Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les nouvelles technologies au secours de la culture
Plusieurs start-up ont vu le jour dans ce domaine
Publié dans Liberté le 30 - 11 - 2021

Patrimoine, littérature, arts graphiques ou encore tourisme culturel..., ce sont là quelques secteurs sur lesquels ont décidé d'investir de jeunes entrepreneurs passionnés par la question culturelle.
Malgré les nombreux obstacles auxquels font face les acteurs culturels et porteurs de projets, ces difficultés n'ont nullement découragé la création de start-up. À ce propos, en septembre 2020, une convention a été signée entre le ministère de la Culture et le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de l'économie, de la connaissance et des start-up, afin de permettre aux jeunes "de créer des start-up dans les domaines du patrimoine, de la culture et des arts, eu égard à leur rôle dans la mise en place d'un tissu économique cadrant avec les exigences du développement et compte tenu des potentiels qu'elles offrent pour la promotion des industries et des services culturels et artistiques", a rapporté l'APS.
À cet effet, Liberté s'est intéressé à trois entreprises gérées par des managers qui ambitionnent à vulgariser notre culture à travers le 7e art, l'artisanat et la musique africaine, même si la tâche est loin d'être évidente ! Cela est le cas de la plateforme e-commerce Yedart, de vente et achat de produits artisanaux. "Beaucoup d'artisans expriment leurs besoins en espaces commerciaux appropriés, afin de commercialiser leurs œuvres en vue de préserver leur autonomie financière", indique la responsable, Ania Saadi. Et de poursuivre : "Yedart est pensée pour eux, afin qu'ils puissent exposer leurs réalisations et acquérir cette visibilité tant recherchée." Une initiative qui, selon Ania, "permettra aux artisans de vivre de leur art, de valoriser et de mettre en avant le patrimoine culturel algérien et l'économie locale...". Quant au retour sur investissement attendu, Ania Saadi estime qu'il est assez attractif et intéressant (supérieur à 10%).
À noter que Yedart sera accessible sur tout le continent africain grâce au programme panafricain "Africa By IncubeMe" (20 start-up africaines sélectionnées sur 1300 projets). Autre start-up sélectionnée par ce programme, Colorfol, une plateforme de streaming et de promotion de la musique africaine. Lancée par l'artiste camerounais Ronny Kitio, qui informe que "Colorfol permet aux utilisateurs d'avoir accès à un vaste catalogue de musiques, podcasts locaux (audio et vidéo) et à un agenda d'événements tels que les concerts, showcases ou tout autre type de représentation avec la possibilité d'acheter les tickets d'entrées". Cette idée est née après un constat accablant : "Manque de visibilité à l'absence de rémunération des droits d'auteur", sans occulter les conséquences de la pandémie sur les artistes et musiciens d'Afrique.
D'ailleurs, la plateforme compte pas moins de 30 000 utilisateurs/mois, 3000 morceaux, 1000 clips, 220 artistes et plus de 30 labels partenaires. Par ailleurs, Ronny regrette qu'il ne soit pas facile pour une start-up d'émerger, "alors pour ce qui est du domaine culturel c'est encore plus compliqué. Or la culture est l'essence même d'un peuple. Mais étant amoureux de musique et passionné par les NTIC (nouvelles technologies de l'information et de communication), je trouve toujours la force d'avancer malgré le manque de moyens et de soutien". Car "ayant été artiste et confronté à ces problèmes et difficultés, j'ai un désir ardent d'apporter une solution concrète".
Pour sa part, Drifa Mezenner, créatrice de Tahya Cinéma, qui facilite le réseautage entre les professionnels du 7e art et les jeunes talents, signale que toutes les start-up dans le domaine culturel ont besoin de différents paramètres pour pouvoir décoller, notamment la création d'un écosystème, un cadre juridique, l'élargissement du e-paiement, l'exonération d'impôts, revoir la qualité de la connexion, encourager le mécénat... Ces initiatives sont louables et démontrent qu'il y a une forte dynamique qui tente, malgré les moyens, de changer les choses et faire revivre la culture algérienne qui se meurt à petit feu !

Hana M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.