'écriture, des discussions entre auteurs, de lectures collectives et des interventions de personnalités extérieures".
Sa biographie en dit long sur lui et explique pourquoi il n'a réussi à récolter que 11 voix et 0 commentaire, pour son grand malheur, lui qui rêvait de vivre la vie de château et d'écrire l'œuvre de sa vie. Encore faut-il qu'il sache écrire ! Jugez-en par ces premières lignes de cette biographie, reproduites telles quelles : "sohbi hassan ne le 6 - 7 - 1951 a Laghouat Algérie marie 3 enfants." 8 mots, 7 fautes ! On ne peut pas faire plus fort !
Dans la partie consacrée aux "motivations", voici ce qu'il écrit : "j'aime étudié écouter analyser les jeunes dont j'ai passé toute ma vie a leurs enseigner la vie surtout les délinquants puisqu'ils sont qualifiées ainsi ils sont les premières victimes de l'injustice sociale marginalisées par le savoir. Et au moindre acte au con fortement contraire au norme. Ils sont punis et emprisonnées parce que dans notre société il existe une parenté entre le pauvre et le coupable." Encore 7 fautes dans un paragraphe de 6 lignes, confus et incompréhensible. Un vrai galimatias !
On se demande comment un professeur d'université, conférencier, auteur de trois ouvrages et de 200 articles, qui se targue d'avoir 15 diplômes de hautes études entre licence, DEUG, DEA, maîtrise et doctorat, tous obtenus dans des prestigieuses universités parisiennes, peut-il commettre des dizaines de fautes dans une biographie de 27 lignes, sans parler des erreurs de typographie ! (http://www.academiebalzac.fr/_sohbi-hassan.html)
Sur quels documents ou quelles sources s'appuie Sohbi pour affirmer cela ?
Et c'est ce monsieur, en mal de reconnaissance et de notoriété, qui ne sait pas écrire une phrase correcte en français et par conséquent doit lire mal, qui a lancé un jour un pavé dans la mare de l'histoire du génocide de Laghouat, affirmant que les militaires français avaient utilisé pour la première fois du "chloroforme", utilisé depuis sa découverte comme anesthésiant en chirurgie de guerre et civile (https://www.ulyces.co/longs-formats/letrange-histoire-du-chloroforme/) qu'il confond avec le "chlore" (https://www.acadpharm.org/dos_public/Dorandeu_Guerre_chimique_4_mars_2015_v20min.pdf) pour neutraliser les habitants de la ville et les massacrer, sans apporter l'ombre d'une preuve. Lui qui possède, selon ses dires, "une collection d'anciens ouvrages sur l'histoire, la sociologie et l'histoire militaire, une bibliothèque sur l'histoire militaire comprenant 43 000 ouvrages, une collection de cartes postales, toute la cartographie originale du XIXe siècle sur l'histoire de l'Algérie, ainsi que 350 000 documents concernant l'histoire d'Algérie" sur la provenance desquelles d'ailleurs des questions légitimes se posent et sur le fait de les garder alors qu'ils font partie du patrimoine historique du pays et devraient être versés aux Archives nationales ou à la Bibliothèque nationale. Ces volumineuses collections qui, à première estimation, exigent un très vaste espace et un classement selon les normes recommandées par le système d'archivage et devraient être versées au patrimoine national pour offrir la possibilité aux chercheurs de les consulter et de les exploiter par ces temps où les "enjeux mémoriels" sont d'une brûlante actualité.S'appuyant sur des lectures mal comprises ou interprétées tendancieusement pour étayer sa thèse complètement farfelue, il affirme que du gaz chloroforme avait été utilisé contre les habitants de Laghouat le 4 décembre 1852.
Genèse de la falsification d'une histoire de résistance héroïque
C'est le 9 décembre 2010 à l'université Amat-Telidji de Laghouat, devant un parterre d'universitaires et de personnalités de la ville, que Hassan Sohbi a présenté sa "thèse" fumeuse en se basant essentiellement sur les ouvrages des auteurs français, parmi lesquels Eugène Fromentin, Un été dans le Sahara, publié en 1857, Jean Mélia, Laghouat ou les maisons entourées de jardins, publié en 1923 à Paris, et des écrits d'officiers français ayant participé à la bataille qui les a opposés aux résistants laghouatis.
Dans son ouvrage, le plus proche de la réalité, Fromentin, arrivé six mois après la boucherie commise par Pélissier, Youssef et consorts, n'évoque à aucun moment l'utilisation d'un quelconque gaz chimique, mais décrit dans
le détail la prise sanglante de la ville et la
résistance acharnée de ses habitants.
Des phrases hors de leur contexte et mal comprises
S'appuyant sur la phrase imagée de Fromentin : "On sentait que le courant était entré par ici et n'a fait que se répandre ensuite jusque là-bas", extraite de son contexte, Hassan Sohbi en conclut, en mauvais lecteur et en mauvais connaisseur du style du peintre-auteur, qu'il s'agit du gaz qui se répand, alors que l'auteur d'un Eté dans le Sahara, en tant qu'écrivain et peintre qui utilise des images dans ses écrits, décrivait l'avancée irrésistible, tel le courant puissant d'un fleuve ou d'un torrent, des troupes françaises entrées par la brèche faite dans les remparts du côté ouest de la ville et qui se déversaient le long de la rue principale du ksar qui aboutissait au côté est, qui va donc de Bab El-Gharbi par où se sont engouffrés les soldats français, sous la conduite du général Pélissier, à Bab Chargui, par où s'est déversé le reste des troupes d'invasion sous la conduite du général mercenaire Youssef, de la porte de l'Ouest à la porte de l'Est. Voici maintenant dans son contexte la phrase de Fromentin qui était entré le 3 juin 1853 au soir à Laghouat par la porte de l'Ouest : "Nous suivions à peu près le chemin tracé par les balles et les baïonnettes de nos soldats. Chaque maison témoignait d'une lutte acharnée. C'était bien pis que vers la porte de l'Est. On sentait que le courant était entré par ici et n'avait fait que se répandre ensuite jusque là-bas."
"Tout cela n'est rien, me dit le lieutenant ; Dieu merci, vous ne connaîtrez jamais une chose pareille !" "Ce que le lieutenant ne me dit pas, je le savais. On marchait dans le sang ; il y avait des cadavres par centaines, les cadavres empêchaient de passer" (page 136 de l'édition de l'Enag, Alger, 2001). Si les soldats français impliqués dans le carnage marchaient dans le sang et enjambaient les cadavres pour se frayer un passage, cela suppose que des centaines de résistants laghouatis furent achevés au sabre et à la baïonnette, souvent dans la fureur et la furie du corps à corps. En conséquence, la mort par étouffement ou asphyxie ne tient pas la route, et la thèse de l'utilisation de gaz chimique toxique avancée par Hassan Sohbi serait une pure extravagance. Sachant également que les Cavaignac, les Youssef, les Saint Arnaud, les Canrobert, les Montagnac sont des sabreurs tristement célèbres qui n'ont jamais fait référence dans leurs prolifiques comptes rendus à l'utilisation d'un quelconque gaz chimique, et Dieu sait combien sont innombrables et sanglantes leurs expéditions punitives lancées contre les tribus algériennes rebelles ou même pacifiques. Tous les témoignages recueillis par Fromentin et ses descriptions témoignent d'une lutte sans merci, pied à pied, au corps à corps, des résistants contre les soldats français, des résistants mal armés certes, mais conscients, en pleine possession de leurs facultés et déterminés, qui avaient choisi de mourir en martyrs pour leur ville plutôt que d'en livrer les clés à un ennemi en surnombre et surarmé. On est loin de la thèse farfelue de Hassan Sohbi, d'hommes assommés par le gaz, hébétés au point de se laisser massacrer, hommes, femmes, enfants et vieillards, armés ou non armés, sans offrir aucune résistance, ce que démentent tous les témoignages !
Parlant de la ville "assassinée", selon la formule de Fromentin, le général Du Barail, dans son ouvrage Mes souvenirs, tome II-1851-1864, Plon, Paris, 1898, témoigne : "Elle subit toutes les horreurs de la guerre. Elle connut tous les excès que peuvent commettre des soldats livrés un instant à eux-mêmes, enfiévrés par une lutte terrible, furieux des dangers qu'ils viennent de courir, furieux des pertes qu'ils viennent d'éprouver et exaltés par une victoire vivement disputée et chèrement achetée. II y eut des scènes affreuses. (...) Les rues et les maisons étaient remplies de cadavres d'hommes, de femmes et même d'enfants que les balles aveugles n'avaient point épargnés. (...) Pendant le carnage, les fuyards étaient venus donner dans le filet de cavalerie. On sabrait tous ceux qui résistaient et on envoyait ceux qui faisaient leur soumission rejoindre le troupeau lamentable formé par toute la population de Laghouat, hommes, femmes, enfants, tous ceux-la prisonniers, à la merci du vainqueur, sans qu'aucune convention protégeât les vies ni les biens."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.